le 19052015 C

Bonjour à tous,

Tous les accidents de trains aux USA à PHILADELPHIE ,entre autres 5 morts,les bagarres de bikers, qui a fait 9 morts à waco,TEXAS(c’est pas là,ou,il y a G.W.BUSH ,au texas) USA, les arrachages de plantes dan les pépinières,ou, dansles parcs ,destruction de plantes rares ,voir introuvables, FRANCE l’empoisonnement de personnes hospitalisées par: Victorino Chua dans Stepping Hill Hospital à Stockport en ANGLETERRE,, je suppose ,que c’est un zazard aussi ,c’est ,comme la carte d’identité d’un des pilotes ,ou,l’un des terroristes ,est posée par inadvertances sur un tas de gravat après les attentats du 11/9,
Je pense à un truc, quoique ,vous fassiez ,et quoique vous disiez ,l’issue sera la même.

Accident de train « Tout allait bien, et d’un seul coup nous nous sommes renversés, a raconté un voyageur
Le FBI a précisé participer à l’enquête Tiens,Tiens ,pourquoi les hommes de rotschild rodent dans le coin ?????.
Patrons à Français géant Societe Generale de banque étaient au courant des activités de « rogue trader » Jérôme Kerviel, un détective supérieur travaillant sur l’affaire aurait été a déclaré à un juge d’instruction, selon Mediapart.
Le Français site d’enquête cité Nathalie Le Roy comme disant juge Roger Le Loire, elle était « certain » que Kerviel de supérieurs « n’aurait pas pu ignorer » qu’il prenait très risqué les Paris dérivés.
Je suis MDR,ils voulaient remettre les couverts ,avec J.KERVIEL, ils l’ont eut dans le fion( dans le cul)car ils ne pouvaient pas être étrangers aux décisions ,qu’ils prenaient eux-mêmes ,JK n’a fait qu’obéir à des décisions de merde ,qui ont plombées la société générale, et ,ils ont voulus faire porter le chapeau de leur incompétence à J.K,mais ,cela ,c’est retourner contre ,je ne sais pas ,si ,il reste l’appel
Mais,ils peuvent faire appel ,ou ,appelé l’avocat de PISTORIUS, ce sera pareil , les faits sont là
Cette fortune accumulée par les bangsters constitue la plus grande escroquerie jamais mise en place, le système pyramidal d’exploitation de la population le plus monstrueux qui n’ait jamais été manigancé
Disparus, volatilisés, plus aucune trace de ce qui représente une dette supplémentaire de 30 000 dollars par citoyen des USA 9 000 milliards de dollars soit, 9 billions en Français , ou 9 trillions en norme US ou encore 9 000 000 000 000 $ (en chiffres ça parle tout de suite plus) l’équivalent de 30 000 dollars pour chaque americain ou plus serieusement ,1500 dollars pour chaque habitant de la planete ( sachant que nombre d’eux ne gagnent pas plus 1 dollars par jour ) ,quatre fois ce que le trésor USA doit à la Chine. C’est 100 000 euros pour chaque Français ,voila le triste resultat du vol de la FED dont on vient de decouvrir le pot aux roses et étonnement : Silence dans le medias (depuis le 6 mai 2009). Pourtant on avait fait un foin du diable concernant l’affaire Kerviel : 5 milliards ,ou dernierement l’affaire Madoff : 50 milliards .Au regard de la somme faramineuse, vraiment des petits joueurs

L’histoire de la « Changeurs d’argent »
Par Andrew Hitchcock, 26 février 2006.
Andrew a aussi écrit le scénario de Rothschild et la Synagogue de Satan.
S’il vous plaît allez ici si vous préférez une version uniquement non illustrée, texte de cet essai.
________________________________________
Économistes continuellement essaient et vendent au public l’idée que les récessions ou dépressions font naturellement partie de ce qu’ils appellent la « conjoncture ».
Cette chronologie ci-dessous se révélera ce n’est pas le cas. Récessions et les dépressions ne se produisent parce que les banquiers centraux manipuler la masse monétaire, afin d’assurer de plus en plus dans leurs mains et de moins en moins est entre les mains du peuple. ET MARINE avait encore raison ,loi rotschild 1973
Banquiers centraux est développé à partir de changeurs d’argent et c’est avec ces gens que nous chercher l’histoire en 48 av. J.-C. ci-dessous.

48 AV. J.-C.

Julius Caesar

Jules César a repris depuis les changeurs d’argent, le pouvoir de l’argent de pièce et puis frappait monnaie au profit de tous. Avec cette nouvelle, abondante offre de monnaie, il a créé de nombreux projets de construction massive et construit de grands travaux publics. De faire de l’argent abondant, César a gagné l’amour des gens du commun.
Mais les changeurs d’argent le haïssais pour cela et c’est pourquoi César fut assassiné. Immédiatement après que son assassinat est venu la disparition d’argent abondant à Rome, taxes a augmenté, tout comme la corruption.
Finalement, l’offre de monnaie romaine a été réduite de 90 %, ce qui a entraîné le peuple perdre leurs terres et leurs maisons.
30 AP. J.-C.

Jésus Christ

Jésus Christ dans la dernière année de sa vie utilise la force physique pour jeter les changeurs d’argent hors du temple. C’est la seule fois au cours de la la vie de son ministère où il emploie la force physique contre n’importe qui.
Lorsque les Juifs sont venus à Jérusalem pour payer leur impôt du Temple, ils pourraient ne payez avec une pièce spéciale, le demi-sicle. Il s’agissait d’une demi-once d’argent pur, de la taille d’un quart. C’était la seule pièce de monnaie à l’époque qui était d’argent pur et de poids assurée, sans l’image d’un païen empereur, et par conséquent aux Juifs, c’était la seule pièce agréable à Dieu.
Malheureusement, ces pièces n’étaient pas abondantes, les changeurs d’argent avaient accaparé le marché sur eux, et donc ils ont soulevé le prix d’entre eux pour tout ce que le marché pouvait supporter. Ils ont utilisé leur monopole qu’ils avaient sur ces pièces pour faire des profits exorbitants, forçant les Juifs à payer tout ce que ces changeurs d’argent exigés.
Jésus jeté les changeurs d’argent comme leur monopole sur ces pièces totalement violé le caractère sacré de la maison de Dieu. Ces changeurs d’argent réclamé sa mort de jours plus tard.
1024 Les changeurs d’argent avaient le contrôle de la masse monétaire de l’Angleterre médiévale et à cette époque étaient généralement connus comme orfèvres. Papier-monnaie a commencé et c’était simplement un reçu que vous obtenez après avoir déposé l’or avec un orfèvre, dans leurs chambres sans danger ou les voûtes. Cet article a commencé à être transféré car il était beaucoup plus pratique que transportant autour de beaucoup d’or lourd et monnaies d’argent.
Au fil du temps, pour simplifier le processus, les recettes ont été faites au porteur plutôt qu’au déposant individuel, ce qui en fait facilement transférables sans le besoin d’une signature. Cela, aussi, brisé la cravate à n’importe quel dépôt identifiable d’or.
Finalement l’orfèvrerie a reconnu que seulement une fraction des déposants jamais est venu et a exigé leur or à un moment donné, alors qu’ils ont découvert comment ils pouvaient tricher sur le système. Ils ont commencé à délivrer des reçus plus qu’ils avaient or pour sauvegarder ces reçus et personne ne serait tout au plus sage. Ils prêt à ces recettes qui n’étaient pas soutenues par la médaille d’or qu’ils avaient dans leurs dépositaires et percevoir des intérêts sur eux.
C’est la naissance du système nous connaissons aujourd’hui comme la Banque de réserve fractionnaireet comme ce système d’aujourd’hui, que cela signifiait l’orfèvrerie étaient capable de faire des sommes astronomiques en prêts, ce qui était essentiellement frauduleux reçus, tels qu’ils étaient pour l’or, que l’orfèvrerie n’a pas encore posséder. Comme ils se sont graduellement plus confiants qu’ils seraient prêts jusqu’à 10 fois le montant qu’ils avaient dans leurs dépôts.
Pour simplifier la comment ils ont fait de l’argent là-dessus, nous allons donner un exemple dans lequel un orfèvre frais le même taux d’intérêt aux créanciers et aux débiteurs. Dans cet exemple, un orfèvre aurait payer des intérêts de 6 % sur l’or que vous avait déposé avec eux et ensuite exiger des intérêts de 6 % sur l’argent, je veux dire frauduleux reçus, vous emprunté d’eux. Comme ils prêteraient sur dix fois ce que vous avait déposé avec eux, alors qu’ils vous payez des intérêts de 6 %, ils font 60 % des parts. Il s’agit sur votre or.
L’orfèvrerie a également découvert que leur contrôle de cette masse monétaire frauduleux leur a donné un contrôle sur l’économie et les biens du peuple. Ils ont exigé leur contrôle en ramant l’économie entre l’argent facile et argent serré.
La façon dont ils ont fait cela devait faire de l’argent facile à emprunter et donc augmenter la quantité de monnaie en circulation, puis serrez tout d’un coup la masse monétaire, sortir de la circulation en rendant les prêts plus difficiles à obtenir ou en arrêtant leur offrant au total.
Pourquoi ont-ils fait cela ? Simple, car le résultat serait un certain pourcentage de la population étant incapables de rembourser leurs prêts antérieurs et n’ayant ne pas la possibilité de souscrire de nouveaux, alors ils auraient fait faillite et obligés de vendre leurs actifs à l’orfèvrerie pour littéralement Penny sur le dollar.
C’est exactement ce qui se passe dans l’économie mondiale d’aujourd’hui, mais il est appelé avec des mots comme, « la conjoncture », « expansion et ralentissement, » « récession » et « dépression » afin de confondre la population des changeurs d’argent arnaque.
1100

Roi Henri I

Roi Henri j’ai succède à King William II sur le trône d’Angleterre. Durant son règne, il a décidé de prendre le pouvoir, les changeurs d’argent avait sur le peuple, et il l’a fait en créant une forme entièrement nouvelle d’argent qui a pris la forme d’un bâton ! Ce bâton a été appelé, un « bâton de talley » et fini par être la plus longue forme durable de monnaie, une durée 726 années jusqu’en 1826 (même si les autres monnaies est venu et est allé dans la même période et longeait les bâtons talley).
Le bâton de talley était un bâton de bois poli dans lequel des encoches ont été coupés le long d’un côté, d’indiquer la dénomination de représenté le bâton d’argent. Le bâton est ensuite fendue longitudinalement à travers les encoches, afin que les deux pièces ont un enregistrement des encoches. Le roi a gardé une moitié pour protéger contre la contrefaçon et l’autre moitié a été consacré à l’économie et distribué en tant que de l’argent.
C’était aussi un des systèmes d’argent plus réussis dans l’histoire, que le roi a exigé que les impôts du roi devaient être payé dans, « bâtons talley, » donc cela augmente leur circulation et leur acceptation comme une forme légitime de l’argent. Ce système fonctionnerait bien en gardant l’énergie loin les changeurs d’argent en Angleterre.
1225

Saint Thomas d’Aquin

Saint Thomas d’Aquin est né, le premier théologien de l’église catholique qui a fait valoir que le prélèvement d’intérêts est mauvais parce qu’elle s’applique à la « double facturation », recharge pour l’argent et l’utilisation de l’argent.
Ce concept a suivi les enseignements d’Aristote qui a enseigné que l’argent visait à servir les membres de la société et pour faciliter l’échange des marchandises nécessaires pour mener une vie vertueuse. Intérêt était contraire à la raison et de la justice parce qu’il a mis un fardeau inutile sur l’utilisation de l’argent.
Ainsi, Loi de l’Eglise en Europe du moyen âge a interdit le prélèvement d’intérêts sur les prêts et même fait un crime appelé, « l’usure. »

1509

Le roi Henry VIII

Le roi Henry VIII succède le roi Henry VII sur le trône en Angleterre. Durant son règne il a assoupli les lois au sujet de l’usure, et et les changeurs d’argent ne pas perdre de temps dans re-s’affirment sur la population. Ils ont rapidement fait leur or et argent système abondante de pièce à nouveau. Il est intéressant de noter que, sous le roi Henry VIII, l’Eglise d’Angleterre séparé du catholicisme romain, dont Loi de l’Eglise ont empêché le prélèvement d’intérêts sur l’argent.
1553

Queen Mary j’ai

Queen Mary j’ai réussit de Lady Jane Grey neuf jour régner sur le trône en Angleterre. Pendant son règne, Queen Mary I, un Catholique fervent, serrés l’usure des lois à nouveau. Les changeurs d’argent n’étaient pas amusés et pour se venger, elles serrées la masse monétaire par la thésaurisation des pièces d’or et argent et causant l’économie de dégringoler.
1558

La Reine Elizabeth I

Queen Elizabeth j’ai succède à la Reine Mary I, sa demi-sœur, sur le trône en Angleterre. Pendant son règne, la Reine Elizabeth, j’ai décidé qu’afin d’arracher le contrôle de la masse monétaire, elle aurait d’émettre ses propres pièces en or et en argent. Elle l’a fait par le Trésor public et avec succès a pris le contrôle de la masse monétaire depuis les changeurs d’argent.
1609 Établissent les changeurs d’argent aux pays-bas le la première banque centrale dans l’histoire, à Amsterdam.
1642

Oliver Cromwell

Oliver Cromwell est financé par les changeurs d’argent afin de fomenter une révolution en Angleterre et ce qui leur permet de reprendre le contrôle du système d’argent. Après avoir beaucoup effusion de sang, Cromwell enfin le Parlement des purges, renverse le roi Charles I et le met à mort en 1649.
Les changeurs d’argent immédiatement consolider leur pouvoir et dans les décennies à venir plongent la Grande-Bretagne dans une coûteuse série de guerres. Elles prennent également plus d’un mile carré de propriété dans le centre de Londres, qui devient connu comme La ville de Londres.
1688

William d’Orange

Les changeurs d’argent en Angleterre suite à une série de querelles avec le Stuart Kings, Charles II (1660-1685) et James II (1685-1688), conspirer avec leur argent beaucoup plus de succès en changeant les homologues des pays-bas, qui avait déjà mis en place une banque centrale il.
Ils décident de financer une invasion William d’Orange des pays-bas qui ils sonder et mettre en place sera plus favorable pour eux. L’invasion est réussie et William d’Orange monte sur le trône en Angleterre comme Roi William III en 1689.
1694
La Charte de la Banque d’Angleterre (1694)
Après une coûteuse série de guerres au cours des 50 dernières années, gouvernement français fonctionnaires vont, chapeau à la main, pour les changeurs d’argent pour les prêts nécessaires à la poursuite de leurs fins politiques. Les changeurs d’argent s’engagent à résoudre ce problème en échange d’un gouvernement sanctionné la propriété privée Banque qui pourrait émettre de la monnaie créée à partir de rien.
Cela a été faussement nommée la, « Bank of England, » dans le seul but de duper le général public en croyant qu’il faisait partie du gouvernement, dont il n’était pas.
Comme toute autre société privée la Banque d’Angleterre a vendu les actions pour commencer. Les investisseurs privés, dont les noms n’ont été jamais été révélées, étaient censés pour mettre vers le haut de £ 1 250 000 en pièces d’or pour acheter leurs actions dans la Banque, mais seulement £ 750 000 a été jamais reçue. Malgré cela, la Banque a été dûment agréée et a commencé à prêter plusieurs fois l’argent qu’il avait censément dans les réserves, tout à l’intérêt.
William Paterson

Bien que les investisseurs privés de la Banque d’Angleterre n’ont jamais révélés, un des directeurs, William Paterson, a déclaré :
« La Banque a prestation d’intérêt sur tout l’argent qu’il crée à partir de rien. »
Par ailleurs la Banque d’Angleterre serait prêt fonctionnaires comme une grande partie de la nouvelle monnaie qu’ils le voulaient, tant qu’ils la dette garantie par une fiscalité directe du peuple britannique. La Banque d’Angleterre s’est élevée à rien de moins que la contrefaçon légale d’une monnaie nationale pour un avantage personnel, et donc n’importe quel pays qui tomberaient sous le contrôle d’une banque privée s’élèverait à rien d’autre qu’une ploutocratie.
Peu après que la Banque d’Angleterre a été formée il attaque le système de bâton talley, comme c’était l’argent à l’extérieur de la puissance des changeurs d’argent, tout comme le roi Henri, j’avais l’intention qu’il soit.
1698 Après quatre ans de la Banque d’Angleterre, leur plan pour contrôler la masse monétaire était venu à pas de géant. Ils ont inondé le pays avec autant d’argent que la dette publique de la Banque atteignait de l’initiale £ 1 250 000, £ 16 000 000, en seulement quatre ans. C’est une augmentation de 1 280 %.
Pourquoi font-ils il ? Simple, si l’argent en circulation dans un pays est de £ 5 000 000, et une banque centrale est mises en place et imprime un autre £ 15 000 000, première étape du plan, il envoie à l’économie par le biais de prêts etc, que cela permettra de réduire la valeur du rapport initial £ 5 000 000 en circulation avant la Banque a été formé. C’est parce que les initiales £ 5 000 000 est maintenant seulement 25 % de l’économie. Il donnera également le contrôle de la Banque de 75 % de l’argent en circulation avec les 15 000 000 £ ils ont envoyé dans l’économie.
Cela provoque aussi l’inflation, qui est la réduction de valeur d’argent supporté par la personne commune, en raison de l’économie soit inondé avec trop d’argent, une économie dont la Banque centrale sont responsables. Comme l’argent de la commune de la personne est une valeur inférieure, il doit se rendre à la Banque pour obtenir un prêt pour aider à diriger son entreprise, etc., et lorsque la Banque centrale sont remplies il y a assez de gens avec la dette là-bas, la Banque se resserrera la fourniture d’argent en n’offrant ne pas prêts. Il s’agit de la deuxième étape du plan.
Troisième étape, est assis au fond et en attente pour les débiteurs à eux de faire faillite, permettant à la Banque pour ensuite s’emparer de leur richesse réelle, des entreprises et des biens, etc., pour des Penny sur le dollar. Les effets de l’inflation jamais une banque centrale, en fait, qu’ils sont le seul groupe qui peut en bénéficier, comme s’ils étaient jamais court d’argent, ils peuvent simplement imprimer plus.
1757 Benjamin Franklin se rend en Angleterre et ils passent les dix-huit années suivantes de sa vie qu’avant le début de la révolution américaine.
1760

Mayer Amschel Rothschild

Mayer Amschel Bauer lui change le nom de Mayer Amschel Rothschild et met en place la, Maison des Rothschildet qui apprend vite si prêts he l’argent aux gouvernements et aux redevances, alors c’est beaucoup plus rentable que d’un prêt aux particuliers. C’est parce que les prêts consentis sont plus gros et soutenues par les taxes de leurs nations. Il s’entraîne à ses cinq fils dans l’art de la création monétaire.
1764

Benjamin Franklin

Benjamin Franklin est demandé par les responsables de la Banque d’Angleterre pour expliquer la prospérité des colonies en Amérique. Il répond :
« C’est simple. Dans les Colonies, nous émettons notre propre argent. Il est appelé Scrip Colonial. Nous délivrera en proportion appropriée aux exigences du commerce et de l’industrie pour fabriquer les produits passer facilement des producteurs aux consommateurs. Dans cette manière créer pour nous-mêmes notre propre papier-monnaie, nous contrôlons son pouvoir d’achat, et nous n’avons aucun intérêt à payer à personne. »
Par suite de la déclaration de Franklin, le Parlement britannique adopte rapidement la Loi sur la monnaie de 1764. Cela interdit les fonctionnaires coloniaux de délivrer leur argent et leur a ordonné de payer tous les impôts futurs dans les pièces d’or ou d’argent. Se référant au après l’adoption de cette loi, Franklin préciserait ce qui suit dans son autobiographie,
« En un an, les conditions étaient donc infirmées que l’ère de prospérité s’est terminée, et une dépression installée, à tel point que les rues des colonies étaient remplis de chômeurs… Les colonies auraient volontiers ont porté la peu taxe sur le thé et d’autres questions si ce n’était que l’Angleterre a emporté les colonies leur argent qui créé le chômage et le mécontentement.
La viabilité des colons pour obtenir le pouvoir d’émettre leur propre argent en permanence hors des mains du roi George III et les banquiers internationaux a été la principale raison pour la guerre d’indépendance. »
Contrôle du système de l’argent de l’Amérique va changer de mains 8 fois depuis 1764.
1775 Le 19 avril, début de la guerre d’indépendance à Lexington, Massachusetts. A cette époque les colonies avaient été vidangés de pièces d’or et d’argent à la suite d’imposition britannique. En conséquence, le gouvernement continental ne pouvait qu’imprimer de l’argent pour financer la guerre.
Au début de la révolution, l’offre de la monnaie américaine s’établissait à 12 000 000 $. À la fin de la guerre, il était près de 500 000 000 $ et par conséquent la monnaie était pratiquement sans valeur. Un exemple de ceci est qu’une paire de chaussures maintenant vendu pour 5 000 millions de dollars. Cela montre aussi le danger de l’impression de trop d’argent. La raison que scrip Colonial avait travaillé était que juste assez servait à faciliter le commerce.
1781

Robert Morris

Vers la fin de la révolution américaine, le Congrès Continental avait désespérément besoin d’argent, alors ils autorisés Robert Morris, son directeur financier, d’ouvrir une banque centrale privée, dans l’espoir que cela pourrait résoudre le problème de l’argent.
Morris était un homme riche qui avait grandi plus riche pendant la révolution avec le commerce de matériel de guerre. Cette première banque centrale en Amérique a été appelée Banque de l’Amérique du Nord, qui a été mis en place avec une Charte de quatre ans et a été étroitement modelé après la Banque d’Angleterre. Il a été autorisé à pratiquer le système frauduleux de réserve fractionnaire bancaire, donc il pourrait créer de l’argent elle n’a pas, alors imposons des intérêts à ce sujet.
Charte de la Banque, appelée pour les investisseurs privés à mettre vers le haut de $ 400 000 de capital initial, lequel Morris s’est retrouvé incapable de soulever. Néanmoins, il a utilisé sans vergogne son influence politique pour avoir l’or déposé à la Banque, qui avait été prêtée aux États-Unis par la France. Morris a ensuite prêté l’argent qu’il devait acheter cette banque de ce gisement d’or ayant appartenu au gouvernement, ou plutôt le peuple américain.
Cette Bank of North America, encore une fois faussement nommée si le commun des mortels croiraient que c’est sous le contrôle du gouvernement, a été donné un monopole de la monnaie nationale.
1785
William Findlay
Malgré les promesses de Robert Morris que sa propriété privée de la Bank of North America permettrait de résoudre le problème avec l’offre de monnaie, bien sûr l’économie a continué de chuter, forçant le Congrès Continental ne pas en vue de renouveler la Charte de la Banque. Le chef de l’effort de tuer cette banque était William Findlay de Pennsylvanie, qui déclarait :
« Cette institution, n’ayant aucun principe, mais qui de l’avarice, jamais variera à sa mission… sont les accaparer toute la richesse, puissance et influence de l’État. »
Mayer Amschel Rothschild se déplace sa maison familiale à un cinq étages maison à Francfort, en Allemagne, qu’il partage avec la famille Schiff , (un descendant de Rothschild et Schiff, Jacob Schiff, qui serait né dans cette maison, quelque 128 ans plus tard, serait un rôle déterminant dans la mise en place de la réserve fédérale).
1787
La Constitution

Les dirigeants colonies assemblent à Philadelphie pour remplacer les Articles de la Confédération par la Constitution. Gouverneur Morris a dirigé le projet final de la Constitution, et il savait que la motivation des banquiers bien comme il avait déjà travaillé pour eux. Gouverneur Morris ainsi que son ancien patron, Robert Morris et Alexander Hamilton avaient présenté le plan initial pour la Bank of North America au Congrès Continental, dans la dernière année de la révolution.
Heureusement, gouverneur Morris, à cette époque avait découvert sa conscience, Robert Morris, a déserté et il a déclaré dans une lettre à James Madison , datée du 2 juillet de cette année,
« Les riches seront efforceront d’établir leur domination et asservir le reste. Ils l’ont toujours fait. Ils seront toujours… Ils auront le même effet ici comme ailleurs, si nous pas, par le pouvoir du gouvernement, les garder dans leurs sphères appropriées. »

Gouverneur Morris
James Madison a été opposée à une banque centrale privée après avoir vu l’exploitation du peuple par la Banque d’Angleterre. Thomas Jefferson a été également contre elle, et plus tard, Jefferson a fait la déclaration suivante,
« Si le peuple américain jamais permettre à des banques privées contrôler l’émission de leur monnaie, tout d’abord par l’inflation, ensuite par la déflation, les banques et les sociétés qui grandissent autour d’eux priveront les gens de tous les biens jusqu’à ce que leurs enfants réveillent sans-abri sur le continent leurs pères conquise. »
Malheureusement, les paroles de sagesse du gouverneur Morris et Thomas Jefferson est tombé sur l’oreille d’un sourd. Alexander Hamilton, Robert Morris et Thomas disposés, convaincu le la majeure partie des délégués de cette Assemblée constituante, ne pas lui accorder le Congrès le pouvoir d’émettre de la monnaie de papier.
James Madison

Ils ne savaient pas que la plupart de ces délégués était encore sous le choc de l’inflation sauvage de la monnaie de papier pendant la révolution. Aussi, ces délégués ont la mémoire courte et ne me souviens pas comment Scrip Colonial avait fonctionné avant la guerre, ou les mots de Benjamin Franklin de la sagesse en 1764.
Ainsi, la Constitution est muette sur la question du papier-monnaie par le gouvernement pour les citoyens, laissant une large porte ouverte pour les changeurs de monnaie dans l’avenir.
1790 Moins de 3 ans après que la Constitution ait été signée, le nouvellement nommé premier Secrétaire au Trésor, Alexander Hamilton, a proposé un projet de loi au Congrès prévoyant une nouvelle banque centrale privée. Fait intéressant, premier emploi de Alexander Hamilton après avoir été diplômé de la faculté de droit en 1782 a été comme une aide à Robert Morris, un homme à qui il avait écrit en 1781 déclarant: « une dette nationale si ce n’est pas excessif sera pour nous une bénédiction nationale. »
1791

Alexander Hamilton

Les trois principaux acteurs derrière la Bank Of North America étaient : Robert Morris ; Alexander Hamilton ; et le Président de la Banque, Thomas disposés. Ces hommes n’ont pas renoncé et Alexander Hamilton, aujourd’hui secrétaire au Trésor, un homme qui décrit Robert Morris que la sienne, « mentor », a réussi à obtenir une nouvelle banque centrale privée par le nouveau Congrès.
Cette nouvelle banque s’appelait le, « First Bank of the United States, » et était exactement la même que la Bank of North America. Robert Morris contrôlait, Thomas disposés a été président de la Banque, seul le nom a changé.
Cette banque a vu le jour après un an d’intenses débats et reçoit une Charte de 20 ans. Il reçut un monopole sur l’impression de monnaie des États-Unis même si 80 % de son stock a été détenu par des investisseurs privés. Les autre 20 % a été achetée par le gouvernement des États-Unis, mais cela ne devait ne pas lui donner un morceau si l’action, mais de fournir le capital pour les investisseurs privés à acheter les autres 80 %.

Thomas disposés
Comme avec la Banque d’Angleterre et le vieux de la Bank of North America, ces investisseurs privés jamais payant la totalité du montant convenu pour leurs actions. Ce qui est arrivé, c’était grâce au système frauduleux de réserve fractionnaire bancaire, la participation de 20 % par le gouvernement qui était de $ 2 000 000 en espèces, a été utilisé pour consentir des prêts à ses investisseurs privés d’acheter l’autre 80 % du capital, £ 8 000 000, pour cet investissement libre de risque.
Encore une fois comme la Banque d’Angleterre et le vieux de la Bank of North America, le nom, la « Première banque des Etats-Unis, » a été délibérément choisi pour se cacher des gens du commun du fait qu’il était la propriété privée. Les noms des investisseurs dans cette banque n’ont été jamais révélés, bien qu’il est maintenant largement admis que les Rothschild étaient derrière elle.
Il est intéressant en 1790 lorsque Alexander Hamilton a proposé cette banque au Congrès, Mayer Amschel Rothschild a fait la déclaration suivante de sa banque à Francfort (Allemagne)
« Permettez-moi de délivrance et le contrôle de l’argent d’une nation et je me ne soucie pas qui rédige les lois. »
1796 La First Bank of the United States a été contrôler la masse monétaire américaine pendant 5 ans. Pendant ce temps, le gouvernement américain a emprunté $ 8 200 000 auprès de cette banque centrale, et dans le pays, les prix ont augmenté de 72 %. En ce qui concerne cette, Thomas Jefferson, alors secrétaire d’Etat a déclaré :
« Je souhaite que c’était possible d’obtenir un seul amendement notre constitution prenant du gouvernement fédéral de leur pouvoir d’emprunt. »
1798 Mayer Amschel Rothschild envoie son fils, Nathan, à l’âge de 21, en Angleterre avec une somme d’argent équivalent à £ 20 000, de mettre en place un changeurs d’argent là.
1800
Napoléon

En France, la Banque de France a été mis en place. Cependant, Napoléon décide de France devait se libérer de la dette et il donc jamais confiance cette banque. Il a déclaré que, lorsqu’un gouvernement est dépendant des banquiers pour l’argent, c’est les banquiers et pas les chefs de gouvernement qui sont dans le contrôle. Il a dit,
« La main qui donne est au-dessus de la main qui prend. Argent n’a pas de patrie, financiers sont sans patriotisme et sans pudeur, leur seul but est le gain ».
1803
Thomas Jefferson

Maintenant le Président Thomas Jefferson, le Président Jefferson conclu un accord avec Napoléon en France. Les Etats-Unis donnerait Napoléon $ 3 000 000 d’or en échange d’un gros morceau de territoire à l’ouest du Mississippi. C’est ce qu’on appelle l’ achat de la Louisiane.
Napoléon a utilisé cet or pour mettre sur pied une armée. Il a ensuite utilisé cette armée de déclencher à travers l’Europe où il a commencé à conquérir tout sur son passage. Rapidement, la Banque d’Angleterre a augmenté pour s’opposer à Napoléon et financé chaque nation sur son chemin, comme d’habitude, profiteurs de guerre. La Prusse, l’Autriche, et enfin la Russie tous ensuite lourdement endetter dans une vaine tentative pour arrêter Napoléon.
1807
Duc de Wellington
30 ans vieux Nathan Rothschild, chef de la branche anglaise de la famille à Londres, personnellement prend en charge un plan pour faire passer clandestinement un envoi si nécessaire de l’or à travers la France à l’Espagne pour financer une attaque par le Duc de Wellington contre Napoléon, à partir de là.
1811 $
Nathan Rothschild
Un projet de loi a été mis devant le Congrès en vue de renouveler la Charte de la First Bank of the United States. Les législatures de la Pennsylvanie et la Virginie adopter des résolutions demandant des Congrès pour tuer la Banque. La presse nationale attaque ouvertement la Banque qualifiant : une grande escroquerie ; un vautour ; une vipère ; et un cobra.
Nathan Rothschild obtient sur la Loi et fait la déclaration suivante révélateur quant à qui était vraiment derrière la First Bank of the United States,
« La demande de renouvellement de la Charte est délivrée, ou aux Etats-Unis va se trouver impliqués dans une guerre désastreuse plus. »

George Clinton
Lorsque la fumée avait autorisé le projet de loi de renouvellement a été autorisé par un vote unique à la maison et a été bloquée au Sénat.
À ce stade, quatrième président américain, le président James Madison a été à la maison blanche. Il était un farouche opposant de la Banque, et il a envoyé son Vice-Président, George Clinton, pour briser l’égalité au Sénat, qui a tué la Banque.
1812 Comme promis par Nathan Rothschild, parce que la Charte pour la First Bank of the United States n’est pas renouvelée, des milliers ont à en crever et l’attaque britannique de l’Amérique. Cependant, comme le Britannique sont encore occupés à combattre Napoléon, ils sont incapables de monter une grande partie des voies de fait et la guerre s’achève en 1814 avec l’Amérique invaincu.
1814 Attaques de Wellington Sud et autres défaites finalement contraint Napoléon à abdiquer et Louis XVIII est couronné roi. Napoléon est exilé à la minuscule île d’Elbe, au large de la côte italienne.
1815 Napoléon s’échappe de son exil et revient à Paris. Les soldats Français ont été envoyés pour capturer lui, mais il utilise son charisme pour convaincre ces soldats à se rallier autour de lui, et ils par la suite la grêle lui comme leur empereur une fois de plus. En mars, Napoléon réunit une armée qui duc de Wellington de l’Angleterre bat moins de 90 jours plus tard à Waterloo.
Même si le résultat est prédéterminé, ces banquiers n’aiment pas prendre n’importe quelle sorte de risque, ils sont trop habitués à un monopole. Donc Nathan Rothschild a envoyé un messager de confiance nommé Rothworth à Waterloo où il est resté sur le bord du champ de bataille. Une fois que la bataille a été décidée, Rothworth a décollé pour le canal et envoyées à la nouvelle de la victoire de Wellington à Nathan Rothschild un complet 24h avant courrier propre de Wellington.
Nathan Rothschild se précipita à la bourse de Londres et se tint dans sa position habituelle. Tous les yeux étaient sur lui comme Rothschild avait un réseau de communications légendaire. Rothschild était là à la recherche désespérée et a soudainement commencé à vendre. Les autres commerçants cru que cela signifiait qu’il avait entendu que Napoléon avait gagné donc ils ont tous commencèrent à vendre frénétiquement.
Le marché a chuté par la suite, bientôt tout le monde se vendait leurs consuls (obligations d’État britanniques), mais ensuite Rothschild secrètement commencé tout cela par l’intermédiaire de ses agents sur le sol, pour une fraction de ce qu’elles valaient quelques heures seulement avant de les acheter. Beaucoup de ces consuls ont pu être convertis en actions de Bank of England, qui est comment les Rothschild prit le contrôle de la Banque d’Angleterre et, par conséquent, la masse monétaire britannique.
Fait intéressant, 100 ans plus tard, le New York Times a publié un article affirmant que petit-fils de Rothschild avait tenté d’obtenir une ordonnance du Tribunal pour supprimer un livre avec cela, ce que nous appellerions aujourd’hui, « initiés » histoire dedans. La famille de Rothschild, a affirmé l’histoire était fausse et diffamatoire, mais la Cour a rejeté la demande de la famille Rothschild et a ordonné à la famille de payer tous les frais de justice.
Nathan Rothschild qui vante ouvertement dans ses 17 ans en Angleterre, il a augmenté son enjeu initial de £ 20 000 donné à lui par son père, 2500 fois à 50 000 000 £.
Certaines personnes se demandent, pourquoi les banquiers veulent-ils la guerre ? Simple, banquiers financent les deux côtés dans une guerre. Ils font cela parce que la guerre est le plus grand générateur de dette de tous. Une nation s’endettera tout montant pour la victoire, même si les banques ont déjà prédéterminées le résultat. Le perdant ultime est prêté juste assez d’argent pour tenir le coup un vain espoir de la victoire et le gagnant final est donné assez pour s’assurer qu’il gagne.
Comment les banques ce qu’ils vont revenir tout leur argent ? Facile, ces prêts sont accordés sur la garantie que le vainqueur sera l’honneur les dettes des vaincus. Peu importe les milliers de soldats qui donnent leur vie sous le prétexte, c’est pour l’honneur de leurs nations respectives, quand c’est en fait pour les profits des banquiers.
En effet, au cours de la période entre la création de la Banque d’Angleterre en 1694 et la défaite de Napoléon à Waterloo, cette année, l’Angleterre avait été en guerre depuis 56 ans, avec une grande partie de leur temps restant préparent à la guerre. Si c’est une bonne affaire pour les bénéfices des banques, alors pourquoi changer.
1816
Second Bank of the United States

Le Congrès américain passe une loi qui permet encore une autre propriété privée Banque centrale. Cette banque a été appelée la « Deuxième banque des Etats-Unis » et c’ est la Charte était une copie conforme de celle de son prédécesseur, la First Bank of the United States. Le gouvernement des États-Unis serait une fois de plus censé être propriétaire 20 % des actions de la Banque.
Leur part a été payée à nouveau à l’avant dans la Banque et grâce aux prêts frauduleux réserve fractionnaire, cela a été transformé en prêts pour les investisseurs privés qui ont acheté une nouvelle fois les 80 % restants des actions. Tout comme devant les noms de ces investisseurs a été tenue secrète.
1826 Le bâton de talley est retiré de la circulation en Angleterre.
1828 =
Andrew Jackson

Après 12 ans au cours de laquelle le Second Bank of the United States, manipulé sans vergogne l’économie américaine au détriment du peuple, mais au profit de leur propre argent en saisissant les extrémités, le peuple américain avait sans surprise assez. Les adversaires de cette banque nommé sénateur, Andrew Jackson , du Tennessee, à briguer la présidence.
Au grand dam des changeurs d’argent, Jackson a remporté la présidence et fait tout à fait clair, qu’il avait l’intention de tuer cette banque à la première occasion. Il a commencé au cours de son premier mandat au bureau, pour éradiquer les rives de nombreux sbires par son gouvernement. Pour illustrer combien profondément ce cancer était enraciné au sein du gouvernement, il a tiré à 2 000 des 11 000 employés du gouvernement fédéral.
1832 Le Second Bank of the United States, demandez le Congrès d’adopter un renouvellement de la Charte de la Banque, quatre ans plus tôt. Congrès respecté et envoyé le projet de loi au Président Jackson pour signature. Le Président Jackson opposé son veto à ce projet de loi et dans son message de veto, il a déclaré ce qui suit,
« Il n’est pas nos concitoyens les seuls qui doivent recevoir la générosité de notre gouvernement. Plus de huit millions de l’encours de la Banque sont détenues par des étrangers… N’y at-il aucun danger pour la liberté et l’indépendance dans une banque qui, dans sa nature, a si peu à le lier à notre pays ?
Contrôler notre monnaie, recevoir notre argent public et tenue des milliers de nos concitoyens dans la dépendance… serait plus redoutable et dangereux qu’une puissance militaire de l’ennemi. Si le gouvernement se bornera pour une protection égale et, comme le ciel fait ses pluies, douche la faveur aussi bien sur le haut et le bas, les riches et les pauvres, ce serait une bénédiction sans réserve.
Dans la loi devant moi il semblerait être départ large et inutile de ces quelques principes. »
En juillet, le Congrès n’a pas pu substituer le veto du Président Jackson. Le Président Jackson s’élevait à la réélection et pour la première fois dans l’histoire américaine, il a pris son argument directement au peuple en prenant sa campagne de réélection sur la route. Son slogan de campagne était,
« Jackson et aucune banque! »
Même si les banquiers versé plus $ 3 000 000 en adversaire du Président Jackson, le républicain, la campagne des sénateur Henry Clays, le Président Jackson a été réélu par un glissement de terrain en novembre. Le Président Jackson savait que la bataille ne faisait que commencer cependant, et suite à sa victoire, il a déclaré,
« L’hydre de la corruption est seulement scotché, pas mort! »
1833
Roger B. Taney

Le Président Jackson nomme Roger B. Taney comme Secrétaire d’État au Trésor, avec des instructions pour supprimer les dépôts du gouvernement de la Second Bank of the United States. Précédentes deux secrétaires d’État du Président Jackson au Trésor, William J. Duane et Louis McLane avait refusé de se conformer à la demande du Président Jackson et ont été tirés en conséquence.
Cependant la tête de la, Second Bank of the United States, Nicholas Biddle, utilise son influence pour que le Sénat à rejeter la candidature de Roger B. Taney et même menacé de causer une dépression si la Banque n’est pas redéfinie. Biddle a déclaré :
« Ce président digne pense que parce qu’il a scalpé Indiens et juges emprisonnés, il doit avoir son chemin avec la Banque. Il se trompe ».
Biddle a ensuite pour effrontément admettre que la Banque avait l’intention de faire de l’argent rare afin de forcer la main du Congrès en re-affrètement de la Banque. Il a dit,
« Rien d’autre qu’une souffrance généralisée produira aucun effet sur les congrès… Notre seule sécurité poursuit un cap de restriction ferme – et je ne doute pas que cette voie conduira finalement à la restauration de la monnaie et de la nouvelle Charte de la Banque. »

Nicholas Biddle
Que Biddle a fait avec cette affirmation, c’est prouver au monde ce que les banques centrales étaient vraiment environ. Il fait bon sur sa parole et le Second Bank of the United States, contracté fortement la masse monétaire en appelant dans les anciens prêts et en refusant d’émettre de nouveaux. Naturellement, une panique financière s’ensuivit, suivie par l’Amérique étant plongé dans une profonde dépression.
Biddle puis sans vergogne blâmé le Président Jackson pour l’accident, affirmant qu’il était le retrait de Jackson des fonds fédéraux qui avaient causé. Cela plongé crash des salaires et des prix, chômage ont grimpé ainsi que des faillites d’entreprises. Les États-Unis ont été dans le tumulte et rédacteurs en chef a fustigé le Président dans les éditoriaux.
1835 Congrès réuni ce qu’on appelait le, « panique Session », et le 27 mars, le Président Jackson fut officiellement censuré par le Congrès pour retirer des fonds de la Banque de la seconde des États-Unis, lors d’un vote qui voté au Sénat par 26 à 20. C’était la première fois qu’un Président avait déjà été censurée par le Congrès et Jackson a déclaré de la Banque,
« Vous êtes un repaire de vipères de voleurs et j’ai l’intention de mettre en déroute sur votre, et par le Dieu éternel, je vous déroute. »

George Wolf

Cependant, le gouverneur de Pennsylvanie, George Wolf, est sorti à l’appui du Président Jackson et vivement critiqué la Banque. Ceci, couplé avec le fait que Nicholas Biddle a été capturé en offrant au public sur le plan de la Banque de crash de l’économie américaine, provoqué un changement dans l’opinion de l’action du Président Jackson.
Dans un tour complet de propos le 4 avril, la Chambre des représentants a voté 134 à 82 contre re-affrètement de la Banque. Cela a été suivi par un autre vote solide qui a créé un Comité spécial afin d’examiner si la Banque avait causé le crash.
Toutefois, lorsque la Commission d’enquête est arrivée à la porte de la Banque à Philadelphie avec une citation à comparaître leur permettant d’inspecter les livres, Nicholas Biddle a refusé de renoncer à eux, ou de permettre l’inspection de la correspondance avec les membres du Congrès concernant leurs prêts personnels et les progrès qu’il avait faites pour eux. Il a également refusé de témoigner devant le Comité de retour à Washington.
1836 La Charte pour la Second Bank of the United States expire, et la Banque cesse de fonctionner comme une banque centrale de l’Amérique. Nicholas Biddle a ensuite été arrêté et inculpé de fraude. Il a été jugé et acquitté, mais meurt en 1844, toujours aux prises avec des poursuites au civil.
1838 Le 8 janvier le Président Jackson est payante la dernière tranche de la dette nationale, qui avait été rendue nécessaire en permettant aux banques d’émettre la monnaie des obligations d’État, plutôt que de simplement émettre des bons du Trésor sans cette dette. Il a été le seul président à jamais rembourser la dette.

Richard Lawrence

Le 30 janvier un assassin appelé Richard Lawrence essayèrent de détruire le Président Jackson, mais les deux pistolets ont eu des ratés. Lawrence a été plus tard déclaré non coupable pour cause d’aliénation mentale. Cependant, après sa libération il vantait ouvertement que des gens puissants en Europe avaient lui mettre à la hauteur de la tâche et a promis de le protéger s’il avait été capturé.
Quand on lui demande ce qui son plus important accomplissement avait été en vie, le Président Jackson a déclaré sans hésitation,
« J’ai tué la Banque! »
Il faudrait les changeurs d’argent 75 ans pour établir la prochaine Banque centrale, la réserve fédérale. Cette fois, qu’elles ne prendraient aucune chance et utiliser l’un des leurs, Jacob Schiff, de la lignée des Rothschild, à entreprendre ce.
1850 Jacob (James) Rothschild en France est censée être d’une valeur de 600 millions de francs, qui à l’époque était de 150 millions francs de plus que tous que les autres banquiers en France mis en place.
1852
William Gladstone

Futur premier ministre britannique, William Gladstone, a déclaré ce qui suit concernant quand il est devenu chancelier de l’échiquier cette année,
« Dès que mon entrée en fonction comme chancelier de l’échiquier, j’ai commencé à apprendre que l’état détenait, face à la Banque et de la ville, une position essentiellement fausse quant à financer. Le gouvernement lui-même ne devait ne pas être une puissance de fond, mais devait quitter le pouvoir suprême et incontesté. »
1861
Abraham Lincoln

Un mois après l’inauguration du Président Abraham Lincoln, la guerre de sécession a obtenu en cours de Fort Sumter, Caroline du Sud, après que la Caroline du Sud quittent l’Union. L’esclavage a toujours été cité comme étant la cause de la guerre, mais c’était tout simplement pas le cas, comme le président Lincoln lui-même a déclaré :
« Je n’ai aucun but directement ou indirectement d’interférer avec l’institution de l’esclavage dans l’État où il se trouve maintenant. Je crois que je n’ai aucun le droit légal de le faire, et je n’ai aucune envie de le faire… Mon objectif primordial est de sauver l’Union, et c’est pas pour sauver ou détruire l’esclavage. Si je pouvais sauver l’Union sans libérer un esclave, je le ferais. »
La vraie raison de la guerre, c’est que les États du Sud étaient dans une une situation économique désastreuse en raison de l’action des États du Nord. Industriels du nord avaient utilisé des tarifs commerciaux pour empêcher les Etats du Sud d’acheter des produits européens moins chers. L’Europe a riposté par la suite par l’arrêt des importations de coton du Sud. Ainsi le Sud ont été contraints de payer plus pour des marchandises tout en ayant leur revenu réduit.

Otto Von Bismarck

C’est quand les changeurs d’argent vu la possibilité de diviser et conquérir l’Amérique en plongeant dans la guerre civile. Ceci est confirmé par Otto Von Bismarck , quand il était chancelier d’Allemagne (1871-1890), qui déclarait :
« La division des États-Unis d’Amérique en fédérations de force égale a été décidé bien avant la guerre civile par les puissances financières élevées de l’Europe, ces banquiers avaient peur que les États-Unis s’ils restaient comme un bloc et comme une seule nation, atteindraient une indépendance économique et financière qui bouleverserait leur domination financière dans le monde entier. »
Seulement mois après ces premiers coups en Caroline du Sud, les banquiers centraux prêtés, Napoléon III de France (le Napoléon de la bataille du neveu de Waterloo), 210 millions de francs pour s’emparer de Mexique et puis Gare de troupes le long de la frontière sud des Etats-Unis, en profitant de la guerre de sécession pour renvoyer le Mexique à la domination coloniale.

Napoléon III

C’était en violation de la, « Doctrine Monroe » qui a été émis par le président James Monroe durant sa septième annuel sur l’état de l’Union au Congrès, en 1823. Cette doctrine proclamée avis aux États-Unis que les puissances européennes devraient n’est plus coloniser les Amériques ou interférer avec les affaires des nations souveraines, situées dans les Amériques, comme aux États-Unis, le Mexique et d’autres.
En contrepartie, les États-Unis prévu de rester neutre dans les guerres entre les puissances européennes et aux guerres entre une puissance européenne et de ses colonies. Toutefois, si ces dernier type de guerres devait survenir dans les Amériques, les États-Unis considérerait telle action comme hostile envers lui-même.
Alors que les Français étaient violant la, Doctrine Monroe au Mexique, les britanniques emboîté en déplaçant les 11 000 soldats au Canada et en positionnant le long de la frontière nord de l’Amérique. Le président Lincoln savait qu’il était en difficulté, alors il est allé avec son Secrétaire à la trésorerie, Salomon P. Chase, à New York pour obtenir les crédits nécessaires pour financer la défense de l’Amérique.
Les changeurs d’argent avaient conçu la guerre pour faire l’Union échouer, et n’étaient pas sur Enregistrer maintenant, donc ils offerts prêts à intérêt de 24 % à 36 %. Le président Lincoln refusa car ils savaient qu’il et retour à Washington, où il a envoyé pour le Colonel Dick Taylor de Chicago, qui il a été chargé du problème de la façon dont il devrait financer la guerre.

Dick Taylor

Au cours d’une réunion le président Lincoln a demandé le Colonel Taylor quelles propositions il était venu avec pour financer la guerre. Le colonel Taylor a déclaré :
« Pourquoi Lincoln, c’est facile, juste obtenir le Congrès d’adopter un projet de loi autorisant l’impression des notes de Trésor légal complet… et payer vos soldats avec eux et aller de l’avant et gagner votre guerre avec eux aussi. »
Le président Lincoln a demandé au Colonel Taylor si le peuple des États-Unis accepterait les notes, le Colonel Taylor a dit,
« Les gens ou quelqu’un d’autre aura pas aucun choix en la matière, si vous leur faites plein cours légal. Ils auront la pleine sanction du gouvernement et être aussi bon que n’importe quel argent, comme le Congrès est donné ce droit expressément par la Constitution. »
1862
Billets verts

Le président Lincoln a commencé l’impression du montant 450 000 $ valeur 000 de nouveaux projets de loi. Ces projets de loi ont été imprimés à l’encre verte sur le verso, afin de les distinguer des autres billets en circulation et ont les appelle, « Greenbacks. » Ceux-ci ont été imprimés à aucun intérêt au gouvernement fédéral et ont servi à payer les troupes et acheter leurs fournitures. Le président Lincoln serait le dernier président à émettre de dette gratuit États-Unis notes, et il a déclaré à ce sujet,
« Le gouvernement devrait créer, émettre et diffuser toute la monnaie et le crédit nécessaire pour satisfaire le pouvoir de dépenser du gouvernement et le pouvoir d’achat des consommateurs. Le privilège de la création et l’émission de monnaie n’est pas seulement la prérogative suprême du gouvernement, mais c’est dans la plus grande opportunité de création par le gouvernement. Les contribuables seront enregistrées par l’adoption de ces principes… immenses sommes d’intérêt. L’argent cessera d’être maître et devenir le serviteur de l’humanité. »
En réponse à cette déclaration, The Times of London publie une pièce de propagande évidemment mises par les banquiers, contenant la déclaration suivante,
« Si cette politique financière espiègle qui avait son origine dans la République de l’Amérique du Nord, devrait devenir indurée vers le bas pour un montage, alors que le gouvernement remettra son propre argent sans frais. Il va payer les dettes et être sans une dette. Il aura tout l’argent nécessaire afin d’exploiter son commerce.
Il deviendra prospère au-delà de précédent dans l’histoire des gouvernements civilisés du monde. L’intelligence et la richesse de tous les pays iront en Amérique du Nord. Ce gouvernement doit être détruit ou il détruira chaque monarchie sur le globe. »
1863 Les banquiers zurückgeschlagen. Le président Lincoln ayant besoin d’autorité du Congrès d’émettre plus de billets verts, Lincoln a été contraint en laissant les banquiers de pousser leur, « National Banking Act, » par le Congrès.
La partie la plus importante de la présente loi a été qu’à l’avenir, l’offre de monnaie des États-Unis entière serait créé de la dette par l’achat d’obligations d’état des États-Unis les banques nationales et leur délivrance de réserves pour les billets. Sur le dessus de ce monopole, les banques nationales étaient autorisés à exploiter en vertu d’un statut fiscal virtuel gratuit. Ce type d’escroquerie bancaire s’explique par l’historien, Galbraith, qui déclarait :
« De nombreuses années qui suivirent la guerre, le gouvernement fédéral a couru un excédent de lourd. Elle ne pouvait cependant pas payer sa dette, retirer ses titres, parce qu’il ne voulait dire il n’y n’aurait aucuns liaisons vers l’arrière les notes de la Banque nationale. Pour éponger la dette était de détruire la masse monétaire. »

Tsar Alexandre II

Plus tard cette année, Tsar Alexandre II a donné le président Lincoln d’aide inattendue. Le Tsar émis des ordonnances qui si activement soit l’Angleterre ou la France est intervenue dans la guerre de sécession et aider le sud, la Russie envisagerait cette action une déclaration de guerre. Pour montrer qu’il n’était pas bricoler, il envoya la partie de sa flotte du Pacifique au port de San Francisco.
Ce n’était pas parce que le Tsar était bienveillant envers l’Amérique au lieu de cela qu’il était très intelligent. Il, comme Otto Von Bismarck en Allemagne, pouvait clairement voir que les changeurs d’argent ont été jusqu’à, en effet, il avait déjà refusé de les laisser mettre en place une banque centrale en Russie.
Il a compris que si l’Amérique devait venir sous le contrôle de la Grande-Bretagne ou la France, puis l’Amérique serait une fois de plus sous le contrôle des banquiers centraux, et une telle expansion de l’empire de banquiers, signifierait qu’ils menaceraient finalement la Russie.
1864
Salomon P Chase

Le président Lincoln est réélu le 8 novembre et le 21 novembre qu’il écrivait un ami,
« Le pouvoir de l’argent se nourrit sur les nations en temps de paix et conspire contre elle dans les temps d’adversité. Il est plus despotique que la monarchie, plus insolente que l’autocratie, plus égoïste que la bureaucratie ».
Salomon P Chase, maintenant président Lincoln ancien Secrétaire de la trésorerie, a déclaré :
« Mon agence dans la promotion de l’adoption de la Loi sur les banques nationales a été la plus grande erreur financière dans ma vie. Il a construit un monopole qui affecte tout intérêt dans le pays ».
1865
John Wilkes Booth

Le 14 avril 41 jours après son investiture en deuxième et seulement 5 jours après que le général Lee se rendit au général Grant à Appomattox, président Lincoln est abattu par John Wilkes Booth, au théâtre de Ford. Plus tard, il allait mourir de ses blessures. Les allégations que les banquiers internationaux étaient responsables de l’assassinat du président Lincoln, seraient prises à la Chambre des communes canadienne, près de 70 ans plus tard, en 1934.
La personne qui a révélé cela a été un avocat canadien, Gerald G. McGeer. Il avait obtenu des preuves supprimés du dossier public lui fourni par les Agents des services secrets au procès de John Wilkes Booth, après la mort de Booth. McGeer a déclaré qu’elle a montré que John Wilkes Booth était un mercenaire travaillant pour les banquiers internationaux. Son discours serait indiqué dans un article publié dans le Vancouver Sun, en date daté, 2 mai 1934, où il est dit,
« Abraham Lincoln, l’assassiné émancipateur des esclaves, a été assassiné par les machinations d’un représentant du groupe des banquiers International, qui craignaient les ambitions de crédit nationale du Président des États-Unis. Il y n’avait qu’un seul groupe au monde à l’époque qui avait toute raison de désirer la mort de Lincoln. Ils étaient les hommes qui s’opposés à son programme de la monnaie nationale et qui avait combattu tout au long de la guerre civile entière sur sa politique de monnaie du billet vert. »
Gerald G. McGeer a également déclaré que l’assassinat de Lincoln n’était pas simplement parce que les banquiers internationaux voulaient rétablir une banque centrale, en Amérique, mais aussi parce qu’ils voulaient fonder devise de l’Amérique sur l’or, qu’ils ont bien sûr contrôlée. Ils ont voulu mettre l’Amérique sur un étalon-or. C’est en opposition directe à la politique du président Lincoln d’émettre des billets verts, fondées uniquement sur la bonne foi et de crédit des États-Unis.
L’article du Vancouver Sun a également cité des Gerald G. McGeer avec l’instruction suivante,
« Ils étaient les hommes intéressés par la mise en place de l’étalon-or et le droit des banquiers pour gérer la monnaie et du crédit de toutes les Nations du monde. Avec Lincoln de la route, ils ont été en mesure d’examiner ce projet et n’a procédé à elle aux États-Unis. Dans les 8 ans après l’assassinat de Lincoln, argent fut démonétisé et le système de l’étalon-or mis en place aux États-Unis. »
1866 Les banquiers centraux européens voulaient le rétablissement d’une banque centrale sous leur contrôle et une devise américaine soutenue par l’or. Ils ont choisi d’or comme l’or a toujours été relativement rare et donc beaucoup plus facile de le monopoliser, que, par exemple, d’argent, qui était abondante dans les Etats-Unis et avait été trouvé en grande quantité avec l’ouverture de l’Ouest américain.
Ainsi, le 12 avril, Congrès est retourné au travail à l’appel d’offres des banquiers centraux européens. Il est passé la, « Loi de Contraction, » autorisant le Secrétaire au Trésor à contracter la masse monétaire en retirant certaines des billets verts en circulation.
Cette contraction de l’argent et c’est désastreux résultats s’explique par Theodore R. Thoren et Richard F. Walker, dans leur livre, « The Truth en argent livre, » dans lequel ils déclarent ce qui suit,
« Les moments difficiles qui ont eu lieu après que la guerre civile aurait pu être évité si la législation du billet vert avait continué comme le président Lincoln avait prévu. Au lieu de cela, il y avait une série de paniques de l’argent, ce que nous appelons des récessions, qui fait pression sur le Congrès d’adopter une loi pour placer le système bancaire sous contrôle centralisé. Finalement la Loi de la réserve fédérale a été adoptée le 23 décembre 1913. »
Voilà comment la « Loi de Contraction, » adoptée par le Congrès touché l’Amérique (la masse monétaire descend simplement parce que la monnaie en circulation est retirée) :
Année En circulation Environ par habitant
1866 1 800 000 000 $ 50,46 $
1867 $1,300,000,000 44,00 $
1876 montant de 600 000 000 $ 14,60 $
1886 400 000 000 $ 6,67 $
C’est pourquoi dans les années vingt depuis 1866 deux tiers de la masse monétaire américaine avait été appelées par les banquiers, qui représente une perte de 760 % en pouvoir d’achat cette vingtaine d’années. L’argent est devenu rare, tout simplement parce que les prêts bancaires ont été appelés en et aucun nouveaux ont été donnés.
1872 Ernest Seyd est envoyée en Amérique pour une mission de la Rothschild appartenant à la Banque d’Angleterre. Il reçoit $ 100 000 dont il est utiliser pour soudoyer les membres du Congrès autant que nécessaire, aux fins d’obtenir argent démonétisés, comme il avait été constaté en quantités énormes dans l’Ouest américain, qui mangeait dans les bénéfices de Rothschild.
1873 Ernest Seyd évidemment a dépensé son argent sagement, comme pass Congrès la, « Coinage Act» qui se traduit par la frappe des dollars en argent étant arrêtés brusquement. En outre, représentant Samuel Hooper, qui a présenté le projet de loi à la chambre, a même admis qu’Ernest Seyd a rédigé en fait de la législation.
1874 Ernest Seyd lui-même admis qui était derrière la demonetizing d’argent en Amérique, quand il a fait la déclaration suivante,
« Je suis allé en Amérique pendant l’hiver de 1872-1873, autorisé à fixer, si je le pouvais, le passage d’un projet de loi demonetizing argent. C’était dans l’intérêt de ceux que j’ai représenté, les gouverneurs de la Banque d’Angleterre, de l’avoir fait. En 1873, les pièces d’or étaient la seule forme de monnaie. »
1876 En raison de la manipulation de la masse monétaire en Amérique, un tiers de la population active est au chômage et troubles se développe. Il n’y a même des appels pour un retour au billet vert argent ou argent. Ainsi, le Congrès crée le, « United States Silver Commission, » d’enquêter sur le problème.
Cette commission a bien compris que les banquiers nationaux étaient la cause du problème, avec leur contraction volontaire de la masse monétaire. Un extrait de leur rapport se lit comme suit,
« La catastrophe de l’âge des ténèbres a été causée par l’argent baisse et baisse des prix… Sans argent, civilisation n’aurait pas pu avoir un début, et avec un épuisement, il doit se morfondre et sauf si soulagée, enfin périr. À l’ère chrétienne, la monnaie métallique de l’Empire romain s’élevait à 1 800 000 000 $. À la fin du XVe siècle, elle était réduite à moins de 200 000 000 $… L’histoire n’enregistre aucune autre telle désastreuse transition que celui de l’Empire romain à l’âge des ténèbres… »
Malgré ce rapport accablant de la commission, le Congrès a pris aucune mesure.
1877 Émeute éclate de Pittsburgh à Chicago. Les banquiers se réunissent pour décider quoi faire et ils ont décidé à s’accrocher, car ils savaient que malgré la violence, ils étaient maintenant fermement dans le contrôle. Lors de la réunion de l’American Bankers Association, ils ont exhorté leurs membres à faire tout en leur pouvoir, de mettre fin à toute idée d’un retour aux billets verts.
Le Secrétaire de l’Association des banquiers américains, James Buel, a même écrit une lettre aux membres dans lequel il appelle ouvertement sur les rives à la subversion du Congrès et la presse. Dans cette lettre, il a déclaré,
« Il est conseillé de faire tout en votre pouvoir pour soutenir ces éminents journaux quotidiens et hebdomadaires, en particulier l’agriculture et la presse religieuse, mais aussi de s’opposer au billet vert émettre du papier-monnaie, et que vous retiendra également le patronage de tous les candidats qui ne sont pas disposés à s’opposer à la question du gouvernement d’argent…
… D’abroger la Loi sur la création de billets de banque, soit de rétablir la circulation émission de monnaie sera à la population avec de l’argent et affectera donc sérieusement nos bénéfices individuels comme les banquiers et les prêteurs. Consultez votre représentant au Congrès en même temps et s’engager à soutenir nos intérêts que nous pouvons contrôler la législation. »
1878 Lettre de James Buel clairement eu un certain effet, que bien que la pression a monté au Congrès pour le changement, la presse a essayé de tourner le général public loin de la vérité. Un exemple de ceci est de la New York Tribune dans son édition du 10 janvier dans lequel il est dit dans une pièce de propagande des banquiers,
« La capitale du pays est enfin organisée et nous verrons si le Congrès osera à voler dans son visage. »
Ce contrôle précoce des médias n’a pas fonctionné tout à fait cependant, comme le 28 février le Congrès a adopté la, « Loi de Sherman ». Cette Loi permettait à la frappe d’un nombre limité de dollars en argent, mettre fin à la pause de 5 ans. Toutefois, cela ne signifie pas que tous ceux qui ont apporté l’argent à l’United States Mint pouvait l’avoir frappé en dollars en argent, sans frais, comme dans la période avant Coinage Act de Ernest Seyd, en 1873. Or le soutien de la monnaie américaine aussi est resté.
Toutefois, cette loi de Sherman garantissait que peu d’argent a commencé à s’écouler dans l’économie, encore une fois et couplé avec le fait que les banquiers ont maintenant réalisé qu’ils étaient encore solidement en contrôle, ils commencèrent à délivrer des prêts à nouveau et le post guerre civile dépression était finalement plus.
1881 =)

James Garfield

Les américains élisent le républicain, James Garfield comme le 20e Président des États-Unis d’Amérique. Il s’agissait d’un sujet d’inquiétude pour les changeurs d’argent, parce que comme un membre du Congrès, il avait été président de la Commission des crédits et a été membre de la Banque et la monnaie. Les changeurs d’argent étaient donc au courant que le Président Garfield était en pleine connaissance de leur escroquerie sur le peuple américain. En effet après son investiture, a déclaré le Président Garfield,
« Celui qui contrôle le volume d’argent dans n’importe quel pays est maître absolu de toute l’industrie et du commerce… « Et quand vous vous rendez compte que le système entier est très facilement contrôlé, une manière ou une autre, par quelques hommes puissants en haut, vous n’aurez pas qu’on leur dise comment sont créés les périodes d’inflation et de dépression ».
Curieusement dans les quelques semaines qui fait cette déclaration, le Président Garfield a été assassiné le 2 juillet.
1891 Les changeurs d’argent passé la dernière décennie, créant des booms économiques suivies par des dépressions, afin qu’ils pouvaient acheter des milliers de maisons et fermes pour des Penny sur le dollar. Ils s’apprêtaient à prendre l’économie vers le bas à nouveau dans un proche avenir et dans une note choquante envoyés par l’ American Bankers Association, qui sortirait dans le Congressional Record plus de vingt ans plus tard, a déclaré ce qui suit,
« Le 1er septembre 1894 nous renouvellerons pas nos prêts sous aucune considération. Le 1er septembre, nous exigerons notre argent.
Nous écarter et devenir des hypothèques en possession. Nous pouvons prendre les deux-tiers des exploitations agricoles à l’ouest du Mississippi et des milliers d’entre eux à l’est du Mississippi, à notre propre prix… Puis les agriculteurs deviendront des locataires comme en Angleterre… »
1891 American Bankers Association, comme imprimé dans le Congressional Record de 29 avril 1913.
1896 =

William Jennings Bryan

La question centrale dans la campagne présidentielle est la question de l’argent plus d’argent. Le sénateur William Jennings Bryan , du Nebraska, un démocrate, âgé de seulement 36 ans, fait un discours émotionnel à la Convention nationale démocrate de Chicago, intitulé, « La Couronne d’épines. » et la Croix d’or Le sénateur Bryan a déclaré :
« Nous répondrons à leur exigence d’un étalon-or en disant à eux, vous ne doit pas appuyer sur le front du travail cette couronne d’épines, vous ne doit pas crucifier l’humanité sur une croix d’or. »
Les banquiers naturellement soutenu le candidat républicain, William McKinley qui en retour ont favorisé l’étalon-or. En outre, ceux de la McKinley campagne, obtenu des fabricants et des industriels d’informer leurs employés que si Bryan ont été élus, toutes les usines et les plantes seraient fermait et il n’y n’aurait aucun travail.
Cette tactique a réussi, McKinley battre Bryan, mais par une faible marge.
1898 ==

Le pape Léon XIII

Le pape Léon XIII a déclaré ce qui suit sur le sujet de l’usure,
« D’une part, il est le parti qui détient le pouvoir, car il détient la richesse, qui a à sa portée, tout travail et tout le commerce, qui manipule pour son propre bénéfice et à ses propres fins, toutes les sources d’approvisionnement, et qui est puissamment représentée dans les conseils d’État lui-même. De l’autre côté, il y a la multitude de démunis et impuissante, douloureuse et dans la souffrance.
Rapace l’usure, qui, bien que plus d’une fois condamnée par l’église, est néanmoins sous une forme différente, mais avec la même culpabilité, toujours pratiquée par les hommes avares et préhension… afin qu’un petit nombre d’hommes très riches ont été en mesure de jeter sur les masses de pauvres un joug peu mieux que l’esclavage lui-même. »
1907 Pendant le début des années 1900, les changeurs d’argent ont été soucieux de faire progresser leur entreprise de mise en place d’une autre banque centrale privée pour l’Amérique. Rothschild, Jacob Schiff, la tête de Kuhn, Loeb et Cie., dans un discours devant la chambre de Commerce de New York, a déclaré, ou plutôt menacée,
« Sauf si nous avons une banque centrale avec un contrôle adéquat des ressources de crédit, ce pays est va subir les plus graves et profondes panique d’argent de son histoire. »
=

J. P. Morgan

Ils ont mis agent de Rothschild, Morgan à l’avant-garde de leur charge. Fait intéressant, le père de Morgan, Julius Morgan, avait été agent financier de l’Amérique aux britanniques, et après la mort de Julius, Morgan a pris un partenaire britannique, Edward Grenville, qui était un fut longtemps Directeur de la Banque d’Angleterre.
Cette année a été l’année de l’attaque de changeurs d’argent. J. secrètement, P. Morgan et ses acolytes s’est écrasé le marché boursier. Ils étaient au courant que des milliers de petites banques étaient alors beaucoup plus étendus, certains avaient seulement une provision de 1 % en vertu du principe de la réserve fractionnaire frauduleux. En seulement quelques jours, la Banque fonctionne est devenue monnaie courante à travers le pays.
Morgan alors intensifié et a publiquement annoncé qu’il soutiendrait ces banques défaillante. Ce qu’il a omis de mentionner, c’est qu’il le ferait par la fabrication de l’argent à partir de rien. Et puis quelle est arrivé, surprise, surprise, Congrès lui permettent de le faire ! Ainsi, Morgan fabriqué 200 000 000 $ de l’argent privé complètement reserveless, acheté des biens et services avec elle et certaines d’entre elles a envoyé à ses banques de branche pour prêter à intérêt.
Ainsi, le public a repris confiance dans l’argent, mais plus important encore, cela signifiait que le pouvoir bancaire était désormais plus consolidé entre les mains de quelques grandes banques.
1908 =

Woodrow Wilson

Avec la panique financière généralisée sur, Morgan a été acclamé comme un héros par le Président puis de l’Université de Princeton, Woodrow Wilson, qui, même grossièrement ou avec arrogance déclarée
« Tout ce mal a pu être évité si nous a nommé un Comité de six ou sept hommes public fougueux comme Morgan, à gérer les affaires de notre pays. »
Le président Theodore Roosevelt avait également signé dans la Loi, après la panique financière, un projet de loi créant la, « monétaire Commission nationale. »
Cette commission devait étudier le problème bancaire et faire des recommandations au Congrès. Naturellement, la commission a été emballée avec des amis et des copains de Morgan.

Nelson Aldrich
Le Président était le sénateur Nelson Aldrich de Rhode Island, et il a représenté les maisons Newport Rhode Island de familles bancaires les plus riches de l’Amérique. Sa fille épousa John, et ensemble ils eurent cinq fils (dont Nelson qui allait devenir le vice-président en 1974 et David qui allait devenir le chef du Conseil des relations étrangères).
Suite à la mise en place de cette Commission monétaire nationale, le sénateur Aldrich immédiatement entamé une tournée de conclusion 2 ans fait de l’Europe, où il a consulté longuement avec les banquiers centraux privés en Angleterre, en France et en Allemagne, ou plutôt Rothschild, Rothschild et Rothschild.
Le coût total de ce voyage de 2 ans pour le contribuable américain ? $ 300 000. Oui, trois cent mille dollars, ce qui n’est pas une faute de frappe !
1910
Jekyll Island
Le sénateur Aldrich revient de sa mission d’enquête de deux ans fait européen le 22 novembre. Peu de temps après certains des wagons privés plus riches et puissants hommes sont montés à bord le sénateur Aldrich de l’Amérique dans le plus strict secret. Ils passèrent à Jekyll Island , au large de la côte de la Géorgie.

Paul Warburg
Dans ce groupe étaient Paul Warburg, qui gagnait un $ 500 000 que ferme, appartenant à une salaire d’année de Rothschild Kuhn, Loeb & Company. Ce salaire était pour lui à faire pression pour une banque centrale privée en Amérique. Jacob Schiff, un Rothschild qui avait acheté Kuhn, Loeb and Company, peu après son arrivée en Amérique, d’Angleterre, était également présent.
Les Rothschilds, les Warburgs et les Schiffs, reliées entre elles par le mariage, étaient essentiellement de la même famille.
Secret lors de cette réunion était tellement serré que tous les participants ont été mis en garde d’utiliser seuls prénoms, pour empêcher les serviteurs d’apprendre leurs identités. Ans plus tard, un des participants, Frank Vanderlip, Président de Citibank nationale et un représentant de la famille Rockefeller, a confirmé le voyage de l’île Jekyll dans une édition du 9 février 1935 du Saturday Evening Post dans lequel il déclarait,
« J’étais en effet sous le nom secret, aussi furtif comme n’importe quel conspirateur… Découverte, nous le savions, doit se faire tout simplement pas, ou bien tout notre temps et effort seraient perdues. Si elle devait être exposée que notre groupe avait se sont réunis et rédigé un projet de loi bancaire, ce projet de loi serait n’ont pas la chance de passage par le Congrès.  »

Jacob Schiff
Il n’était pas juste la mise en place d’une banque centrale qui a été à l’ordre du jour. Autres problèmes pour ces banquiers étaient que la part de marché de ces grandes banques national diminuait rapidement. Dans les dix premières années du siècle, le nombre de banques des États-Unis avait plus que doublé au plus 20 000. En 1913, seulement 29 % de toutes les banques ont été les banques nationales et ils ont tenu seulement 57 % de tous les dépôts. Comme John d. Rockefeller a dit,
« La concurrence est péché! »
Le sénateur Aldrich a admis plus tard dans un article de magazine,
« Avant l’adoption de cette loi, les banquiers de New York pourrait dominer seulement les réserves de New York. Maintenant nous sommes en mesure de dominer les réserves de la Banque de l’ensemble du pays. »

Frank Vanderlip

Si l’un des objectifs de ces conspirateurs devait apporter ces nouvelles banques placées sous leur contrôle. Deuxièmement, l’économie des nations était si forte que les sociétés ont commencé à financer leurs propres développements sur les bénéfices au lieu de prendre des prêts énormes auprès des grandes banques. En effet, dans les dix premières années du siècle, 70 % des sociétés de financement provenait de bénéfices.
Fondamentalement, les industries de l’Amérique devenait indépendante des changeurs d’argent, et les changeurs d’argent n’étaient pas sur le point de laisser cela se produire.
Il y avait aussi beaucoup de discussions au sujet du nom de la nouvelle banque, qui a eu lieu dans une salle de conférence dans le Jekyll Island Club Hotel. Aldrich croit que le mot, « Banque », » ne doit pas même apparaître dans le nom. Warburg voulait appeler la législation, la, « projet de Loi réserve nationale» ou le, »Bill de la réserve fédérale ». L’idée n’était pas seulement de donner l’impression que la nouvelle banque centrale visait à arrêter les courses de banque, mais aussi pour cacher son caractère de monopole.
Cependant, c’était le sénateur Aldrich, l’egomaniac, qui a insisté, il appellera la, «Aldrich Bill. » Ainsi, après neuf jours à Jekyll Island, le groupe dispersé. Ce groupe de conspirateurs mis immédiatement en place un fonds pour l’éducation de 5 000 000 $ pour les professeurs de finance à meilleures universités d’approuver la nouvelle banque.
La nouvelle banque centrale serait très semblable à la vieille Bank Of The United States, car elle donnerait un monopole sur la devise des États-Unis et créer cet argent à partir de rien. Aussi, afin de rendre le public pense qu’il était sous le contrôle du gouvernement, le plan prévoyait la Banque centrale, qui sera géré par un Conseil d’administration nommé par le Président et approuvé par le Sénat.
Cela aurait aucun problème à indu pour les banquiers, car ils savaient, qu’ils pourraient utiliser leur argent pour acheter une influence sur les politiciens, afin de s’assurer que les hommes qu’ils voulaient obtenu nommés au Conseil des gouverneurs.
1912
Lindbergh
Le projet de loi Aldrich est présenté au Congrès pour le débat. Cela a été très vite identifié comme un projet de loi au profit des banquiers ou une expression pour eux, qui a été inventé à l’époque, «la confiance de l’argent. » Au cours du débat, le républicain, Lindbergh a dit,
« Le plan Aldrich est le Plan de Wall Street. Cela signifie un autre panique, si nécessaire, d’intimider les gens. Aldrich, payé par le gouvernement pour représenter les gens, propose un plan pour les fiducies à la place. »
Que ce débat s’est poursuivi sur, les banquiers s’est rendu compte qu’ils n’ont pas assez de soutien, donc la direction républicaine a jamais apporté le projet de loi Aldrich à un vote. Au lieu de cela les banquiers a décidé de passer leur attention aux démocrates et commencé à fortement financement Woodrow Wilson, le candidat démocrate. Le banquier de Wall Street, Bernard Baruch, a été placé responsable du projet de Wilson et comme historien, James Perloff, a déclaré :
« Baruch mis Wilson pour le siège du parti démocrate à New York en 1912, « principal lui comme un bois un caniche sur une chaîne. » Wilson a reçu un, « course endoctrinement, » des dirigeants convoquée il y…  »

Bernard Baruch

Au cours de la campagne présidentielle démocrate, Wilson et les dirigeants du parti démocrate fait semblant de s’opposer à ce projet de loi Aldrich. En tant que représentant républicain, Louis T. McFadden, a expliqué vingt ans plus tard, alors qu’il était a été président de la Comité permanent des banques et monnaie,
« Le projet de loi Aldrich a été condamnée dans la plate-forme… Lorsque Woodrow Wilson a été nommé… Les hommes qui ont gouverné le parti démocrate a promis au peuple que s’ils étaient renvoyés au pouvoir il n’y n’aurait aucune banque centrale établie ici alors qu’ils ont tenu les rênes du gouvernement.
Treize mois plus tard, cette promesse a été rompue, et l’administration de Wilson, sous la tutelle de ces sinistres figures de Wall Street qui se tenait derrière le Colonel House, établi ici dans notre pays indemne de l’institution monarchique véreux de la, « Banque du roi », à nous dominer du haut vers le bas et à nous l’arceau du berceau à la tombe. »
Le 5 novembre, Woodrow Wilson a été élu, et Morgan, Paul Warburg, Bernard Baruch et al., avancé un nouveau plan qui Warburg appelé le système fédéral de réserve. La direction du parti démocrate a salué ce nouveau bill appelé le, « Bill verre-Owen, » tant qu’il est totalement différent du projet de loi Aldrich, quand il était en effet pratiquement identique.

Louis T. McFadden

Curieusement, les démocrates ont été tellement véhéments dans leur refus de la similitude de la, « projet de loi de verre-Owen », le, projet de « loi Aldrich, » que Paul Warburg, le créateur de ces deux projets de loi, devait informer ses amis payés au Congrès, que les deux projets de loi étaient pratiquement identiques et c’est pourquoi ils doivent voter pour le passer. Warburg a déclaré :
« Écartant l’externe les différences touchant les, ‘coquilles’, nous trouvons les, « grains, » des deux systèmes très étroitement ressemblant et associés à un autre. »
Cependant, cet aveu par Warburg n’est pas rendu public. Au lieu de cela, le sénateur Aldrich et Frank Vanderlip, National Citibank de New York, du Président de Rockefeller ont été d’affirmer publiquement leur opposition au projet de loi afin de faire croire que le projet de loi proposé différait radicalement le projet de loi Aldrich. En effet, Frank Vanderlip a déclaré ans plus tard dans le Saturday Evening Post,
« Bien que le Plan de la réserve fédérale Aldrich est défait quand il portait le nom de Aldrich, néanmoins ses points essentiels étaient tous contenus dans le plan finalement adopté. »
1913 Avec le Congrès en voie d’un vote sur le projet de loi de verre-Owen, ils ont appelé le procureur de l’Ohio, Alfred Crozier, à témoigner. Cependant, Crozier remarqué les similitudes entre le projet de loi Aldrich et le projet de loi de verre-Owen et par la suite déclaré,
« La… projet de loi accorde juste ce que Wall Street et les grandes banques depuis vingt-cinq ans ont été s’efforce pour – privé au lieu d’un contrôle public de la monnaie. Il (le projet de loi de verre-Owen) fait aussi complètement que le projet de loi Aldrich. Ces deux mesures rob le gouvernement et le peuple de tout contrôle efficace sur les deniers publics et sont dévolus aux banques exclusivement le pouvoir dangereux de faire de l’argent chez les personnes maigres ou beaucoup. »
Le débat sur ce projet de loi n’allait pas bien pour les banques, avec de nombreux sénateurs notifier son que le projet de loi était corrompue et fourbe, toutefois le projet de loi a été approuvé par le Sénat le 22 décembre. Comment est-ce arrivé ? Parce que la plupart des sénateurs avait quitté la ville de rentrer chez eux pour les vacances de Noël. En outre, ces sénateurs avait été assuré par la direction, que rien ne serait fait au sujet de ce projet de loi que longtemps après les vacances de Noël.
Représentant Charles A Lindbergh SR. a déclaré,
« Cette loi établit la confiance plus gigantesque sur la terre. Lorsque le Président signe ce projet de loi, le gouvernement invisible de la puissance monétaire vont être légalisé. Les gens ne le savent peut-être immédiatement, mais le jour du jugement est seulement quelques années retiré… Le pire crime législatif des âges est perpétré par cette banque et monnaie projet de loi. »
Fait intéressant, seulement quelques semaines plus tôt, en octobre, Congrès enfin a adopté un projet de loi légalisant l’impôt sur le revenu direct du peuple. Ce fut sous la forme d’un projet de loi fait passer par le sénateur Aldrich, qui est maintenant connu comme l’amendement 16. La Loi de l’impôt sur le revenu a été fondamentale pour la réserve fédérale. C’est parce que la réserve fédérale est un système qui irait vers le haut, essentiellement, une dette fédérale illimitée.
La seule façon de garantir le paiement des intérêts sur cette dette était de taxer directement les gens, comme ils l’avaient fait avec la Banque d’Angleterre. Si la réserve fédérale devait compter sur les contributions des États, ils seraient avoir affaire à des entités plus grandes, qui pourraient se révolter et refuser de payer les intérêts sur leurs propres deniers, ou au moins faire pression politique afin de maintenir la dette réduite.
En fait, ce 16e Amendement n’a été jamais ratifiéet par conséquent de nombreux citoyens américains ne paient pas leurs impôts, et il n’y a rien que le gouvernement des États-Unis peut faire à ce sujet. Pour plus d’informations sur cela, allez à thelawthatneverwas.com. Aussi, en 1895, la Cour suprême avait également trouvé une loi de l’impôt sur le revenu semblable à l’amendement 16, comme inconstitutionnel. La Cour suprême aussi inconstitutionnalité d’une loi fiscale corporative en 1909.
Un autre amendement important qui a été posée par le biais de cette année est l’amendement 17. Cela a fourni l’élection directe par le peuple de deux sénateurs de chaque État, et s’opposer au système original d’avoir les législatures des États à élire les sénateurs. Plus démocratique, on pourrait penser, jusqu’à ce que vous réalisez ces banquiers pourraient maintenant fournir des fonds pour leur gens à courir pour le Sénat de cueillies à la main et ainsi éviter des problèmes futurs, comme la réserve fédérale : alertez au Sénat.
En tout cas, retour à la réserve fédérale, si vous avez des doutes quant à savoir si la réserve fédérale est une entreprise privée, une vérification de base que le public peut effectuer est dans leur annuaire. Regardez dans les pages du gouvernement et il n’est pas répertorié, mais vous trouverez qu’il répertorié dans les pages de l’entreprise.
En fait certaines données récentes s’est proposée pour ce qui est réellement propriétaire de la réserve fédérale, et ils sont les banques suivantes :
• La Banque Rothschild de Londres
• Banque Warburg de Hambourg
• Rothschild Banque de Berlin
• Lehman Brothers de New York
• Lazard Frères de Paris
• Kuhn Loeb Banque de New York
• Israel Moses Seif banques d’Italie
• Goldman, Sachs de New York
• Warburg Bank d’Amsterdam
• Chase Manhattan Bank of New York
Aussi, certains avancent que la réserve fédérale est un organisme quasi gouvernemental, pourtant le Président seulement 2 des 7 membres du Conseil des gouverneurs de la réserve fédérale, tous les quatre ans, il nomme et eux au mandat de 14 ans, qui est beaucoup plus long que n’importe quel terme qu’il pourrait éventuellement servir de président. Le Sénat confirme ces nominations, mais comme nous l’avons vu, c’est l’idée, parce que ce sont la main de ceux choisis par les banquiers qui financent également leurs campagnes, s’assurant la loyauté envers eux, pas les gens.
Nous allons résumer comment la réserve fédérale crée l’argent à partir de rien. C’est un processus en quatre étapes :
1. Le Federal Open Market Committee approuve l’achat d’obligations aux États-Unis*.
2. Les liens sont achetés par la réserve fédérale.
3. La réserve fédérale paie pour ces liaisons, avec des crédits électroniques à la Banque du vendeur, ces crédits sont basées sur rien.
4. Les banques utilisent ces dépôts comme des réserves. Ils peuvent prêter plus de dix fois le montant de leurs réserves de nouveaux emprunteurs, tout à l’intérêt.

* Les obligations sont tout simplement des promesses de payer ou de reconnaissance de dette de gouvernement. Les gens achètent des obligations afin d’obtenir un taux sûr d’intérêt. À la fin de la durée de la liaison, le gouvernement rembourse la caution, plus intérêt et le lien est détruit.
Regardons un exemple de comment cela fonctionne avec un achat de réserve fédérale de 1 000 000 $ d’obligations. Alors obtient transformé en plus de 10 000 000 $ dans des comptes bancaires. La réserve fédérale a en effet crée 10 % de ce montant totalement nouvelle de 10 000 000 $ et les banques créent les 90 %.
Pour réduire la quantité de monnaie en circulation, ce processus est simplement inversé. La réserve fédérale vend ces obligations auprès du public et l’argent sort de banque de l’acheteur. Prêts doivent être réduites de dix fois le montant de la vente, donc une vente de la réserve fédérale 1 million de dollars en obligations, se traduit par 10 000 000 $ moins d’argent dans l’économie. Comment cela profite-t-il les banquiers, dont les représentants se sont rencontrés à Jekyll Island ?
1. Il a empêché toute future bancaire des efforts de réforme, comme la réserve fédérale devait être le seul producteur d’argent.
2. Ceci à son tour empêché un système libre de dette appropriée des finances publiques, comme le président Lincoln Greenbacks, fait un retour. Au lieu de cela, le système de liaison basé des finances publiques, contraint sur Lincoln après que qu’il créé des billets verts, a été maintenant gravé dans la pierre.
3. Elle a délégué aux banquiers le droit de créer 90 % de notre masse monétaire basée sur un système frauduleux de la Banque de réserve fractionnaire et leur a permis de prêter que 90 % de l’intérêt.
4. Il centralisé de contrôle global de notre offre de l’argent des nations dans les mains d’et pour le profit de quelques hommes.
5. Il créé une banque centrale privée avec un degré élevé d’indépendance du contrôle politique effectif.
1914 Le début de la première guerre mondiale. Dans cette guerre, les Rothschild allemand prêté de l’argent aux allemands, l’argent prêté britanniques Rothschilds aux britanniques et l’argent prêté de Rothschilds Français pour le Français.
Un an après l’adoption de la Loi de la réserve fédérale, représentant Charles A Lindbergh SR., décrit comment la fédérale réserve créée la, « conjoncture » et comment ils manipulés qui, à leur propre avantage. Il a dit,
« À cause des prix élevés, tout le Federal Reserve Board fera sera de réduire le taux de réescompte…, produisant une expansion du crédit et une hausse de la bourse, puis quand… hommes d’affaires sont adaptés à ces conditions, il peut vérifier… la prospérité en milieu de carrière par arbitrairement le relèvement du taux d’intérêt.
Il peut causer le pendule d’un marché de fronts montants et descendants à balancer doucement en arrière par légers changements dans le taux d’escompte, ou entraînent des fluctuations violentes par une variation de taux plus grande, et dans les deux cas, il doit posséder à l’intérieur des renseignements sur les conditions financières et de faire progresser les connaissances du changement venir, vers le haut ou vers le bas. Il s’agit de l’avantage plus fort et le plus dangereux jamais placé entre les mains d’une classe particulière de privilège par un gouvernement qui ait jamais existé.
Le système est privé, menée dans le seul but d’obtenir les plus grands bénéfices possibles de l’utilisation de l’argent des autres. Ils savent à l’avance quand créer paniques à leur avantage. Ils savent aussi quand arrêter la panique. Gonflage / dégonflage fonctionnent aussi bien pour eux lorsqu’ils contrôlent les finances. »
1915 J. P. Morgan est devenu l’agent de vente pour le, «Conseil de matériel de guerre» à la fois les britanniques et les Français engagés dans la guerre mondiale et devient le plus gros consommateur de la planète, dépenser 10 millions de dollars par jour. En outre, le président Woodrow Wilson nommé banquier, Bernard Baruch, à la tête de la « War Industries Board. »
Selon l’historien, James Perloff, Bernard Baruch tant les Rockefellers ont profité par environ 200 millions de dollars pendant la première guerre mondiale.
Beaucoup de gens croient que la clé pour une masse monétaire efficace est de s’assurer il est soutenu par quelque chose de valeur comme l’or. Cependant, qui pensez-vous contrôlerait que l’or ? Comme républicain, Lindbergh a déclaré cette année,
« Les banques de la réserve fédérale ont déjà acculé les certificats d’or et d’or. »
1916 Le Président Wilson a commencé à réaliser la gravité du dommage qu’il l’avait fait en Amérique, en libérant de la réserve fédérale sur le peuple américain. Il a dit,
« Nous sommes arrivés à être l’un des pires Mantoue, celui des gouvernements plus complètement contrôlés dans le monde civilisé – n’est plus un gouvernement de libre opinion, n’est plus un gouvernement par… un vote de la majorité, mais un gouvernement par l’opinion et la contrainte d’un petit groupe d’hommes dominants.
Certains des plus grands hommes aux États-Unis, dans le domaine du commerce et de la fabrication, ont peur de quelque chose. Ils savent il est un pouvoir quelque part si organisé, si subtile, donc vigilant, donc contrefil, si complet, si omniprésente, qu’ils avaient mieux pas parler au-dessus de leur souffle quand ils parlent dans la condamnation de celui-ci. »
1917 Les changeurs d’argent a jamais pardonnèrent les Tsars de Russie pour les deux constamment s’opposer à leur demande de mettre en place une banque centrale de Russie, ainsi que leur soutien du président Lincoln pendant la guerre civile. Par conséquent, Jacob Schiff, un Rothschild, a dépensé 20 millions de dollars par le biais de sa société, Kuhn, Loeb & Co., dans le financement de la Révolution russe.
On croit que le communisme est l’opposé du capitalisme, alors pourquoi ces capitalistes l’appuierait ? Chercheur respecté, Gary Allen, il explique comme suit,
« Si on comprend que le socialisme n’est pas un programme de partage de la richesse, mais c’est en réalité une méthode pour consolider et contrôler la richesse, l’apparent paradoxe des super riches hommes promotion socialisme ne deviendrait alors aucun paradoxe à tous. Au lieu de cela, il devient logique, même l’outil parfait de pouvoir chercher mégalomanes. Communisme, ou plus exactement le socialisme, n’est pas un mouvement des masses opprimés, mais de l’élite économique. »
1919 En janvier, la Conférence de paix de Paris a lieu après la fin de la première guerre mondiale. Les banquiers mettent le gouvernement mondial à la tête de leurs priorités, et Paul Warburg et Bernard Baruch assistent à cette conférence avec le Président Wilson. Au grand dam des banquiers, le monde n’était pas encore prêt à dissoudre les frontières nationales et d’accepter le gouvernement mondial, afin que le cadre de son plan avait échoué.
Le plan de gouvernement mondial s’appelait le, «Ligue des Nations» et bien que beaucoup de nations a accepté cette proposition, le Congrès des États-Unis n’appuierait pas, donc sans l’appui d’argent du Trésor des États-Unis, les banquiers avaient échoué et mourut de la société des Nations.
1920
Warren

Warren est élu président des États-Unis d’Amérique et succède à Woodrow Wilson en 1921. Ce sera le début d’une période connue sous les, « années folles ». Malgré le fait que la guerre mondiale avait sellé Amérique avec une dette qui était dix fois plus grande que sa dette de guerre civile, l’économie des États-Unis a augmenté en abondance. Aussi, or avait versé en Amérique pendant la guerre et a continué pendant les années 1920.
La raison de cette croissance est que le Président Harding réduit les impôts au Canada et a augmenté les droits de douane sur les importations à des niveaux records.
1921
Thomas Edison

L’inventeur de la lumière électrique, Thomas Edison, a déclaré dans un article publié dans le New York Times, le 6 décembre,
« Si notre nation peut émettre une obligation de dollar, il peut émettre un billet d’un dollar. L’élément qui rend le lien bon, rend le projet de loi bonne, aussi… Il est absurde de dire que notre pays peut émettre des 30 millions de dollars en obligations et pas 30 millions de dollars en monnaie. Les deux sont des promesses de payer, mais une promesse engraisse les usuriers et l’autre aide à la population ».
1922
Theodore Roosevelt

Le Président Theodore Roosevelt , qui mourut en 1919 a été cité dans le 27 mars édition du New York Times avec la déclaration suivante,
« Ces banquiers internationaux et le contrôle d’intérêts Rockefeller Standard Oil la plupart des journaux et les colonnes de ces journaux ainsi au club en présentation ou en voiture de fonctionnaires du bureau public qui refusent de faire l’appel d’offres des puissantes cliques corrompues qui composent le gouvernement invisible ».
John Hylane
La raison pour laquelle le New York Times a publié cet article, était due à la maire de New York, John hylanes, qui avaient été signalés dans le même journal le jour précédent, le 26 mars, avec la déclaration suivante,
« L’avertissement de Theodore Roosevelt a beaucoup d’actualité aujourd’hui, pour la vraie menace de notre République est ce gouvernement invisible qui comme une pieuvre géante s’étend sa longueur visqueux sur la ville, État et nation… Il saisit dans ses tentacules longs et puissants, nos dirigeants, nos organismes législatifs, nos écoles, nos tribunaux, nos journaux et tous les organismes créés pour la protection du public…
S’écarter davantage de simples généralisations, permettez-moi de dire qu’à la tête de ce poulpe sont les intérêts Rockefeller Standard Oil et un petit groupe de maisons bancaires puissants généralement dénommés banquiers internationaux. Cette petite coterie de banquiers internationaux puissants exécuter virtuellement le gouvernement des États-Unis à leurs propres fins égoïstes.
Ils pratiquement contrôlent les deux parties, écrire des programmes politiques, faire des chats pattes des chefs de partis, utilisent les principaux hommes d’organisations privées et recourent à tous les appareils de mise en nomination aux hautes fonctions publiques seulement de ces candidats sera prête aux diktats des corrompus grandes entreprises… ces intérêts banquiers internationaux et Rockefeller Standard Oil contrôlent la majorité des journaux et magazines dans ce pays. »
1923
Calvin Coolidge

Le 2 août, le Président Warren Harding est mort dans un train dans des circonstances mystérieuses. La cause a été donnée comme empoisonnement alimentaire ou un accident vasculaire cérébral, bien qu’aucune autopsie a été pratiquée. Il fut remplacé par son vice-président Calvin Coolidge. Le Président Coolidge a continué de Harding coupe d’impôt et tarif élever des politiques.
Cette politique était si réussie que l’économie continue de croître et l’énorme dette accumulée durant la guerre, en vertu de Harding et Coolidge a été réduit de 38 % à 16 milliards de dollars. C’était quand la réserve fédérale a commencé inondations du pays avec l’argent, en augmentant la masse monétaire de 62 %.
Représentant Charles A Lindbergh SR. a déclaré,
« Le système financier… a été restitué à… la Federal Reserve Board. Que Conseil administre le système de financement par l’autorité de… un groupe purement profiteurs. Le système est privé, menée dans le seul but d’obtenir les plus grands bénéfices possibles, de l’utilisation de l’argent des autres. »
1924 Peu avant sa mort, cette année, le président Woodrow Wilson a fait la déclaration suivante en ce qui concerne son soutien à la réserve fédérale,
« J’ai involontairement ruiné mon pays. »
1927
Montagu Norman

En juillet, en Europe, Bank of England gouverneur Montagu Norman, Benjamin Strong , de la Federal Reserve Bank et Dr Hjalmar Schacht de la Reichsbank, a rencontré à la Conférence.
Aucun rapport public n’ont jamais fait de ces conférences, qui s’est passé à de nombreuses reprises et étaient tout à fait informelles, mais qui couvrait plusieurs questions importantes des mouvements de l’or, la stabilité du commerce mondial et l’économie mondiale.

Benjamin Strong
Montagu Norman devient obsédé à retourner l’or que l’Angleterre avait perdu en Amérique pendant la première guerre mondiale et la Banque d’Angleterre de retour à son ancienne position dominante dans le monde de la finance.
Membre du Congrès républicain, Louis T. McFadden, Président du House Banking & Comité de devises, de 1920 à 1931, ferait des commentaires sur ce plan de la Banque d’Angleterre au milieu de la grande dépression en février 1931, lorsqu’il a dit,

Hjalmar Schacht

« Je pense qu’il peut difficilement être contesté que les hommes d’État et financiers européens sont prêts à prendre n’importe quel moyen pour réacquérir rapidement le stock d’or qu’Europe perdue par suite de la guerre mondiale en Amérique. »
1929
Rockefeller

En avril, Paul Warburg a envoyé un message d’avertissement secret à ses amis qu’un effondrement et la dépression à l’échelle nationale avaient été prévus pour plus tard cette année. Ce n’est certainement pas un hasard que les biographies de tous les géants de Wall Street de l’époque : Rockefeller; J. P. Morgan ; Joseph Kennedy; Bernard Baruch ; et al., toute surprise le fait ces personnes est sorti de la bourse complètement juste avant l’accident et mis leurs avoirs en espèces ou en or.
Ainsi, tous les banquiers et leurs amis savaient déjà, au mois d’août la réserve fédérale a commencé à serrer la masse monétaire. Puis le 24 octobre, les grands banquiers de New York appelé dans leurs courtier prêts 24 heures sur 24. Cela signifiait que les courtiers en valeurs mobilières et leurs clients avaient à vider leurs stocks sur le marché boursier pour couvrir leurs prêts, indépendamment de quel prix ils ont dû vendre pour.
À la suite de cela, le marché boursier s’est écrasé sur une journée qui restera dans l’histoire comme, « jeudi noir ». Dans son livre, The Great Crash 1929, John Kenneth Gailbraith a fait la déclaration suivante choquante,
« À la hauteur de la frénésie de la vente, Bernard Baruch apporté Winston Churchill dans la Galerie des visiteurs de la bourse de New York pour assister à la panique et d’impressionner avec son pouvoir sur les événements sauvages sur le sol. »
Membre du Congrès républicain, Louis T McFadden, Président du House Banking & Comité de devises, de 1920 à 1931, a été comme d’habitude tout à fait sincère quant à qui était responsable. Il a déclaré de ce crash,
« Il n’était pas accidentel. C’était un accident soigneusement tirée par les cheveux… Les banquiers internationaux a cherché à instaurer un état de désespoir ici afin qu’ils pourraient émerger comme dirigeants de nous tous. »

Joseph Kennedy

Curtis B. Dall, le gendre de Franklin Delano Roosevelt, qui travaillait pour Lehmann Brothers comme courtier, sur le plancher de la bourse de New York, le jour de l’accident, a déclaré dans son livre de 1967, F. D. R. Mon beau-père exploité,
« En fait, c’était la ‘tonte’ calculée du public par les puissances du monde-argent déclenchées par la pénurie soudaine prévue d’appel argent dans le marché monétaire de New York. »
Malgré les affirmations de comment la réserve fédérale permettrait de protéger le pays contre les dépressions et l’inflation, ils ont continué à se contracter davantage l’offre de monnaie. Entre 1929 et 1933, ils ont réduit la masse monétaire par un supplément de 33 %. Même, Milton Friedman, l’économiste gagnante du prix Nobel de la paix, a déclaré ce qui suit dans une interview à la radio en janvier 1996,
« La réserve fédérale certainement causé la grande dépression en contractant la quantité de monnaie en circulation d’un tiers entre 1929 et 1933 ».

Milton Friedman

En seulement quelques semaines à compter du jour de l’accident, 3 milliards de dollars de richesse fut arrêté. Moins d’un an, 40 milliards de dollars de richesse a disparu. Toutefois, il ne disparaît pas simplement, il a juste fini consolidé dans les mains de moins en moins, comme c’était prévu. Un exemple de ceci est Joseph P. Kennedy, père de Kennedy. En 1929, il était d’une valeur de 4 millions de dollars, en 1935, ce qui était passé à plus de 100 millions de dollars.
C’est pourquoi les dépressions sont dues. Comme indiqué précédemment les principaux banquiers et leurs amis sont sortis du marché boursier et acheté or juste avant l’accident, dont ils ont été livrés à Londres. Cela signifie que l’argent perdu par la plupart des américains lors de l’écrasement n’a pas simplement disparaître, tout finit dans les mains de ces personnes.
Il était également passé outre-mer, comme tandis que la grande dépression avait lieu, des millions de dollars américains a été consacrées à la reconstruction Allemagne de tout dommage subi au cours de la guerre mondiale I, en préparation pour les banquiers de la seconde guerre mondiale. Républicain Louis T. McFadden, Président du House Banking & Comité de monnaie de 1920 à 1931, a déclaré ce qui suit à ce sujet,
« Après la première guerre mondiale, Allemagne tomba aux mains des banquiers International allemand. Ces banquiers lui acheté et maintenant ils possèdent lui, verrouiller, stock et du canon. Ils ont acheté ses industries, ils ont des hypothèques sur son sol, ils contrôlent sa production, ils contrôlent tous ses services publics.
Les banquiers internationaux allemands ont subventionné l’actuel gouvernement allemand et ils ont aussi livré chaque dollar de l’argent, Qu’adolph Hitler a utilisé dans sa campagne somptueux pour constituer une menace pour le gouvernement de Bruening. Bruening ne parvient pas à obéir aux ordres des banquiers International allemand, Hitler est amené pour effrayer les allemands dans la soumission…
Par l’intermédiaire de la Federal Reserve Board plus 30 milliards de dollars d’argent américain… a été pompé en Allemagne… Vous avez tous entendu parler des dépenses qui a eu lieu en Allemagne… logements modernistes, ses grands planétariums, son gymnase, ses piscines, ses voies publiques fines, ses usines parfaits.
Tout que ceci a été fait sur notre argent. Tout cela a été donné à l’Allemagne par l’intermédiaire de la Federal Reserve Board. Le Federal Reserve Board… a pompé tellement de milliards de dollars en Allemagne qu’ils osent ne pas nommer total. »
L’argent pompé en Allemagne à s’accumuler en prévision de la seconde guerre mondiale, a été dans l’ allemand Thyssen banques qui étaient affiliés à l’intérêt de Harriman à New York.
1930
Banque des règlements internationaux

La Banque des règlements internationaux (BRI) a été créé par Charles G. Dawes (agent de Rothschild et vice-président sous le Président Calvin Coolidge de 1925-1929), Owen D. Young (agent de Rothschild, fondateur de la RCA et le Président de General Electric de 1922 jusqu’en 1939) et Hjalmar Schacht de l’Allemagne (Président de la Reichsbank).
La BRI est visé aux banquiers comme le, « Banque centrale des banques centrales ». Considérant que le FMI et la Banque mondiale de traiter avec les gouvernements, la BRI ne traite qu’avec les autres banques centrales. Toutes ses réunions sont tiennent dans le secret et impliquent des principaux banquiers centraux de partout dans le monde. Par exemple l’ancien chef de la réserve fédérale, Alan Greenspan, irait au siège de la BRI à Bâle, en Suisse, dix fois par an pour ces réunions privées.

Charles G. Dawes

La BRI a également a le statut d’un pouvoir souverain et est soustraite à un contrôle gouvernemental. Un résumé de cette immunité est listé ci-dessous :
1. Immunité diplomatique pour les personnes et ce qu’ils transportent avec eux (c.-à-d., la valise diplomatique).
2. Pas de taxation sur les transactions, y compris les salaires versés aux employés.
3. Ambassade-type l’immunité pour tous les bâtiments ou bureaux, exploité par la BRI dans le monde entier, y compris la Chine et le Mexique.
4. Aucune surveillance ou les connaissances des opérations de toute autorité gouvernementale, ils ne sont pas vérifiés.
5. Absence de restriction de l’immigration.
6. Liberté pour chiffrer toutes les communications de toute sorte.
7. L’absence de toute compétence juridique, ils ont même leur propre force de police.

Owen D. Young
BIS’ actuel Conseil d’administration, dont cinq seulement est élus et le reste qui sont permanents, sont :
• Nout H E M Wellink, Amsterdam (Président du Conseil d’administration)
• Hans Tietmeyer, Frankfurt am Main (vice-président)
• Axel Weber, Frankfurt am Main
• Vincenzo Desario, Rome
• Antonio Fazio, Rome
• David Dodge, Ottawa
• Toshihiko Fukui, Tokyo
• Timothy F Geithner, New York
• Alan Greenspan, Washington
• Lord George, Londres
• Hervé Hannoun, Paris
• Christian Noyer, Paris
• Lars Heikensten, Stockholm
• Mervyn King, Londres
• Guy Quaden, Bruxelles
• Jean-Pierre Roth, Zürich
• Alfons Vicomte Verplaetse, Bruxelles

Carroll Quigley
Georgetown professeur et historien, Carroll Quigley, a commenté sur la création de cette banque centrale dans son livre de 1975, tragédie et l’espoir, comme suit,
« Les pouvoirs du capitalisme financier ont eu (a) extrême pour atteindre (plan), rien de moins que pour créer un système mondial de contrôle financier en privé des mains capables de dominer le système politique de chaque pays et l’économie du monde dans son ensemble. Ce système devait être contrôlée de façon feudalist par les banques centrales de l’action mondiale de concert, par des accords secrets arrivés à des conférences et des réunions fréquentes.
Le sommet du système était la Banque des règlements internationaux à Bâle,*, une banque privée détenue et contrôlée par les banques centrales du monde qui étaient eux-mêmes des sociétés privées.
Chaque banque centrale… a cherché à dominer son gouvernement par sa capacité à contrôler les prêts du Trésor, pour manipuler les bourses étrangères, d’influencer le niveau d’activité économique dans le pays et d’influencer les politiciens coopératives par des récompenses économiques ultérieures dans le monde des affaires. »

* Domicile du monde premier Congrès sioniste, présidé par Theodor Herzl en 1897.

Henry Cabot Lodge

Une poignée de sénateurs dirigée par Henry Cabot Lodge, se sont battus pour garder les États-Unis hors de la Banque des règlements internationaux. Cependant, même pensé aux États-Unis a rejeté cette banque centrale de monde, les membres de la réserve fédérale a envoyé encore à participer à ses réunions en Suisse, jusqu’en 1994, lorsque les États-Unis a été, « officiellement », glissé dedans.
1932
Herbert Hoover

Représentant républicain Louis T. McFadden de Pennsylvanie, l’ancien président de la maison bancaire & Currency Commission durant la grande dépression, États,
« Nous avons dans ce pays une des institutions plus corrompues que du monde ait jamais connu. Je me réfère à la Federal Reserve Board… Cette institution mal a appauvri… les gens des États-Unis… et a pratiquement ruiné notre gouvernement. Il l’a fait par le biais… les pratiques corrompues des vautours fortunés qui les contrôlent. »
Dans sa dernière année au bureau, le Président Herbert Hoover présente un plan pour renflouer les banques défaillante, il semblait se sentir qu’ils ont pris priorité sur des millions d’américains, de la faim mais ce plan n’a pas reçu l’appui du Congrès démocratique. Présidence de Hoover omettant, Roosevelt est élu président plus tard cette année.
1933 Le 4 mars, au cours de son discours inaugural, le Président Roosevelt a fait la déclaration suivante,
« Pratiques des changeurs d’argent sans scrupules stand mis en accusation devant le Tribunal de l’opinion publique, rejetée par les coeurs et les esprits des hommes… Les changeurs d’argent ont fui de leur place forte dans le temple de notre civilisation. »
Cependant, plus tard cette année-là, le Président Roosevelt proscrit la propriété privée de tous les lingots d’or et toutes les pièces d’or à l’exception des pièces rares. La plupart de l’or dans les mains de la moyenne Qu’américaine était sous forme de pièces d’or et ce décret par Roosevelt était en effet une confiscation.

William H. Woodin
Dans la petite ville de l’Amérique, les gens ne font pas confiance Roosevelt. Toutefois, les personnes ont reçu un simple choix. Soit tourner dans votre or et être payé le prix officiel de, 20-66 dollars l’once, ou vous serez passible d’une amende de 10 000 $ et une peine d’emprisonnement de dix ans.
Cette décision de confiscation a été si impopulaire, son auteur n’a jamais été découvert. Aucun membre du Congrès a jamais ne prétendu avoir écrit, le Président Roosevelt a déclaré qu’il n’avait pas écrit, ni qu’il avait même lu il. Secrétaire au Trésor de Roosevelt, Woodin, réclamé qu’il aurait jamais lu soit, mais qu’il était, il a déclaré,
« Ce que les experts voulaient. »
Je me demande à ce que, « experts », il se réfère !
1934
Lloyd
Dans son édition du 20 juin, Nouvelle-Bretagne magazine de Londres a publié une déclaration faite par l’ancien premier ministre britannique Lloyd qui,
« La Grande-Bretagne est l’esclave d’un bloc financier international. »
Les mots suivants rédigés par Lord Bryce était également dans l’article,
« La démocratie n’a pas plus persistants et ennemi insidieux que l’argent puissance… des questions au sujet de la Banque d’Angleterre, son comportement et ses objets, ne sont pas autorisés par le Président (de la Chambre des communes) ».

Lord Bryce
Louis T. McFadden, membre du Congrès républicain et Président du Comité de la monnaie de 1920 à 1931 a déclaré, & House Banking
« Par le biais de la Fed, que les gens perdent leurs droits garantis pour eux par la Constitution… décence nous oblige à examiner les comptes publics du gouvernement et de voir quel genre d’infractions contre le bien-être public ont été commis… les gens de ces États-Unis sont étant grandement tort…
Tout a été fait par la Fed pour dissimuler ses pouvoirs-mais la vérité est-la Fed a usurpé le gouvernement… le sac des ces États-Unis par la Fed est le plus grand crime dans l’histoire… ce que roi jamais volé son soumis à tel point que la Fed a volé nous… c’est une chose monstrueuse pour cette grande nation de personnes d’avoir ses destins présidée par un Conseil de gouvernement traître, agissant de concert secret avec l’usurier international.
Lorsque la Fed a été passée, la population de ces États Unis n’ont pas perçu qu’un système mondial a été mis en place ici… un super État contrôlé par les banquiers internationaux et industriels internationaux agissant ensemble pour asservir le monde entier pour leur propre plaisir. »
1935 Tout l’or détenu par des citoyens américains avait finalement été remis en vertu de l’ordonnance de confiscation de 1933 du Président Roosevelt au prix de 20 à 66 $ l’once. Sans explication le prix officiel de l’or a été ensuite portée à 35 $ par once. Le seul hic était que seuls les étrangers pouvaient vendre leur or à la nouvelle hausse des prix. Où est défini le prix du marché mondial de l’or ? Depuis 1919, dans la même pièce de banque privée N. M. Rothschild & Sons à Londres, à 11:00, sur une base quotidienne.
Donc, Warburg et ses amis bancaire qui placent leur argent en or à $20-66 avant le krach boursier et expédiées à Londres, il pourrait maintenant il réexpédier et le vendre au gouvernement des États-Unis pour la nouvelle hausse des prix. Les changeurs d’argent ont une règle d’or,
« Celui qui a de l’or, rend les règles ».
Le Président Roosevelt ordonne la construction d’un nouveau dépôt de lingots d’or d’organiser la grande quantité d’or, le gouvernement des États-Unis avait confisqué illégalement. Ce dépôt a été Fort Knox.

Fort Knox

1936 Le 3 octobre, député républicain, Louis T McFadden, Président du Comité de devises, de 1920 à 1931 et House Banking est empoisonné à mort. Il s’agissait de la troisième tentative d’assassinat sur sa vie, il avait subi un empoisonnement plus tôt et avait eu des coups de feu tirés sur lui.
Il avait essayé pendant des années obtenir la réserve fédérale et que vous avez lu jusqu’ici, avait fait des déclarations très révélateurs sur la réserve fédérale. Il avait été averti de retour au large, mais ce grand patriote américain, mettre les gens qu’il représente avant de lui-même, comme tous les élus sont censés pour faire et a été tué par les banquiers en conséquence.
1937 Avec Fort Knox ayant été terminé que l’année précédente, l’or a commencé maintenant à s’écouler en elle.
1938 Avec la réserve fédérale dans le contrôle de l’économie américaine depuis 25 ans sous prétexte de promouvoir la stabilité monétaire, il a provoqué trois ralentissements économiques majeurs, y compris la grande dépression. Comme prix Nobel d’économie Milton Friedman a dit,
« Le stock d’argent, prix et sortie était décidément plus instable après la mise en place du système de réserve qu’avant. La plus dramatique période d’instabilité en sortie était, bien sûr, la période entre les deux guerres, qui comprend les contractions sévères (monétaires) de 1920-21, 33-1929 et 1937-38. Aucune autre période de 20 ans dans l’histoire américaine ne contient jusqu’à trois ces contractions sévères.
Cette preuve me convainc qu’au moins un tiers de la hausse des prix pendant et juste après la guerre mondiale est attribuable à la mise en place du système fédéral de réserve… et que la gravité de chacun des principale contractions – 1920-21, 33-1929 et 1937-38 – est directement attribuable aux actes de la commission et d’omission par les autorités de la réserve…
Tout système qui donne donc beaucoup de puissance et de discrétion tant à quelques hommes, (donc) qui confond – excusable ou non – peuvent avoir des effets de grande portées est un mauvais système. C’est un mauvais système aux croyants en liberté juste parce qu’il donne quelques hommes tel pouvoir sans aucun contrôle efficace par le corps politique – il s’agit de l’argument politique clé contre une banque centrale indépendante… Pour paraphraser argent Clemenceau est une question beaucoup trop sérieuse pour être laissée aux banquiers centraux. »
Milton Friedman déclarerait également,
« Je connais pas de dépression sévère, dans n’importe quel pays ou n’importe quel moment qui n’était pas accompagnée d’une forte baisse de l’encours de l’argent et également d’aucune forte diminution de la masse monétaire qui n’était pas accompagnée d’une dépression sévère. »
1941 Sir Josiah Stamp, directeur de la Banque d’Angleterre pendant les années 1928-1941, fait la déclaration suivante en ce qui concerne les services bancaires,
« Le système bancaire moderne fabrique l’argent à partir de rien. Le processus est peut-être la plus étonnante pièce de prestidigitation qui fut jamais inventée. Bancaire a été conçu dans l’iniquité et né dans le péché. Banquiers possèdent la terre. Aller loin d’eux, mais laissez-leur le pouvoir de créer l’argent, et avec la chiquenaude de la plume, ils créeront assez d’argent pour l’acheter vice versa…
Profiter de cette grande puissance loin d’eux et toutes les grandes fortunes comme la mienne disparaîtront, et elles devaient disparaître, car alors ce serait un monde meilleur et plus heureux de vivre. Mais si vous voulez continuer à être les esclaves des banques et payer le prix de votre propre esclavage, alors laissez les banquiers continue à créer de l’argent et le contrôle de crédit. »
1944
Harry Dexter White

Le revenu des États-Unis est en cours d’exécution à 183 milliards de dollars, encore 103 milliards de dollars est consacré à la seconde guerre mondiale. C’est trente fois le taux de dépense au cours de la guerre mondiale I. en fait, c’est le contribuable américain qui a ramassé à 55 % du coût total allié de la guerre.
À Bretton Woods, New Hampshire, le Fonds monétaire International (FMI) et la Banque mondiale (initialement appelé la Banque internationale de Reconstruction et de développement ou de Bird – le nom, « Banque mondiale, » n’est pas réellement adoptée jusqu’en 1975), ont été approuvées avec la pleine participation des États-Unis.
Les principaux architectes du système Bretton Woods et par conséquent le FMI, ont été Harry Dexter White et John Maynard Keynes. Fait intéressant, Harry Dexter White décédé en 1946, a été identifié comme un espion soviétique dont nom de code était, « Juriste », le 16 octobre 1950, dans un mémo du FBI. En outre, John Maynard Keynes était un citoyen britannique.

John Maynard Keynes

Ce que ces deux organismes essentiellement fait, était répéter sur un monde ce que la National Banking Act de 1864 à l’échelle, et la Loi de 1913 sur la réserve fédérale avait établi aux États-Unis. Ils ont créé un cartel bancaire comprenant les banques centrales privées du monde, qui a progressivement pris le pouvoir de dicter la politique de crédit aux banques de toutes les nations.
De la même manière, que la Loi de la réserve fédérale a autorisé la création d’une nouvelle monnaie nationale fiat appelée, sur la réserve fédérale, le FMI a été donné le pouvoir d’émettre une monnaie fiduciaire de monde appelé, «droits de tirage spéciaux», ou Dts. Pays membres ont été incités par la suite en faisant leur monnaie entièrement échangeables pour Dts.
Le FMI est contrôlé par son Conseil des gouverneurs, qui sont les chefs des différentes banques centrales, ou les chefs des différents départements du Trésor national qui sont dominés par leurs banques centrales. En outre, le pouvoir de vote au FMI donne aux États-Unis et le Royaume-Uni (la réserve fédérale et la Banque d’Angleterre), un contrôle effectif de celui-ci.
1945 La seconde, « Société des Nations, » rebaptisé « des Nations Unies, » a été approuvée. Les banquiers, la seconde guerre mondiale, avaient été un succès, cette fois à la suite de la physique, émotionnel, et épuisement mental, le monde avait ressenti après encore une autre guerre mondiale. Ce plan de gouvernement mondial aurait bientôt son propre système de Cour internationale aussi bien.

Organisation des Nations Unies

1946 La Banque d’Angleterre a été nationalisée, qui peut sembler à première vue une grande mesure, mais en fait peu de différence dans la pratique. Oui, l’État a fait acquérir toutes les actions dans la Banque d’Angleterre, maintenant, ils appartiennent au Trésor et sont détenues en fiducie par l’avocat du Conseil du Trésor.
Toutefois, le gouvernement n’avait aucun argent pour payer pour les actions, donc au lieu de recevoir de l’argent pour leurs actions, les actionnaires ont été délivrés avec stocks gouvernementaux. Bien que l’État a maintenant reçu les bénéfices d’exploitation de la Banque, cela a été compensé par le fait que le gouvernement devait maintenant payer l’intérêt sur les nouveaux stocks qu’il avait émis pour régler les titres.
Ainsi, bien que la Banque d’Angleterre est désormais publiques, le fait est que la masse monétaire britannique est une fois de plus presque entièrement dans des mains privées, avec 97 % qu’elle soit sous forme de prêts d’une sorte ou d’une autre, de portant intérêt créée par les banques commerciales privées.
En conséquence, la Banque est en grande partie contrôlé et géré par ceux du monde de la Banque commerciale et de l’économie classique. Les membres de la Cour d’administration, qui définissent la politique et superviser ses fonctions, proviennent presque entièrement le monde des banques, des assurances, des économistes et des grandes entreprises.

Banque d’Angleterre
Bien que la Banque d’Angleterre s’appelle une banque centrale, il est maintenant essentiellement un organisme de réglementation qui soutient et supervise le système existant. Il est parfois dénommé « le prêteur de dernier recours, » dans la mesure où une de ses fonctions comme banque de la bankers’ est de soutenir toute banque ou institution financière qui pénètre dans les difficultés et souffre d’une course sur ses liquidités.
Fait intéressant, dans ces circonstances, elle n’est pas tenue de divulguer les détails de ces mesures, la raison d’être afin d’éviter une crise de confiance.
1950 Tous les pays impliqués dans la seconde guerre mondiale considérablement multiplient leur dette. Entre 1940 et 1950, la dette fédérale des États-Unis est passée de 43 milliards de dollars à 257 milliards de dollars, une augmentation de 598 %. Pendant cette même période, la dette japonaise a augmenté de 1 348 %, la dette Français a augmenté de 583 % et la dette canadienne a augmenté de 417 %.
James Paul Warburg devant le Sénat sur les États de Février 7th,
« Nous aurons gouvernement mondial, cela nous plaise ou non. La seule question est si le gouvernement mondial se fera par conquête ou par consentement. »
C’est quand les banquiers centraux pu travailler sur leur plan de gouvernement mondial qui a débuté avec un plan en trois étapes pour centraliser les systèmes économiques du monde entier. Ces étapes ont été :
1. Banque centrale domination des économies nationales dans le monde entier.
2. Centralisée des économies régionales par le biais de super États comme l’Union européenne et les syndicats régionaux comme l’ALENA.
3. Centraliser l’économie mondiale par le biais de la Banque centrale mondiale, une monnaie du monde et mettre fin à l’indépendance nationale par le biais de la suppression de tous les tarifs par traités comme du GATT.
1953
Le Président Eisenhower

Le Président Eisenhower ordonne une vérification de Fort Knox. Fort Knox est avéré pour contenir plus de 700 millions d’onces d’or, 70 % de tout l’or du monde.
Bien que la loi fédérale exige une vérification physique de l’or de Fort Knox, c’est sous la présidence d’Eisenhower qui la dernière vérification est effectuée, pour des raisons qui deviendront bientôt clairs.
1963
Le Président Kennedy

Le Président Kennedy émet des billets d’un dollar qui porte un cachet rouge et appelé United States Note. Beaucoup de gens croient qu’il a été déjà imprimer son propre argent sans dette et c’est pourquoi il a été tué, dans la même façon que le président Lincoln. Toutefois, ces billets des États Unis qui porte le cachet rouge étaient simplement une réédition des Greenbacks présenté par le président Lincoln.
Ce qui aurait pu être motif, cependant, est que le 4 juin, le Président Kennedy a signé Executive Order n° 11110 qui revient au gouvernement des États-Unis le pouvoir de la question monétaire, sans passer par la réserve fédérale. Cet ordre a donné le Conseil du Trésor le pouvoir de délivrer des certificats d’argent contre n’importe quel argent en lingots, argent ou standards dollars en argent dans la trésorerie. Cela signifie que pour chaque once d’argent dans le caveau du Trésor des États-Unis, le gouvernement pourrait introduire nouveau argent libre de dette en circulation.
1967
Wright Patman
Membre du Congrès Wright Patman, puis le Président du Comité permanent des banques et monnaie, a déclaré au Congrès,
« Aux Etats-Unis aujourd’hui, nous avons en effet deux gouvernements… Nous avons le gouvernement dûment constitué… Ensuite, nous avons un gouvernement indépendant, non contrôlé et non coordonné dans le système fédéral de réserve, les puissances d’argent qui sont réservées au Congrès par la Constitution de fonctionnement ».
1969 Congrès approuve les lois autorisant la réserve fédérale d’accepter du FMI, « DTS, » sous forme de réserves aux États-Unis et émettre des billets de la réserve fédérale en échange du SDR.
1971 Tout l’or pur a été secrètement déplacé de Fort Knox, vendus à des changeurs d’argent international pour les 35 $ l’once prix et est censé garder maintenant à Londres. C’est également lorsque le Président Nixon abroge Gold Reserve Act de Roosevelt de 1934, permettant aux américains d’acheter une nouvelle fois or. À la suite de ce prix de l’or a commencé à monter en flèche. En effet, 9 ans plus tard, en 1980, or vendu pour $880 $us l’once, un échelonnement 25 fois ce que l’or à Fort Knox a été vendu aux banquiers internationaux pour.
1974
Nelson Rockefeller
Un périodique New-yorkais publie un article affirmant que la famille Rockefeller était manipuler la réserve fédérale aux fins de la vente d’or de Fort Knox à prix d’aubaine pour les spéculateurs européens anonymes.
3 jours après la publication de cette histoire, sa source anonyme, Secrétaire de longue date de Nelson Rockefeller, Louise Auchincloss Boyer, mystérieusement est tombé à sa mort de la fenêtre de son immeuble de dix étages à New York.
1975
Edith Roosevelt
Edith Roosevelt, la petite-fille du président Theodore Roosevelt remis en question les actions du gouvernement dans une édition de mars 1975 du New Hampshire dimanche News, dans laquelle elle a déclaré,
« Allégations d’or manquant de nos coffres de Fort Knox sont largement débattues dans les milieux financiers européens. « Mais ce qui est curieux, c’est que l’Administration n’est pas hâter à démontrer avec certitude qu’il n’y a aucune cause d’inquiétude sur notre trésor d’or, si en effet il est en mesure de le faire. »
Le gouvernement des États-Unis n’a toujours pas entrepris une vérification de l’or à Fort Knox pour étouffer cette spéculation.
1981
Ronald Reagan
Lorsque le Président Ronald Reagan a pris ses fonctions, ses amis conservateurs lui laissé entendre qu’il retourner à un étalon-or, comme un moyen de freiner les dépenses du gouvernement.
Le Président Reagan était à bord avec cette idée et donc il a nommé un groupe d’hommes appelés le, « Commission d’or, » d’entreprendre une étude de faisabilité étudier et communiquent leurs conclusions au Congrès.
1982 Du Président Reagan, « Commission d’or, » signale au Congrès et a fait la déclaration suivante de choquante concernant l’or,
« Le Trésor de l’u. s. ne possédé aucun or à tous. Tout l’or qui restait à Fort Knox était maintenant détenue par la réserve fédérale, un groupe de banquiers privés, comme garantie contre la dette nationale. »
1983 Afin que gouvernement de l’ Equateuraccueillie un prêt de 1,5 milliards de dollars au FMI, ils ont été contraints de prendre en charge les impayés privées élite de l’Équateur dues aux banques privées. En outre afin d’assurer que l’Équateur pourrait rembourser ce prêt, le FMI a dicté des hausses de prix d’électricité et autres services publics. Quand le FMI ne procurent suffisamment d’argent, ils ont ordonné l’Équateur à licencier 120 000 travailleurs.
Equateur étaient tenus de faire une variété de choses selon un calendrier imposé par le FMI. Ils comprenaient : augmentation du prix du gaz de cuisson de 80 % dès le 1er novembre 2000 ; transfert de propriété de son plus grand système d’eau à des opérateurs étrangers ; octroi de British Petroleum les droits à construire et posséder un oléoduc sur les Andes ; et éliminant les emplois des travailleurs plus et en réduisant les salaires de ceux restant de 50 %.
1985 Afin d’illustrer que la grande majorité de l’argent n’est pas encore imprimée de nos jours, s’il vous plaît voir le discours suivant par la fin Seigneur Beswick , qui est apparu dans le HANSARD, le 27 novembre 1985, vol. 468, colonnes 935-939, sous le titre, « Masse monétaire et le Private Banking System, » où il est dit
« Seigneur Beswick rose pour attirer l’attention sur la déclaration faite par le chancelier du Duché de Lancastre le 23 juillet 1985 que l’augmentation de 96,9 % de masse monétaire sur une période de cinq ans a été créée par le système bancaire privé et sans autorisation du gouvernement.
Le noble Seigneur dit: ‘ My Lords, le 10 juin de cette année, j’ai demandé le gouvernement de sa Majesté de ce montant de la masse monétaire a augmenté dans la période de cinq ans au milieu d’avril 1985. Fait intéressant, ils m’ont donné la réponse en pourcentage et non dans les livres. Lui ayant donné avis préalable, le ministre serait peut-être assez bon plus tard pour me donner la réponse en termes d’argent.
La réponse du gouvernement le 10 juin a été que l’augmentation avait été de 101,9 %, et que de cette très grande quantité seulement 5 pour cent a été expliquée par la frappe d’état de plusieurs pièces de monnaie et l’impression des notes plus. Cette augmentation de 96,9 % représentait non seulement une énorme somme d’argent, mais également un facteur crucial dans notre économie.
J’ai voulu savoir par qui il avait été créé, et le 23 juillet, j’ai demandé à nouveau gouvernement de sa Majesté dans quelle mesure cette augmentation a eu approbation du gouvernement. On m’a dit par le chancelier du Duché, prenant la parole pour le gouvernement, « The 96,9 % représenté nouveaux dépôts bancaires créés dans le cours normal des opérations bancaires et aucune autorité gouvernementale n’est nécessaire pour cela. »
Il disait que certains contrefacteur de pièces ou faussaire de billets avait été au travail qu’il y aurait bien sûr été une levée de boucliers immédiate et indignée, encore ici, nous avons une déclaration du gouvernement que les établissements privés ont créé cette énorme quantité de puissance d’achat supplémentaire et nous sommes censés accepter que c’est une pratique normale et que les autorités gouvernementales n’entrent pas dedans.
Quand j’ai demandé si nous ne devrait ne pas examiner plus profondément, qui profitait de ce pouvoir de création d’argent, le ministre a déclaré que les conséquences, bien qu’intéressantes, étaient peut-être trop étendue pour l’heure des questions, et soulever la question encore en débat et j’espère avoir plus de lumières.
Les enjeux sont importants, ils sont certainement sous-discutés, peut-être pas suffisamment compris, et j’espère que je ne suis pas être indûment injuste si je dis que ceux qui comprennent les mécanismes souvent sortir très bien d’eux. Je ne fais aucune partie point ; C’est tous beaucoup plus grand et plus large que cela. »
Remarquez comment le chancelier du Duché a donné le jeu quand il a dit qu’aucune autorité gouvernementale n’était nécessaire pour ce système actuel de création de crédit.
1987 Edmond de Rothschild crée la Banque de Conservation mondiale qui vise à transférer les dettes de pays du tiers monde à cette banque et en retour ces pays seraient donner des terres à cette banque.
Ceci est conçu de sorte que les Rothschild peuvent prendre le contrôle du tiers-monde qui représente 30 % des terres émergées de la terre.
1988 Les trois branches de la Banque centrale mondiale, la Banque mondiale, la BRI et du FMI, maintenant généralement visé comme la Banque centrale du monde, par le biais de leurs bras BIS, exiger des banquiers du monde augmenter leur capital et réserves à 8 % de leurs engagements de 1992. Cette augmentation de mettre une limite supérieure sur la réserve fractionnaire de prêt de capital requis.
Pour soulever l’argent, les banquiers du monde a dû vendre réserves enfoncé leurs marchés boursiers individuels et a commencé des dépressions dans ces pays. Par exemple au Japon, l’un des pays où le capital le plus bas dans la réserve, la valeur de son marché boursier s’est écrasé par 50 %, et l’immobilier commercial s’est écrasé de 60 %, dans les deux ans.
L’idée est pour le FMI à créer plus que SDR soutenue par rien, dans l’ordre pour les nations qui lutte pour leur emprunter. Ces nations puis vont progressivement sous le contrôle du FMI dans leur lutte pour payer les intérêts et dois emprunter plus. Le FMI décidera quels pays peuvent emprunter plus et qui vont mourir de faim. Ils peuvent aussi l’utiliser comme levier à assumer l’état possédé des actifs tels que les services publics comme moyen de paiement contre la dette jusqu’à ce qu’ils possèdent éventuellement les États-nations.
1991
David Rockefeller
Lors de la Conférence de Bilderberg le 6 juin à 9, à Baden-Baden, en Allemagne, David Rockefeller a fait la déclaration suivante,
« Nous sommes reconnaissants au Washington Post, le New York Times, Time Magazine et autres grandes publications dont les directeurs ont assisté à nos réunions et respecté leurs promesses de discrétion depuis presque 40 ans. Il aurait été impossible pour nous de développer notre plan pour le monde, si nous avions été soumis aux lumières de la publicité durant ces années.
Mais le monde est maintenant plus sophistiqué et préparé à marcher vers un gouvernement mondial. La souveraineté supranationale d’une élite intellectuelle et de banquiers du monde est sûrement préférable à l’autodétermination nationale pratiquée dans les siècles passés. »
Remarque : cliquez ici pour une feuille de calcul Microsoft Excel avec une liste de personnes lors des conférences de Bilderberg.
1992
Boris Yeltsin
Les pays du tiers monde débiteur qui avaient emprunté à la Banque mondiale, payer 198 millions de dollars plus, aux banques centrales des pays développés à des fins de financés par la Banque mondiale, qu’ils reçoivent de la Banque mondiale. Cela va seulement augmenter leur dette permanente en échange d’un soulagement temporaire de la pauvreté qui est causée par les paiements sur les prêts antérieurs, les remboursements qui dépassent déjà le montant des nouveaux prêts.
Cette année la dette extérieure de l’Afrique avait atteint 290 milliards de dollars, qui est deux fois et demie plus grand que son niveau en 1980, qui a abouti à une détérioration des écoles, détérioration de l’habitat, montent en flèche les taux de mortalité infantile, une baisse drastique dans la santé générale des personnes et le chômage de masse.
Le Washington Times rapporte que le Président russe, Boris Yeltsin, était bouleversé que la plupart de l’aide étrangère entrant a été siphonné au large, et il a déclaré,
« Straight dans les coffres des banques de l’ouest au service de la dette ».
Cette année les contribuables américains paient les réserve fédérale 286 milliards de dollars dans l’intérêt sur la dette la réserve fédérale, achetée par la planche à billets des coûts pratiquement gratuite.
1994 La loi Regal est introduite aux Etats-Unis d’autoriser le remplacement du billets verts président Lincoln avec des notes de la dette fondée. Ils dure depuis 132 ans.
1996 Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi la production de tout le monde semble se déplacer vers la Chine? Dans un rapport intitulé, « Économie de la Chine vers le XXIe siècle, » sorti cette année, il prévoit que le revenu par habitant en Chine en 2010, sera environ 735 dollars. Il s’agit moins de 30 dollars de plus que la définition de la Banque mondiale d’un pays à faible revenu.
1997
Tony Blair

Moins de deux mois avant que Tony Blair est arrivé au pouvoir en Angleterre, une autre entrée intéressante se trouvent dans le HANSARD, le 5 mars 1997, volume 578, no 68, 1869-1871, dans laquelle le comte de Caithness est enregistré comme ayant déclaré, les colonnes
« Le prochain gouvernement doit saisir le taureau par le cornes, prennent leurs responsabilités pour contrôler la masse monétaire et changement de notre système monétaire axée sur la dette. Vos Seigneuries, vont-ils ? S’ils ne le font pas, notre système monétaire nous cassera et l’héritage Désolé que nous quittons déjà nos enfants sera un désastre ».

Gordon Brown

Le 6 mai, quatre jours seulement après l’élection de Blair comme premier ministre, son ministre des finances, Gordon Brown, annonce qu’il va donner son indépendance de contrôle politique de la Banque d’Angleterre.
Dans son livre de 1997, le Grand échiquier, Zbigniew Brzezinski révèle que l’Allemagne est le principal actionnaire de la Banque mondiale. Lorsque vous garder à l’esprit que les banquiers de la lignée des Rothschild auraient été propre Allemagne, « lock, stock and baril, » à la fin de la première guerre mondiale, il n’est pas difficile de voir qui contrôle la Banque mondiale maintenant.
1998 Le FMI éliminer les subventions alimentaires et des carburants pour les pauvres en Indonésie. En même temps, le FMI a absorbé des dizaines de milliards de dollars pour sauver les financiers de l’Indonésie ou plutôt les banques internationales, de qui ils avaient emprunté.
Un document s’échappe la Banque mondiale, intitulée, « Plan directeur pour le Brésil ». Dedans, il énonce cinq exigences pour s’assurer une main-d’œuvre flexible de secteur public. Ce sont comme suit :
• Réduire le salaire et avantages sociaux
• Réduire les Pensions
• Augmenter les heures de travail
• Réduire la stabilité de l’emploi
• Réduction de l’emploi
1999 Au Brésil, privatisées electric company de Rio nommé, «lumière de Rio, » est responsable de pannes d’électricité répétées dans les quartiers. La compagnie accuse la météo dans l’océan Pacifique pour les pannes d’électricité, lorsque Rio est sur la côte Atlantique. Les coupures de courant n’aurais rien à voir avec le fait que, après la privatisation Rio lumière axed 40 % de la population active de la société serait il ? Pas de problème pour lumière de Rio, ainsi que leur prix de l’action monta 33 %.
2000 Le FMI exige l’Argentine réduire le déficit budgétaire de gouvernement de son actuel $ 5,3 milliards à $ 4,1 milliards l’année suivante, 2001. À ce moment-là le chômage fonctionnait à 20 % de la population active. Ils ont ensuite fait monter les enchères et a exigé une élimination du déficit. Le FMI avait quelques idées de comment cela pourrait se faire. Couper le programme d’emplois d’urgence du gouvernement de 200 $ par mois à 160 $ par mois.

James Wolfensohn

Ils ont également demandé une à travers le Conseil d’administration 12-15 % coupé en salaires pour les fonctionnaires et le découpage des pensions aux personnes âgées de 13 %. En décembre 2001, classe moyenne argentins malade de chasse littéralement les rues pour les ordures de manger, commencé à brûler vers le bas de Buenos Aires. En janvier Argentine a dévalué le Peso, anéantissant la valeur des comptes d’épargne commun de beaucoup de gens. Consterné qu’ils ne peuvent pas violer que davantage de pays, James Wolfensohn, Président de la Banque mondiale, déclare,
« Presque tous les principaux services publics ont été privatisés ».
Comment qu’ils contrôlent les troubles au sein de la population ? Je voudrais voir, un conducteur d’autobus argentin, un trente sept an, père de cinq enfants, a perdu son emploi comme conducteur d’autobus d’une société qui lui devait des 9 mois de salaire. Lors d’une manifestation contre cela et autres injustices perpétrées sur lui et la population, la police militaire lui a tiré mort avec une balle dans la tête.
En Tanzanie , avec environ 1,3 millions de personnes meurent du sida, la Banque mondiale et le FMI décidé d’exiger que Tanzanie facturer ce qu’étaient les nominations hôpital jusque-là indemne. Ils également classés en Tanzanie de facturer des frais de scolarité pour leur système d’éducation jusque-là indemne puis s’étonne lorsque la scolarisation est passé de 80 % à 66 %.
Le FMI et la Banque mondiale ont été en charge de la Tanzanie économie depuis 1985 au cours de laquelle Tanzanie temps du PIB a chuté de 309 $ à 210 $ par habitant, normes d’alphabétisation a chuté et le taux de pauvreté absolue est passé à 51 % de la population de l’enveloppe. Quand le FMI et la Banque mondiale a pris en charge en 1985, la Tanzanie est un pays socialiste. En juin 2000, la Banque mondiale a signalé avec arrogance,
« Un héritage du socialisme, c’est que la plupart des gens continuent à croire que l’État a un rôle fondamental dans la promotion du développement et de fourniture de services sociaux. »
Il est des émeutes en Bolivie après la Banque mondiale augmenter considérablement le prix de l’eau. La réclamation de la Banque mondiale que c’est nécessaire de prévoir désespérément nécessaires réparations et expansion. Il s’agit de balivernes, mon propre fournisseur d’eau est Wessex Water, une compagnie d’eau privatisés qui était en fait détenue par Enron ! Depuis la privatisation (l’Angleterre a été le premier pays à privatiser l’approvisionnement public en eau), la qualité a diminué et les prix ont explosé.
Presque toutes les compagnies d’eau privatisées en Grande-Bretagne n’ont pas toujours répondre aux objectifs du gouvernement sur les fuites.
2001
Joseph Stiglitz
Professeur Joseph Stiglitz, ancien économiste en chef de la Banque mondiale et Council of Economic Advisers du ancien Président du Président Clinton, entre en bourse au cours de la Banque mondiale, « stratégie en quatre étapes, » destiné à asservir des nations aux banquiers. Je résume cela ci-dessous,
Première étape : la privatisation.
C’est, en fait, où les dirigeants nationaux sont offerts à leurs comptes bancaires suisses secrets en échange de leur tailler quelques milliards de dollars sur le prix de vente des biens nationaux, les commissions de 10 %. La corruption et la corruption, pure et simple.
Deuxième étape : La libéralisation des marchés de capitaux.
C’est l’abrogation des lois cet argent d’impôts dépassant ses frontières. Stiglitz appelle cela la, « capitaux flottants, » cycle. Initialement trésorerie vient à l’étranger à spéculer sur l’immobilier et de la monnaie, puis quand l’économie dans ce pays commence à l’air prometteur, ceci en dehors de la richesse est sorti tout droit encore une fois, provoquant l’effondrement de l’économie.
La nation a alors besoin d’aide de l’IMF et le FMI fournit sous prétexte qu’elles soulèvent des taux d’intérêt allant de 30 % à 80 %. Cela s’est produit en Indonésie et au Brésil, également dans d’autres pays asiatiques et latino-américains. Ces taux d’intérêt plus élevés appauvrir en conséquence d’un pays, démolissant les valeurs de propriété, ravagent la production industrielle et d’évacuer les trésors nationaux.
Troisième étape : Sur le marché des prix.
C’est lorsque les prix des aliments, eau et gaz domestique sont soulevées qui mène prévisible à l’agitation sociale dans le pays respectif, aujourd’hui plus communément appelé, « IMF émeutes. » Ces émeutes provoquent la fuite des capitaux et gouvernement faillites. Cela bénéficie les sociétés étrangères comme les nations actifs restants peuvent être achetés à prix plus bas.
Quatrième étape : libre échange.
C’est où les multinationales explosent en Asie, Amérique latine et en Afrique, tandis que dans le même temps, l’Europe et l’Amérique barricader leurs propres marchés contre l’agriculture du tiers-monde. Ils imposent également des tarifs exorbitants que ces pays doivent payer pour les produits pharmaceutiques de marque, causant la flambée des taux de mortalité et de morbidité
Il y a beaucoup de perdants dans ce système, mais quelques gagnants – banquiers. En fait le FMI et la Banque mondiale ont fait la vente de systèmes d’électricité, eau, téléphone et gaz une condition des prêts à toutes les Nations en développement. Il est estimé à 4 billions de dollars d’actifs publics.
En septembre de cette année, le professeur Joseph Stiglitz est décerné le prix Nobel d’économie.
2002
Hugo Chavez
Le 12 avril, chaque communication importante aux USA s’exécute une histoire que le président vénézuélien Hugo Chavez avait démissionné comme il était, « impopulaire et dictatorial ». En fait, il avait été enlevé par un coup d’Etat, où il fut emprisonné sur une base militaire. Suite à la sympathie de la garde, le coup d’État s’écroule et le président Chavez est retour dans son bureau le lendemain. Fait intéressant, il a des preuves vidéo qu’alors qu’il était emprisonné à qui base un attaché militaire d’États-Unis entrée dans la base.
Le président Chavez, diabolisé par les médias occidentaux contrôlés, donne le lait et le logement aux pauvres et donne des terres ne pas utilisé pour la production de gros planteurs depuis plus de deux ans, aux personnes sans terres. Son grand crime était cependant, en passant une loi de pétrole qui a doublé les impôts de redevance de 16 % à 30 % sur les nouvelles découvertes de pétrole, qui ont touché Exxon Mobil et autres opérateurs internationaux du pétrole.
Il a également pris le contrôle total de la compagnie pétrolière nationale, PDVSA, qui avant était nominalement détenue par le gouvernement, mais en réalité, était dans la lignée de ces opérateurs internationaux du pétrole. Non seulement cela, mais le président Chavez est également le Président de l’ OPEP (Organisation des pays exportateurs de pétrole). La raison principale est, cependant, que le président Chavez rejette entièrement la Banque mondiale, « Stratégie en quatre étapes » et plan de réduction des salaires de la population au profit des banquiers.
En effet, le président Chavez a augmenté le salaire minimum de 20 %, ce qui a augmenté le pouvoir d’achat des travailleurs rémunérés inférieurs et renforcé l’économie. Son ministre, Miguel Bustamante Madriz, pleinement conscients des poses Venezuela danger aux banquiers quand gens contrastent le fait qu’il ne laissait pas, par exemple, avec l’Argentine qui a fait, a déclaré,
« L’Amérique ne peut pas nous devons rester au pouvoir. Nous sommes une exception à la nouvelle donne de la mondialisation. Si nous réussissons, nous sommes un exemple pour toutes les Amériques. »
2006 L’Amérique et la Grande-Bretagne est maintenant en guerre en Afghanistan et Iraket en regardant vers une invasion de l’Iran. Comme je l’ai dit le plus grand générateur de dette de tous est la guerre. Cela a poussé l’Amérique au bord de l’effondrement financier. Cette chronologie est conçue comme un record du passé, mais avant de vous pencher sur les conclusions, vous pouvez aimer regarder la prédiction d’une personne pour un proche avenir dans cet article hallucinant.

Conclusions
Dans mes recherches, j’ai découvert ces critiques qui actuellement condamnent le système monétaire presque universellement suggèrent que la seule solution est de restaurer une monnaie or soutenue. Je ne pense pas que tout les lecteurs de cette chronologie peuvent être en cas de doute, qu’un tel système sera ouvert aux abus de ces gens qui aujourd’hui en abuser. En effet si nous avons introduit une monnaie accompagnée de chaises, je crois que nous nous retrouverions avec rien à s’asseoir !
Le système monétaire seulement qui semble avoir fonctionné dans l’histoire est celle qui est soutenu par la bonne volonté d’un gouvernement et est libre, comme le président Lincoln de la dette, « Greenbacks ». Heureusement, l’économiste gagnante du prix Nobel de la paix, Milton Friedman est venu avec une solution ingénieuse de dos arracher de la masse monétaire de banquiers, rembourser toutes les dettes en suspens et prévenir l’inflation ou déflation alors que ce processus est terminé. Je résume cela ci-dessous.
À l’aide de l’Amérique comme l’exemple ici, Friedman suggère que la dette gratuit États-Unis billets émis pour rembourser les obligations des États-Unis (dettes) sur le marché libre. Parallèlement à cela, les réserves obligatoires de la Banque au jour le jour la personne ordinaire avec les banques, être proportionnellement élevé donc la monture d’argent en circulation reste constante.
Comme les personnes détenant des obligations sont payées en billets des États Unis, ils vont déposer l’argent dans la Banque ils Banque avec, ce qui rend disponible la monnaie puis nécessaire par ces banques à augmenter leurs réserves. Une fois que toutes les obligations de ces États-Unis sont payées avec des billets des États Unis, les banques seront à la Banque de réserve de 100 % au lieu du système de réserve fractionnaire et puis réserve fractionnaire bancaire peut être mis hors la Loi.
Si nécessaire, les autres engagements des institutions financières pourraient être supposés ou acquis par le gouvernement des États-Unis dans une opération exceptionnelle. Donc ces institutions seraient finalement être payées avec billets des États Unis dans le but de maintenir la masse monétaire totale stable.
Doivent également abroger la Loi de 1913 sur la réserve fédérale et la loi bancaire National de 1864 et toute puissance monétaire transféré au département du Trésor. Les effets de ce seront très bientôt vu par la personne moyenne que leurs impôts auraient commencer à descendre comme ils ne sont plus paieraient intérêt sur l’argent dette basée à une poignée de banquiers centraux.
Une loi doit être transmise à Assurez-vous qu’aucun banquier ou toute personne en aucune façon affilié à un établissement financier, le pouvoir de réglementer les services bancaires. Également aux États-Unis doit se retirer de toutes les opérations de banque centrale de la dette internationale basée à savoir. le FMI ; la BRI ; et la Banque mondiale. Ce serait bien pour les grecs ,et les autres,NOUS,entre autre
Si tous les pays du monde a adopté les conclusions ci-dessus, alors l’humanité sera enfin libre de ces banquiers centraux et leur monnaie dette fondée. C’ est une belle idée, mais abord qu’il faut il franchir nos politiciens corrompus dont beaucoup sont parfaitement au courant de l’arnaque qui nous joue sur une base quotidienne, toutefois plutôt que de faire le travail que nous avons choisi de faire, ils gardent leur bouche fermée et plutôt s’occuper eux-mêmes et leurs familles, tandis que le reste d’entre nous continuent d’être exploitées.
« Pour ce qu’il profitera hommes une distribution plus prudente et l’utilisation des richesses rendant possible pour eux de gagner même dans le monde entier, si donc ils souffrent de la perte de leurs propres âmes ? Ce qui profiteront de leur enseigner les principes sains d’économie, si elles permettent eux-mêmes à être tellement emporté par l’égoïsme, par cupidité débridée et sordide, qui, « en entendant les commandements du Seigneur, ils font toutes choses contraires. »
Le pape Pie XI
Sources
La vie de William Ewart Gladstone John Morley 1903
Secrets de la réserve fédérale Eustace Mullins 1952
Le grand krach de 1929 John Kenneth Gailbraith 1955
F. D. R. Mon beau-père exploité Curtis B. Dall 1967
Collectifs discours du député Louis T. McFadden Louis T. McFadden 1970
Une histoire monétaire des Etats-Unis, 1867-1960 Milton Friedman et Anna 1971
Aucun il ose appeler conspiration Gary Allen 1972
Tragédie et espoir : une histoire du monde dans notre temps Carroll Quigley 1975
La vérité dans le livre d’argent Theodore R. Thoren et Richard F. Warner 1984
Le Grand échiquier Zbigniew Brzezinski 1997
La créature de Jekyll Island : un Second regard à la Federal Reserve – 3e édition G. Edward Griffin 1998
Les changeurs d’argent Patrick S. J. Carmack 1998
L’ombre du pouvoir : le Conseil sur la politique étrangère et le déclin américain – édition 2002 James Perloff 2002
Globalization and Its Discontents Stiglitz 2003

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s