le 15052015C

 

_religion prohibida  

syrian-muslim-brotherhood-still-crucial-actor

luther_juifs

nwo alliance nsa googlefacebook_alliance

nwo google-nsa-alliance

nwo nato_secretarmies_gladio

nwo zelator

revelations_elitefamilyinsider

nwo extortion_system

credit-suisse-global-wealth-report-2014

us_muslimbrotherhood

CARTE IMPORTANTE DE LA SITUATION DE NWOnwo-worldmap

Cuban Missile Crisis1962

Bonjour à tous,
EH ! la BCE ,N’OUBLIEZ PAS,VOTRE TRAITE,C’EST DU BIDON,IL EST CADUQUE,NUL PAS VALABLE ,J’AI DIS,NON, comme 54.67%de français, EN 2005 pour le TRAITE de LISBONNE
tous les français le 29 MAI 2005( NON :15 449 508 à (54,67 % de NON) au Référendum ,ratification du traité de LISBONNE),J’espére que votre commissions des lois ,c’est le sénat ,parce que si c’est la commission européenne, c’est torché, c’est pas valable ,vous pouvez dire tous ce que vous voudrez n ,c’est torché

Fondation Brigitte Bardot, comme par hasard ,une riveraine ,ou ,même des riverains, quoique, j’en doute, Bref, elle porte plainte contre un refuge de BB ,ce qui me marrer, c’est que ,c’est là ,à ce moment même ,ou, une bonne partie de la classe politique maçonne se pose des questions ,qu’arrive cette plainte d’une riveraine ,qui ne vient de je ne sais ou, mais arrêter de nous prendre pour des bœufs ,parce qu’en ce moment les bœufs ,c’est vous, bref avant ,apparemment les riverains, ne s’en plaignaient pas. Et ,comme par hasard,vous arrivé ?????????????????????????vous êtes bêtes et méchant ,pas comme CHORON, lui ,il avait le mérite ,d’être drôle, décidément ,c’est encore et toujours du bidon.
Deux petits mots sur la vieille ELKRIEF ,qui prend sont pied ,à vouloir faire une interview de JEANMARIE LEPEN, qui ,avec ,tous ce qu’ils ont racontés sur lui et eux ,soit un peu déboussolé, je comprends, c’est là ,qu’on se rend compte de la grandeur intellectuel et cérébral (au moins de ne pas se sentir petit et mesquins .) comme de certains ,qui, se disent journaliste .APOLLINE ,t’as beaucoup mieux (, et tu mérites mieux ,)à apprendre ,qu’il est plus facile de marcher sur la gueule d’un vieil homme, et d’essayer de lui tirez les verts du nez , que de faire des documentaires, plus concis et intelligent, mais ,ça c’est ,vrai, c’était en option, on ne peut pas tous avoir ,mais ,il y en a ,qui n’ont rien !!!!
Certains,m’ont pris pour un rigolo,pourtant ,depuis le temps,il devrait savoir ,que je bluffe pas!!!!!!!

Je répéte
Ah,au fait ,je veux que LE SENATEUR LARCHER ,prenne la direction de la présidence de la république FRANCAISE,comme ,il est écrit dans la constitution de la république française,qu’HOLLANDE FASSE UNE DECLARATION PUBLIQUE ,comme quoi ,il se déstitue de ses pouvoirs,qu’il lui a été ont été donné par nous tous ,Qu’on lui reprend
Et ceci pour une nouvelle election
VI – Que se passe t-il en cas de décès ou de démission du Président ?
C’est le président du Sénat qui assure l’intérim de la fonction présidentielle jusqu’à l’élection du nouveau Président de la République. Le scrutin de la nouvelle élection doit avoir lieu, sauf cas de force majeure constaté par le Conseil constitutionnel, vingt jours au moins et trente cinq jours au plus après l’ouverture de la vacance ou la déclaration du caractère définitif de l’empêchement. C’est le Conseil constitutionnel qui constate l’empêchement après avoir été saisi par le gouvernement (>> art.7 ).
Le Président de la République par intérim n’exerce cependant pas la totalité des fonctions présidentielles. Il ne peut utiliser ni le référendum prévu à l’article 11de la Constitution, ni la dissolution de l’Assemblée nationale (>> art.12 ).
AH,mes amis,je tiens à vous dire ,que les DDruks ( David Rockefeller ,David Rothschild et la Reine d’Angleterre , Elisabeth 2) se servent surement de technologie militaire ,comme le laser à grande distance, ,ou autre technologies ,pistolet ou canon à IEM, ça empéche ,vos appareils électromagnétiques de fonctionner correctement TV, Téléphone ,LECTEUR DVD/CD,PC bref ,tous ce qui est électromagnétique (quand,votre télé s’arréte brusquement,c’est un signe,si vous n’avez pas utilisez le remote contrôle ) ,et d’autres technologie aussi, et il n’y a que les militaires, qui ont ceci,(( vous devez ,vous dire ,mais comment, il sait, que ce sont des IEM ,c’est que tout simplement ,en général, ça dépend du temps d’exposition, votre téléphone est HS, en général, ça été ,mon cas)), Et ceci est arrivé, certainement avec Google, (big Brother )ils ont déjà essayer ( vers le 23/10/2014,EH, OUAI ,je ne suis pas prés d’oublier cette date ),mon téléphone ,en est la preuve, pour me faire taire, imaginez vous,( car, cela peut arriver à chacun de nous ,la preuve à moi, car ils veulent qu’on vive dans un état policé, du moins, elle veut, c’est ,normale, une nazie ,elle ne peut vouloir que ça .) ,un matin ,quand ,vous allumez votre PC ,comme le mien ne fonctionnant plus ,(plus de windows ,rien, nada, ) heureusement ,que, j’avais fait un double de mes fichiers sur un disque dur externe ,et sur des clefs USB, bien planquées et qu’un de mes potes a bien voulu me prêter son PC ,pour une heure ,environ sur ,lequel, on ne peut pas relevé l’IP(je l’ai su après), pour les petits malins, , Cela dit, Messieurs ,Dames ,prenez en de la graine ,car si un jour, ou, votre PC est HS ,vous pouvez ,toujours ,vous retournez,comme cela, cela dit votre disque externe, vous servira ,ailleurs que chez vous,si vous étes dans mon cas, c’est aussi pour cela ,que je ne fait confiance qu’à mes hard disk ,jamais au Cloud, toutes ces drop box, dans les quels ,on vous prend ce qu’on veut ),Bref ,mon PC ne pouvant plus fonctionner, alors qu’ il fonctionnait correctement ,il y encore 5 heures à peine ,je passe ,parce que ,j’ai pas le choix sur le fait, qu’il m’ont déjà niquer un téléphone neuf( qui avait 2 mois, donc neuf) avec leur gril pain ‘’commotion ‘GOOGLE’’,tous ,est bon pour faire taire la vérité, qui n’est autre, l’appât du gain, comme d’hab( d’habitude) ,faire une guerre avec un des petits fils,(ou autre) Rothschild(HITLER)annexé les pays environnants (,Pologne ,en autre ,une partie de la France ,etc….!)prendre et séquestré tous les juifs des pays annexés ,et prendre les hommes pour le travail forcé, pas besoin de s’embarrasser des femmes et des enfants, des handicapés ,d’où, les fours crématoires ,et autres choses, charniers );Et faire travailler les hommes à la Consolidated Silesian Steel Company (CSSC), basée en Silésie, à la frontière germano-polonaise riche en minerais,et profité de l’esclavagisme organisé par les Nazis dans les camps de concentration, notamment à Auschwitz, investir dans la guerre, dans les armes , et en garder un peu ,pour garder une poire pour la soif,, et investir ,l’autre partie du pognon, dans de nouveau projet, ça ,vous l’avez gardé ,ce côté recherche.
Je fais cherché par les autre tanpis ,si ça casse tout et ou ,je détruis tout ‘’ ( tiens ,à propos ,les chercheurs méfiez vous, parce que après ,que vous avez trouvé ce qu’ils cherchent, vous avez soudainement un accident ,ou vous vous ,suicidez ,même ,si vous êtes en pleine forme physique et psychologique ,mais, vous vous suicidez ,quand même, juste ,pour me contre dire ,si, si . Bref voir la listes des chercheurs disparus plus bas,c’est eux, qu’ils l’ont notés ,si, si, si.disparus dans,de drôles de circonstances.

Charpter – I – The House of Bush: Born in a Bank
________________________________________
George Bush : la biographie non autorisée — par Webster G. Tarpley & Anton Chaitkin
________________________________________
Charpter – I- La maison de Bush : né dans une banque traduit
Qui est George Bush ? Comment il devenu le 41e Président des États-Unis ?
Il est censé être un homme de la « création de vieux », qui « a choisi de demander sa fortune comme un pétrolier indépendant… » @s1
En fait, Bush n’a jamais été « indépendant ». Chaque carrière étape dans sa hausse montée s’est appuyé sur les puissantes associations de sa famille. La famille Bush s’est joint à la mise en place est relativement récemment et seulement comme serviteurs. Leur richesse et leur influence s’explique par leur loyauté à la famille d’un autre, plus puissante et leur volonté de faire quelque chose pour aller de l’avant.
Pour ce qu’ils firent, ancêtres de Bush devraient sont devenus très célèbres, ou infâme. Ils sont restés obscurs personnages, gestionnaires derrière les coulisses. Mais leurs actions–y compris le rôle de son père comme banquier pour Adolf Hitler–ont eu des effets tragiques pour l’ensemble de la planète.
C’était ces services à des bienfaiteurs de sa famille, qui a propulsé de George Bush à la tête.
Prescott Va à la guerre
Le Président George Herbert Walker Bush est né en 1924, le fils de Prescott Bush S. et Dorothy Walker Bush. Nous allons commencer l’histoire de George Bush une dizaine d’années avant sa naissance, à la veille de la première guerre mondiale. Nous allons suivre la carrière de son père, Prescott Bush, grâce à son mariage avec Dorothy Walker, sur le chemin vers la fortune, élégance et puissance.
Prescott Bush est entré à l’Université de Yale en 1913. Né à Columbus, Ohio, Prescott a passé les cinq dernières années avant le Collège au lycée épiscopal de Saint-Georges à Newport, Rhode Island.
Première année de collège de Prescott Bush, 1913, était aussi la première année à Yale pour Harriman d’e. Roland (« Bunny »), dont le frère plus âgé (WM) Averell Harriman avait tout juste diplômé de Yale. Il s’agit de la Averell Harriman qui passait à la célébrité, l’Ambassadeur des Etats-Unis à l’Union soviétique pendant la seconde guerre mondiale, comme un gouverneur de l’état de New York, ainsi que conseiller présidentiel qui a été grandement responsable du déclenchement de la guerre du Vietnam.
Les Harrimans auraient devenir les commanditaires des buissons, à les soulever sur la scène de l’histoire mondiale.
Au printemps 1916, Prescott Bush et Harriman « Bunny » ont été choisis pour appartenance à une élite Yale senior-année secret society connu comme Skull and Bones. Ce groupe exceptionnellement morbid, mort-celebrating a aidé Wall Street financiers trouver actives jeunes hommes de « bonne naissance » pour former une sorte d’imitation aristocratie britannique en Amérique.
Guerre mondiale était alors rage en Europe. Avec la perspective que les U.S.A. rejoindra bientôt la guerre, deux crâne et OS « Patriarches », Averell Harriman (classe de 1913) et Percy A. Rockefeller (classe de 1900), porté une attention particulière à la classe de Prescott de 1917. Ils voulaient des cadres fiables leur permettant de jouer le grand jeu, dans la lucrative nouvelle époque impériale que la guerre s’ouvrait pour moneycrats de Londres et New York. Prescott Bush, puis un ami proche de « Bunny » Harriman, et plusieurs autre Bonesmen de leur classe de 1917 comprendrait plus tard les partenaires principaux de Brown Brothers Harriman, la plus grande banque d’investissement privé du monde.
Guerre mondiale n’a fait une immense quantité d’argent pour le clan de stocks spéculateurs et des banquiers britanniques qui venait de prendre au cours de l’industrie américaine. Les Harrimans étaient les stars de cette nouvelle élite anglo-américaine.
Père de Averell, courtier en valeurs mobilières E.H. Harriman, avait pris le contrôle de l’Union Pacific Railroad en 1898 avec crédit arrangé par William Rockefeller, père de Percy et Kuhn Loeb & Co. Britannique affilié banquiers privés, Otto Kahn, Jacob Schiff et Felix Warburg.
William Rockefeller, trésorier de la Standard Oil et frère du fondateur Standard Rockefeller, appartenant à National City Bank (plus tard « Citibank ») ainsi qu’au Texas, James Stillman. En échange de leur soutien, E.H. Harriman déposés en banque de la ville les vastes réceptions de ses lignes de chemin de fer. Lorsqu’il a publié des dizaines de millions de dollars de « arrosée » stock de chemin de fer (frauduleuse), Harriman vendu la plupart des actions par l’intermédiaire de la compagnie Kuhn Loeb.
La première guerre mondiale élevée Prescott Bush et son père, Samuel P. Bush, dans les rangs inférieurs de l’Establishment de l’est.
Alors que guerre en 1914, National City Bank a commencé à réorganiser l’industrie de l’armement US. Percy A. Rockefeller a pris le contrôle direct de la société Remington Arms, en nommant son propre maître, Samuel F. Pryor, comme le nouveau chef de la direction de Remington.
Les États-Unis entre en guerre mondiale en 1917. Au printemps 1918, père de Prescott, Samuel P. Bush, est devenu chef des munitions, armes légères et munitions Section de la guerre Industries Board.@s2 l’aîné, À que Bush a pris une responsabilité nationale pour les relations avec Remington et autres entreprises d’armes et de l’aide gouvernementale.
Il s’agissait d’un rendez-vous inhabituel, comme père de Prescott semblait n’avoir aucun fond dans les munitions. Samuel Bush avait été président de la Buckeye Steel Castings Co. en fabricants de Columbus (Ohio), des pièces de l’autorail. Toute sa carrière avait été dans les affaires de chemin de fer–fournissant des équipements pour les systèmes de chemin de fer appartenant à Wall Street.
Le War Industries Board a été dirigé par Bernard Baruch, un spéculateur de Wall Street avec personnels et commerciaux étroits avec vieux E.H. Harriman. La firme de courtage de Baruch avait manipulé spéculations Harriman de tous les kinds.@s3
En 1918, Samuel Bush devient directeur de la Division des installations de la War Industries Board. Père de Prescott a au Président de la Commission, Bernard Baruch, ainsi qu’adjoint de Baruch, banquier privé de Wall Street Clarence Dillon.
Robert S. Lovett, Président de Union Pacific Railroad, conseiller en chef à E.H. Harriman et exécuteur testamentaire de son aura, était responsable de la production nationale et acheter des « priorités » pour le Conseil d’administration de Baruch.
Avec la mobilisation de guerre menée sous la supervision du Conseil d’Industries de guerre, les consommateurs américains et les contribuables douchés fortunes sans précédent sur les producteurs de la guerre et certains titulaires de brevets et de matières premières. Audiences en 1934 par le Comité du sénateur américain Gerald Nye ont attaqué les « marchands de mort–» profiteurs de guerre tels que Remington Arms et la société britannique Vickers–dont les vendeurs avaient manipulé de nombreuses nations en guerres et ensuite fourni tous les côtés avec les armes pour les combattre.
Percy Rockefeller et de Samuel Pryor Remington Arms fourni de mitrailleuses et pistolets automatiques Colt ; millions de fusils à la Russie tsariste ; plus la moitié des munitions d’armes de petit calibre utilisé par les alliés anglo-américains dans la guerre mondiale I ; et 69 % des fusils utilisés par les États-Unis dans cette conflict.@s4
Relation en temps de guerre de Samuel Bush à ces hommes d’affaires se poursuivrait après la guerre et faciliterait surtout la carrière de son fils Prescott du service aux Harrimans.
La plupart des dossiers et la correspondance de Samuel Bush bras – section associée du gouvernement ont été brûlée, « pour économiser de l’espace » aux Archives nationales. Cette question des dossiers détruits ou déplacées doit être de préoccupation pour les citoyens d’une République constitutionnelle. Malheureusement, c’est un obstacle plutôt constant en ce qui concerne les recherches sur fond de George Bush : il est certainement le plus « secrète » chef de l’exécutif américain.
Maintenant, fabrication d’armes en temps de guerre est par nécessité à bord avec grandes précautions. Le public besoin sais pas les détails de la vie privée du gouvernement ou dirigeants d’entreprise impliqués, et une large corrélation entre le gouvernement et le secteur privé personnel est normale et utile.
Mais pendant la période précédant la guerre mondiale et dans les années de guerre 1914-1917, quand les États-Unis étaient encore neutre, des financiers de Wall Street emboîtement inféodés à la stratégie britannique fait pression fortement et tordu le gouvernement américain et les fonctions de la police nationale. Dirigé par la préoccupation de J.P. Morgan, agent des achats globaux de la Grande-Bretagne en Amérique, ces financiers voulaient une guerre mondiale et ils voulaient les États-Unis dedans comme allié de la Grande-Bretagne. Les compagnies d’armes américaines et britanniques, détenues par ces banquiers internationaux, répandu sur les armes à l’étranger dans les affaires non soumis à l’examen de n’importe quel électorat retour à la maison. Les mêmes Messieurs, comme nous le verrons, plus tard fourni armes et argent aux Nazis d’Hitler.
Que ce problème persiste aujourd’hui, est à certains égards en raison du « contrôle » sur la documentation et l’histoire des trafiquants d’armes.
Guerre mondiale a été une catastrophe pour l’humanité civilisée. Il avait des pertes terribles, sans précédent et les effets bouleversante sur la philosophie morale des européens et des américains.
Mais pendant une courte période, la guerre plutôt bien traités Prescott Bush.
En juin 1918, tout comme son père a pris la responsabilité pour les relations du gouvernement avec les producteurs privés d’armes, Prescott est allé en Europe avec l’armée américaine. Son unité n’est pas venu près de n’importe quel incendie jusqu’en septembre. Mais le 8 août 1918, le point suivant est apparu sur la première page du journal de ville natale de Bush :
Hauts honneurs militaires conférés sur le capitaine Bush
Pour acte de bravoure remarquable, quand menant alliées commandants étaient en voie de disparition, homme Local est attribué Français, anglais et américains traverse.
International Honors, peut-être sans précédent dans la vie d’un soldat américain, ont été conférés le capitaine Prescott Sheldon Bush, fils de M. et Mme S.P. Bush de Columbus.
À jeune Bush… ont été conférée : Croix de la Légion d’honneur,… Croix de Victoria… Croix du Service distingué…
Conférant des trois décors sur un homme à un moment donné implique la reconnaissance d’un acte de bravoure rare et probablement d’une grande importance militaire aussi bien.
Mot qui a atteint Columbus durant ces derniers jours, il semble comme si la réalisation du capitaine buisson bien mesure jusqu’à ces exigences.
L’incident s’est produit sur le front occidental tout le temps que les Allemands lançaient leur grande offensive du 15 juillet… L’histoire de la remarquable victoire a marqué plus tard par les alliés aurait pu été écrire dans un autre ordre d’idées, mais pour l’action rapide et héroïque du capitaine buisson.
La… trois allient des dirigeants, Genèse [Ferdinand] Foch, Sir Douglas Haig et Genèse [John J.] Pershing… effectuaient une inspection des positions américaines. Gén Pershing avait envoyé pour Bush de capitaine pour les guider sur un secteur… Tout à coup Bush capitaine remarqué une coquille venant directement pour eux. Il a crié un avertissement, a soudainement attiré son couteau bolo, il coincé comme il aurait une chauve-souris de boule et Paré le coup, provoquant la coquille un coup d’oeil au large vers la droite…
Dans les 24 heures le jeune Bush a été avisé… [que] les trois commandants des alliés, lui avaient recommandé pour pratiquement les plus grands honneurs au sein de leur cadeau… Captain Bush est de 23 ans, diplômé de Yale dans la classe de 1917. Il fut l’un des athlètes de plus connus de Yale… a été chef du glee club… et dans sa dernière année a été élu à la célèbre Skull and Bones Society…@s5
Le jour après la parution de cette étonnante histoire, il y avait un grand carton sur la page éditoriale. Il dépeint Prescott Bush comme un petit garçon, lisant un livre d’histoire sur l’héroïsme militaire et de dire: « Gee ! Je me demande si quelque chose comme ça pourrait arriver jamais vraiment à un garçon. » La légende ci-dessous est une resucée de l’exploit au bâton-loin-le-mortel-shell, écrit en style.@s6 romanesque
Excitation locale sur le militaire « Babe Ruth » a duré seulement quatre semaines. Puis cette petite boîte sombre est apparue sur la page de couverture :
Éditeur de Journal d’État :
Un câble reçu de mon fils, S. de Prescott Bush, apporte le mot qu’il n’a pas été décoré, tel que publié dans les journaux il y a un mois. Il se sent terriblement troublé qu’une lettre, écrite dans un esprit de plaisir, il ont été mal interprétée. Il dit qu’il n’est aucun un héros et me demande de faire des explications. J’apprécierai votre gentillesse en publiant cette lettre…
Flora Sheldon Bush.
Columbus Septembre 5.@s7
Prescott Bush affirma plus tard qu’il a passé « à propos de 10 ou 11 semaines » dans la zone de combat en France. « Nous avons été sous le feu là… C’était très excitant et bien sûr une expérience merveilleuse. »@s8
Prescott Bush était déchargé en mi-1919 et retourné pendant une courte période à Columbus, Ohio. Mais son humiliation dans sa ville natale était si intense qu’il pouvait vivre n’est plus là. L’histoire de « héros de la guerre » était désormais pas parlé d’en sa présence. Des décennies plus tard, alors qu’il était un sénateur américain important, riche, l’histoire a été murmurée et perplexe sur parmi le membres du Congrès.
Cherche à être sauvé de cette situation laide, Captain Bush est allé à la réunion de 1919 de sa classe de Yale à New Haven, Connecticut. Crâne et OS patriarche Wallace Simmons, étroits avec les fabricants d’armes, offert de Prescott Bush un emploi dans son entreprise de matériel de chemin de fer St. Louis. Bush a pris l’offre et a déménagé à St. Louis–et de son destin.
Un mariage pur sang
Prescott Bush est allé à St. Louis pour réparer sa vie troublée. Parfois cette même année, Averell Harriman fait un voyage là-bas sur un projet qui aurait de grandes conséquences pour Prescott. Le Harriman de 28 ans, jusque là quelque chose d’un playboy, voulait mettre son argent héritée et les contacts en action dans l’arène des affaires du monde.
Le président Theodore Roosevelt avait dénoncé père de Harriman « cynisme et la corruption profonde » et appelaient une « indésirables citoyen. » @s9 pour l’encore – Averell brulures prendre sa place parmi les décideurs et les disjoncteurs des nations, il avait besoin d’un organisme financier et renseignement de la sienne. L’homme Harriman a cherché à créer une telle institution pour lui était Bert Walker, un courtier en valeurs mobilières Missouri et entreprise wheeler-concessionnaire.
George Herbert (« Bert ») Walker, dont le Président George H.W. Bush a été nommé, n’a pas immédiatement accepté proposition de Harriman. Walker quitterait son petit empire de St. Louis, pour essayer son influence en Europe et de New York ?
Bert était le fils d’un grossiste de marchandises sèches qui avait prospéré sur les importations de England.@s1@s0 The British connexion avait payé pour des maisons d’été Walker à Santa Barbara, en Californie et dans le Maine–« Point de Walker » à Kennebunkport. Bert Walker avait été envoyé en Angleterre pour son école préparatoire et l’enseignement collégial.
En 1919, Bert Walker avait des liens étroits à la Guaranty Trust Company, à New York et à la maison de banque britanno-américaine J.P. Morgan and Co. Ces préoccupations de Wall Street a représenté tous les propriétaires importants des chemins de fer américains : les partenaires de Morgan et leurs associés ou cousins dans les familles Rockefeller, Whitney, Harriman et Vanderbilt tout.
Bert Walker était connu comme premier deal-arrangeur du midwest, attribution du capital-investissement de ses contacts international-banquier pour les nombreux chemins de fer, les utilitaires et les autres industries du Midwest dont lui et ses amis de St. Louis ont été dirigeants ou membres du Conseil.
Walker les opérations de étaient toujours tranquille, ou mystérieux, que ce soit dans les affaires locales ou globales. Il avait longtemps été le « pouvoir derrière le trône » dans le parti démocrate de St. Louis, avec son copain, ancien gouverneur du Missouri David R. Francis. Walker et Francis ensemble avaient une influence suffisante pour sélectionner candidates.@s1@s1 de la partie
En 1904, Bert Walker, David Francis, Washington University Président Robert Brookings et leur cercle de banquier ou courtier avaient organisé une exposition universelle de St. Louis, la Louisiana Purchase Exposition. En ligne avec les vieux antécédents familiaux de Confédération du Sud d’un grand nombre de ces auteurs, la Foire a présenté un « Zoo humain »: indigènes vivants provenant de régions arriérées de jungle ont été exposées dans des cages spéciales sous la supervision de l’anthropologue William J. McGee.
Averell Harriman était donc un patron naturel pour Bert Walker. Bert partagé la passion de Averell pour l’élevage des chevaux et des courses de chevaux et facilement accommodé la philosophie sociale connexes de la famille Harriman. Ils croyaient que les chevaux et les écuries de course qu’ils possédaient a montré la voie vers une amélioration nette du stock humain–il suffit de sélectionner et s’accouplent pur-sang et méprisez ou éliminer les animaux inférieurs.
La première guerre mondiale avait apporté la petite oligarchie de St. Louis dans l’administration orientée confédéré-maître du président Woodrow Wilson et de ses conseillers, le colonel Edward House et Bernard Baruch.
Walker ami de Robert Brookings coucha War Industries Board de Bernard Baruch en tant que directeur de fixation des prix nationaux (sic). David R. Francis est devenu Ambassadeur des Etats-Unis à la Russie en 1916. Comme la révolution bolchevique a éclaté, nous trouvons Bert Walker occupé en nommant des gens au personnel de Francis dans Petrograd.@s1@s2
Walker activités plus tôt de à l’égard de l’État soviétique sont d’un intérêt majeur pour les historiens, compte tenu du rôle d’activiste, il devait y jouer avec Harriman. Mais la vie de Walker est aussi secrète que le reste du clan Bush, et au dossier public survivant est extrêmement mince.
La Conférence de paix de Versailles de 1919 a réuni stratèges impériaux britanniques et leurs amis américains à prendre des dispositions mondiales après-guerre. Pour ses aventures internationales prévus, Harriman nécessaires Bert Walker l’intrigant chevronné, incarnant tranquillement la bon nombre des dirigeants de la politique américaine et de la finance britannique désigné.
Deux persuasion Ouest voyages par Harriman,@s1@s3 Walker longuement accepte de se déplacer à New York. Mais il a gardé la maison d’été de son père à Kennebunkport, Maine.
Bert Walker organisé formellement la Banque privée de W.A. Harriman & Co. en novembre 1919. Walker est devenu président de la Banque et le chef de l’exécutif ; Averell Harriman était président et copropriétaire majoritaire avec son frère Roland (« lapin »), ami proche de Prescott Bush à Yale ; et Percy Rockefeller était un directeur et un commanditaire-fondateur financière.
À l’automne 1919, Prescott Bush a fait la connaissance de la fille de Bert Walker Dorothy. Ils pratiquaient l’année suivante et se sont mariés au mois d’août, 1921.@s1@s4 parmi les huissiers et les grooms au mariage élaboré ont été Ellery S. James, Knight Woolley et quatre autres collègues crâne et Bonesmen de la classe de Yale de la famille élargie de 1917.@s1@s5 The Bush-Walker a réuni chaque été dans la « Walker maison de campagne » à Kennebunkport, de ce mariage des parents du Président Bush jusqu’à nos jours.
Prescott épouse Dorothy, il était seulement un mineur exécutif de Simmons Co., fournisseurs de matériel de chemin de fer, tandis que le père de sa femme était de construire un des plupart des entreprises dans le monde. L’année suivante, que le couple a tenté de revenir à Columbus (Ohio) ; Il Prescott a travaillé pendant une courte période dans une entreprise de produits en caoutchouc appartenue à son père. Mais ils s’installe bientôt à nouveau à Milton, dans le Massachusetts, après que outsiders acheté la petite entreprise familiale et il s’installe près de là.
Donc Prescott Bush n’allait nulle part rapide, quand son fils George Herbert Walker Bush–le futur président américain–est né à Milton, dans le Massachusetts, le 12 juin 1924.
Peut-être que c’était comme un cadeau d’anniversaire de George, qui « Bunny » Harriman est intervenu pour sauver son père Prescott de l’oubli, lui amenant les Harriman sous contrôle US Rubber Co. à New York. En 1925, la jeune famille passe à la ville où George devait grandir : Greenwich, Connecticut, banlieue de New York et de New Haven/Yale.
Puis le 1er mai 1926, Prescott Bush a rejoint W.A. Harriman & Co. comme son Vice-Président, Président de la Banque, Bert Walker, son beau-père et le grand-père maternel de George–à la tête de le family.@s1@s6
Le grand jeu
Prescott Bush démontrerait forte fidélité à l’entreprise, il a rejoint en 1926. Et la Banque, avec la portée et la puissance de nombreuses nations ordinaires, puisse largement récompenser ses agents. Grandfather Walker’s George Bush avait mis l’entreprise ensemble, tranquillement, secrètement, à l’aide de toutes les liaisons internationales à sa disposition. Laissez-nous brièvement regarder en arrière au début de la firme Harriman–l’entreprise familiale de Bush–et de suivre son cours dans l’un des projets les plus sombres de l’histoire.
Premier levier global de l’entreprise était son arrangement réussi d’entrer dans l’Allemagne en dominant l’expédition de ce pays. En 1920, Averell Harriman a annoncé qu’il re-commencerait Hamburg – Amerika Line Allemagne, après plusieurs mois de magouilles et de torsion. Bateaux à vapeur commercial de Hamburg-Amerika avait été confisqués par les États-Unis à la fin de la première guerre mondiale. Ces navires avaient ensuite deviennent la propriété de l’entreprise Harriman, par des arrangements avec les autorités américaines qui n’étaient jamais rendues publiques.
L’affaire était à couper le souffle ; Il créerait ligne expédition privée la plus importante du monde. Hamburg-Amerika Line a retrouvé ses navires confisqués, pour un lourd tribut. L’entreprise Harriman a pris « le droit de participer à 50 pour cent de toutes les entreprises originaires de Hambourg » ; et pour les vingt prochaines années (1920-1940), l’entreprise Harriman avait « le contrôle complet de toutes les activités de la ligne de Hambourg dans the United States. » @s1@ s7
Harriman est devenu co-propriétaire de la Hamburg-Amerika. La firme Harriman-Walker a gagné une prise serrée sur sa gestion, avec le ne pas-si subtile support de la guerre mondiale I l’occupation de l’Allemagne par les armées anglaises et américaines.
Juste après la déclaration publique de Harriman, la presse de St. Louis ont célébré le rôle de Bert Walker dans l’assemblage de l’argent pour consommer le deal :
« Ex-St. Louisan formes navire géant fusion »
« G. H. Walker est déplacement puissance derrière Harriman-Morton Shipping combiner… »
L’histoire a célébré une « fusion de deux grandes maisons financières à New York, qui placera la capitale pratiquement illimitée à la disposition de la nouvelle moissonneuse-batteuse d’expédition américaine-allemand… » @s1@ s8
Bert Walker avait organisé un « mariage » de crédit de J.P. Morgan et le patrimoine héréditaire familial Harriman.
W.A. Harriman & Co., de laquelle Walker a été le Président et fondateur, a été la fusion avec la Banque privée Morton & Co.–et Walker était « [p] prononcée dans les affaires de Morton & Co., » qui a été verrouillée avec la contrôlée par Morgan Guaranty Trust Co.
Le rachat de la Hamburg-Amerika créé un instrument efficace pour la manipulation et la subversion fatale de l’Allemagne. Un des grands « marchands de mort, » Samuel Pryor, était dedans dès le début. Pryor, puis Président du Comité exécutif de Remington Arms, a aidé à organiser le deal et servi avec Walker au Conseil d’administration de Harriman shipping Organisation avant, le navire américain et Commerce Co.
Walker et Harriman a pris la prochaine étape géante en 1922, mise en place de leur siège européen à Berlin. Avec l’aide de la banque Warburg de Hambourg, W.A. Harriman & Co. a commencé envahissent un investissement net de l’industrie allemande et des matières premières.
De la base de Berlin, Walker et Harriman puis plongé dans la traite de la nouvelle dictature de l’Union soviétique. Ils ont conduit un groupe de spéculateurs de Wall Street et l’Empire britannique qui a remis en marche l’industrie pétrolière russe, qui avait été dévastée par la révolution bolchévique. Elle a reculé à la mine de manganèse soviétique, un élément essentiel à la fabrication de l’acier moderne. Ces concessions étaient disposées directement avec Léon Trotsky, puis avec Feliks Dzerzhinsky, fondateur de secret intelligence service de la dictature soviétique (K.G.B), dont la statue immense a été finalement tirée vers le bas par les manifestants Pro-démocratie en 1991.
Ces spéculations créé les deux voies de communication et le style d’hébergement, avec la dictature communiste, qui ont continué dans la famille vers le bas pour le Président Bush.
Avec la Banque a lancé, Bert Walker a trouvé à New York l’endroit idéal pour satisfaire sa passion pour le sport, de jeux et de jeux d’argent. Walker a été élu Président de l’Association de Golf des États-Unis en 1920. Il négocia des nouvelles règles internationales pour le jeu avec le Royal and Ancient Golf Club de St. Andrews, en Écosse. Après ces entretiens il a contribué à la coupe d’argent Walker trois pieds de haut, pour lesquels les équipes britanniques et américains ont depuis participé tous les deux ans.
Gendre du Bert Prescott Bush était plus tard Secrétaire de l’Association de Golf des États-Unis, pendant les graves crises politiques et économiques des années 1930. Prescott est devenu président de l’USGA en 1935, alors qu’il était autrement impliqué dans le travail de l’entreprise familiale avec l’Allemagne nazie.
Quand George était âgé d’un an, en 1925, Bert Walker et Averell Harriman dirigé un syndicat qui reconstruit le Madison Square Garden, comme le Palais du Sport moderne. Walker était à la scène de jeu de la center de New York à son apogée, en cette époque de la Prohibition des gangsters colorés et sanglantes. Le jardin fleuri avec des luttes de millions de dollars de prix ; bookmakers et leurs clients mis en commun plusieurs millions, en essayant de suivre le rythme des folle spéculation boursiers et obligataires hommes. C’était l’ère de la criminalité « organisée »–le national jeu et bootleg syndicat structurée sur le modèle corporatif de New York.
En 1930, alors que George était un garçon de six, grand-papa Walker a été le commissaire de course l’état New York. Les couleurs vives et les sons de la course automobile doivent avoir impressionné George little autant que son grand-père. Bert Walker race de chevaux de course à sa propre écurie, le Haras de Log Cabin. Il a été président de l’hippodrome de Belmont Park. Bert gère également plupart des aspects de course intérêts–de Averell vers le bas pour choisir les couleurs et les tissus pour le Harriman racing gear.@s1@s9
Depuis 1926, père de George Prescott Bush a montré une loyauté féroce aux Harrimans et une détermination inébranlable à avancer de lui-même ; Il est venu progressivement pour exécuter des opérations quotidiennes de W.A. Harriman & Co. Après la fusion de 1931 de l’entreprise avec la maison de banque britannique-américain Brown Brothers, Prescott Bush est devenu associé-gérant de la société résultante : Brown Brothers Harriman. C’était en fin de compte le plus grand et sur le plan politique la plus importante maison de banque privée en Amérique.
Effondrement financier, dépression mondiale et les bouleversements sociaux suivirent la spéculation enfiévrée des années 1920. Le krach de 1929-31 de valeurs mobilières essuyés hors la petite fortune Prescott Bush avait acquise depuis 1926. Mais en raison de son dévouement aux Harrimans, ils ont « fait une chose très généreuse, » comme Bush le mettre plus tard. Ils lui ont jalonné à ce qu’il avait perdu et lui remettre sur ses pieds.
Prescott Bush a décrit son propre rôle, de 1931 à travers les années 1940, dans une entrevue confidentielle :
Je souligne… que les Harrimans a montré beaucoup de courage et de loyauté et de confiance en nous, parce que trois ou quatre d’entre nous ont été marche vraiment de l’entreprise, l’entreprise au jour le jour. Averell était partout à l’époque… et Roland a été impliqué dans beaucoup de sociétés ouvertes, et il n’a pas obtenu en bas dans l’activité « lift-up-et-ours-down » de la Banque, vous consultez–les décisions de jour à jour… nous étions vraiment en l’entreprise, l’entreprise au jour le jour, toutes les décisions administratives et les décisions de l’exécutif. Nous étions ceux qui l’ont fait. Nous étions les associés-gérants, Let’s say.@s2@s0
Mais des « trois ou quatre » partenaires responsables, Prescott était effectivement à la tête de l’entreprise, parce qu’il avait repris la gestion des fonds d’investissement personnel gigantesque de Averell et E. Roland Harriman de « Bunny ».
Durant ces années de l’entre-deux-guerres, Prescott Bush a fait la fortune de la famille qui a hérité de George Bush. Il entasse l’argent d’un projet international qui s’est poursuivie jusqu’à ce qu’une nouvelle guerre mondiale et l’action du gouvernement américain, est intervenue pour l’arrêter.
________________________________________
________________________________________
Notes pour le chapitre I
1. Washington Post, 16 août 1991, p. A1.
2. Genèse Hugh S. Johnson à Major J.H.K. Davis, 6 juin 1918, dossier no 334,8/168 ou 334,8/451 dans U.S. National Archives, Suitland (Maryland).
3. Bernard M. Baruch, ma propre histoire (New York : Henry Holt et Cie, 1957), p. 139. Baruch liées que « notre cabinet a fait une grande entreprise pour M. Harriman… En 1906 Harriman avait [nous] placer des Paris lourdes sur Charles Evans Hughes dans sa course pour le gouverneur de New York contre William Randolph Hearst. Après que plusieurs centaines de milliers de dollars avait été misés, [notre cabinet] s’est arrêté. Apprenant cela, Harriman appelé… vers le haut. « Ne vous parier dit? » il demanda. ‘Maintenant aller sur’. | »
4. Alden Hatch, Remington Arms : An American History, 1956, droit d’auteur par la Remington Arms Co., pp. 224-225.
5. la revue de l’état de l’Ohio, Columbus, Ohio, jeudi 8 août 1918.
6. le Journal de l’état de l’Ohio, vendredi 9 août 1918.
7. le Journal de l’état de l’Ohio, vendredi 6 septembre 1918.
8. entrevue avec Prescott Bush dans le projet de recherche d’histoire orale réalisée par l’Université de Columbia, en 1966, Eisenhower Administration partie II ; pp. 5-6. L’entrevue était censé être gardées confidentielles et ne fut jamais publiée, mais Columbia revendra microfilms de la transcription à certaines bibliothèques, y compris l’Arizona State University.
9. Theodore Roosevelt à James S. Sherman, 6 octobre 1906, rendue publique par Roosevelt lors d’une conférence de presse à 2 avril 1907. Cité dans Henry F. Pringle, Theodore Roosevelt (New York : Harcourt, Brace and Company, 1931), p. 452. Roosevelt a plus tard confié à avocat Harriman Robert S. Lovett que ses vues sur Harriman étaient fondées sur ce que J.P. Morgan lui avait dit.
10. voir les Industries de St. Louis, publié de 1885 par J.M. Elstner & Co., pp. 61-62 pour Crow, Hagardine & Co., première entreprise de David Walker ; et p. 86 pour Ely & Walker.
11. Voir la lettre de G.H. Walker à D.R. Francis, 20 mars 1905, dans la collection de Francis de la société historique du Missouri, St. Louis, Missouri, sur l’Organisation des républicains et démocrates pour exécuter l’élection du maire, un démocrate acceptable pour le socialement important. Le lendemain, Walker est devenu le trésorier et Francis, le Président de cette « Commission de 1000 ». Voir aussi la nécrologie de George H. Walker, St. Louis Globe-Democrat, 25 juin 1953.
12. lettre de Francis Perry à son père, l’Ambassadeur David R. Francis, 15 octobre 1917, collection Francis de la société historique du Missouri. « … Joe Miller part pour San Francisco hier mardi soir, où il recevra des ordres de continuer à Petrograd. Mildred Kotany [belle-sœur de Walker] m’a dit que Bert Walker lui a obtenu sa nomination par le biais de Breck Long. Je ne savais pas Joe était après lui, ou aurait pu lui moi-même. Il sera bonne compagnie pour vous quand il y arrive… »
13. privé entrevue avec un membre de la famille Walker, cousin du Président Bush.
14. Prescott Bush, Université de Columbia, op. cit., p. 7.
15. St. Louis Globe démocrate, 7 août 1921. 16. c’est la séquence d’événements, de Simmons à US en caoutchouc, dont Prescott Bush a donné dans son interview de Columbia University, op. cit.,) pp. 7-8.
17. Déclaration d’Averell Harriman, New York Times, 6 octobre 1920, p. 1.
18. St. Louis Globe-Democrat, 12 octobre 1920, p. 1.
19. sports-comme-affaires a continué dans la famille vers le haut par le biais de la vie adulte de George Bush. Fils de Bert George Walker, Jr.–le Président Bush oncle et ange financier dans le Texas–co-a fondé les Mets de New York et a été vice-président et le trésorier du club de baseball pendant 17 ans jusqu’à sa mort en 1977. Le fils du Président, George Walker Bush, était copropriétaire de la club de baseball des Rangers du Texas au cours de la présidence de son père.
20. Prescott Bush, Université de Columbia, op. cit., pp. 16-22.

________________________________________
________________________________________
George Bush : la biographie non autorisée — par Webster G. Tarpley & Anton Chaitkin
________________________________________
Chapitre – II- Le projet de Hitler
Propriété Bush saisie–commerce avec l’ennemi
En octobre 1942, dix mois après son entrée sur la seconde guerre mondiale, l’Amérique se préparait sa première attaque contre les forces militaires nazies. Associé de Brown Brothers Harriman, Prescott Bush était directeur. Son fils de 18 ans George, le futur président américain, venait de commencer une formation pour devenir pilote naval. Le 20 octobre 1942, le gouvernement américain a ordonné la saisie de Nazi allemand bancaires à New York, des opérations qui sont menées par Prescott Bush.
Dans le commerce avec la Loi de l’ennemi, le gouvernement a repris l’ Union Banking Corporation, dont Bush était directeur. Le gardien de propriété Alien américains saisis actions stocks Union Banking Corp., qui étaient détenues par Prescott Bush, E. Roland Harriman de  » Bunny  », trois cadres nazis, et deux autres associés de Bush.@s1
L’ordre de s’emparer de la Banque  » gilets  » (saisit)  » l’ensemble du capital social de l’Union Banking Corporation, une société de New York,  » et nomme les détenteurs de ses actions comme :
 » E. Roland Harriman–3991 actions  »
[Président et directeur de l’Union Banking Corp. (UBC); il s’agit d’Harriman  » Bunny  », décrit par Prescott Bush comme un espace réservé qui n’a pas obtenu beaucoup dans les banques d’affaires ; Prescott a géré ses placements personnels]
 » Cornelis Lievense–4 actions  »
[le Président et directeur de l’UBC ; Fonctionnaire bancaire résident de New York pour les Nazis]
 » Harold D. Pennington–1 action  »
[trésorière et directrice de l’UBC ; un chef de bureau, employé par Bush à Brown Brothers Harriman]
 » Ray Morris–1 action  »
[Directeur de UBC ; partenaire de Bush et des Harrimans]
 » Prescott Bush S.–1 action  »
[Directeur de l’UBC qui a co-fondé et parrainé par son beau-père George Walker ; associé-gérant senior pour E. Roland Harriman et Averell Harriman]
 » H.J. Kouwenhoven–1 action  »
[Directeur de UBC ; UBC organisée comme l’émissaire de Fritz Thyssen, dans les négociations avec George Walker et Averell Harriman ; directeur général de la filiale pays-bas de l’UBC sous l’occupation nazie ; direction industrielle dans l’Allemagne nazie ; directeur et principal dirigeant financier étranger de la fiducie d’acier allemand]
 » Johann G. Groeninger–1 action  »
[Directeur de l’UBC et de sa filiale des pays-bas ; direction industrielle dans l’Allemagne nazie]
 » toutes les actions sont détenues au profit de… membres de la famille Thyssen, [et] est la propriété de ressortissants… d’un pays ennemi désigné…  »
26 octobre 1942, les troupes américaines étaient en cours pour l’Afrique du Nord. Le 28 octobre, le gouvernement a publié ordres saisissant deux organisations front Nazi gérées par la Banque Harriman-Bush : la Holland-American Trading Corporation et la Seamless Steel Equipment Corporation. @s2
U.S. forces atterri sous le feu près d’Alger le 8 novembre 1942; lourd combat fait rage tout au long de novembre. Intérêts nazis dans la Silesian-American Corporation, long gérés par Prescott Bush et de son beau-père George Herbert Walker, ont été saisis sous le Trading avec la Loi de l’ennemi le 17 novembre 1942. En l’espèce, le gouvernement a annoncé qu’il était saisissant que les intérêts nazis, laissant les partenaires américains Nazis afin d’exploiter le business.@s3
Ces et autres mesures prises par le gouvernement des États-Unis en temps de guerre ont été, malheureusement, trop peu et trop tard. Famille du Président Bush avait déjà joué un rôle central dans le financement et l’armement Adolf Hitler pour sa prise de contrôle de l’Allemagne ; dans le financement et la gestion de l’accumulation des industries de guerre Nazi à la conquête de l’Europe et la guerre contre les États-Unis d’Amérique ; et dans le développement des théories du génocide Nazi et la propagande raciale, avec leurs résultats bien connus.
Les faits présentés ici doivent être connus, et leurs implications réfléchi sur, pour la bonne compréhension du Président George Herbert Walker Bush et du danger pour l’humanité qu’il représente. Fortune de la famille du Président a été en grande partie un résultat du projet Hitler. Les puissantes associations familiales anglo-américaine, qui plus tard lui stimulé dans la Central Intelligence Agency et jusqu’à la maison blanche, ont été des partenaires de son père dans le projet d’Hitler.
Alien propriété gardien le Président Franklin Roosevelt, Leo T. Crowley, signé Vesting arrêté numéro 248 saisit les biens de Prescott Bush sous le Trading avec la Loi de l’ennemi. L’ordre, publié dans le livre des Records gouvernement obscure et tenu hors de la news,@s4 rien expliqué sur les Nazis impliqués ; seulement que l’Union Banking Corporation a été exécutée pour  » la famille Thyssen  » de  » Allemagne et/ou de Hongrie  »– » ressortissants… d’un pays ennemi désigné.  »
En décidant que Prescott Bush et les autres administrateurs de la Union Banking Corp. ont été légalement hommes de front pour les Nazis, le gouvernement a évité la question historique plus importante : de quelle manière ont été Nazis hitlériens eux-mêmes engagé, armés et mandatés par la clique de New York et à Londres de laquelle Prescott Bush était un dirigeant ? Examinons le projet Harriman-Bush Hitler dès les années 1920 jusqu’à ce qu’elle a été partiellement interrompue, pour chercher une réponse pour cette question.
Origine et l’étendue du projet
Fritz Thyssen et ses partenaires commerciaux sont universellement reconnus comme les plus importants financiers allemands du rachat d’Adolf Hitler de l’Allemagne. Au moment de l’ordre de s’emparer Union Banking Corp. de la famille Thyssen, M. Fritz Thyssen avait déjà publié son fameux livre, j’ai payé Hitler, @s5 admettant qu’il avait financé Adolf Hitler et le mouvement Nazi depuis octobre 1923. Rôle de Thyssen de l’interligne backer début d’encavateur d’Hitler pour le pouvoir en Allemagne avait été notée par des diplomates américains à Berlin en 1932.@s6 l’ordre de s’emparer de la Banque de Bush-Thyssen était curieusement calme et modeste sur l’identité des auteurs qui avaient été cloué.
Mais deux semaines avant l’ordre officiel, les enquêteurs de gouvernement avaient signalé secrètement que  » W. Averell Harriman, qui était en Europe quelque temps avant 1924 et à cette époque fait la connaissance de Fritz Thyssen, l’industriel allemand.  » Harriman et Thyssen ont convenu de mettre en place une banque de Thyssen à New York. « [C] ertaines d’associates [de Harriman] servirait de directeurs…  »  » D’agent Thyssen H. J. Kouwenhoven… est venu aux États-Unis… avant 1924 pour conférences avec la société Harriman à cet égard…  » @s7
Quand exactement était  » Harriman en Europe quelque temps avant 1924  » ? En fait, il était à Berlin en 1922 à mettre en place la branche de Berlin de W.A. Harriman & Co. sous la présidence de George Walker.
L’Union Banking Corporation a été créée officiellement en 1924, une unité dans les bureaux de Manhattan de W.A. Harriman & Co., s’encastrant dans la propriété Thyssen Bank voor Handel en Scheepvaart (BHS) aux pays-bas. Les chercheurs ont conclu que  » l’Union Banking Corporation, depuis sa création géré des fonds principalement fournis par l’intermédiaire de la banque néerlandaise par les intérêts de Thyssen pour investissements américains.  »
Donc par entente personnelle entre Averell Harriman et Fritz Thyssen en 1922, W.A. Harriman & Co. (alias Union Banking Corporation) transférerait des fonds dans les deux sens entre New York et les  » intérêts de Thyssen  » en Allemagne. En mettant en place environ $ 400 000, l’organisation de Harriman serait copropriétaire et directeur des opérations bancaires de Thyssen à l’extérieur de l’Allemagne.
Quelle importance a été l’entreprise nazie pour lesquels le père du Président Bush était le banquier de New York ?
Le rapport d’enquête de gouvernement US 1942 dit que banque nazie-avant que Bush est une préoccupation de verrouillage avec la Vereinigte Stahlwerke (United Steel Works Corporation ou Allemand acier Trust) dirigé par Fritz Thyssen et ses deux frères. Après la guerre, les enquêteurs du Congrès sondé l’intérêt de Thyssen, Union Banking Corp. et unités nazies axées. L’enquête a montré que la Vereinigte Stahlwerke avait produit les proportions approximatives suivantes de la production nationale allemande totale :
50,8 % de la fonte en gueuse de l’Allemagne nazie
41,4 % de plaque universel de l’Allemagne nazie
36,0 % de tôles fortes de l’Allemagne nazie
38,5 % de tôles galvanisées de l’Allemagne nazie
45,5 % des tubes et des tuyaux de l’Allemagne nazie
22,1 % de fil de l’Allemagne nazie
35,0 % des explosives.@s8 de l’Allemagne nazie
Prescott Bush est devenu vice-président de W.A. Harriman & Co. en 1926. Cette même année, un ami de Harriman et Bush mis en place une nouvelle organisation géante pour leur client de Fritz Thyssen, premier sponsor du politicien Adolf Hitler. La plus grande société industrielle de la nouvelle Allemand acier Trust, de l’Allemagne, a été organisé en 1926 par le banquier de Wall Street Clarence Dillon. Dillon a été l’ancien camarade du père de Prescott Bush Sam Bush  » marchands de la mort  » du bureau de la première guerre mondiale.
En contrepartie de la mise vers le haut de $ 70 millions pour créer son organisation, propriétaire majoritaire Thyssen a donné à la société Dillon Read deux ou plusieurs représentants au Conseil d’administration de la nouvelle Trust.@s9 en acier
Ainsi, il y a une division du travail : comptes confidentiels propres de Thyssen, à des fins politiques et connexes, ont été exécutés par le biais de l’organisation Walker-Bush ; le Trust d’acier allemand fait ses services bancaires aux entreprises par le biais de Dillon Read.
Les activités de banque de l’entreprise Walker-Bush n’étaient pas seulement politiquement neutres ventures de gagner de l’argent qui s’est passé pour coïncider avec les objectifs des Nazis allemands. Ensemble des affaires européennes de l’entreprise à cette époque était organisé autour des forces politiques antidémocratiques.
En 1927, critique de leur soutien pour le totalitarisme a attiré cette réplique de Bert Walker, écrit de Kennebunkport à Averell Harriman:  » il me semble que la suggestion en rapport avec des vues du Seigneur Bearsted que nous retirons de Russie sent quelque peu de l’impertinent… Je pense que nous ont tracé notre ligne et devrait tailler à elle.  » @s1@ s0
Averell Harriman a rencontré dictateur fasciste de l’Italie, Benito Mussolini. Un représentant de l’entreprise par la suite télégraphié bonne nouvelle à son chef de la direction Bert Walker:  »… Au cours de ces derniers jours… Mussolini… a examiné et approuvé notre contrat c [o] 15 juin.  » @s1@ s1
La grande débâcle financière de 1929-31 a secoué l’Amérique, Allemagne et Grande-Bretagne, affaiblissement de tous les gouvernements. Il a également fait aux abois Prescott Bush encore plus disposés à prendre les mesures nécessaires pour conserver sa place de nouveau dans le monde. C’est dans cette crise que certains anglo-américains déterminés sur l’installation d’un régime d’Hitler en Allemagne.
W.A. Harriman & Co., bien placé pour cette entreprise et riche en actifs de leur entreprise en allemand et en russe, fusionné avec la maison d’investissement américano-britannique, Brown Brothers, le 1er janvier 1931. Bert Walker se retire à sa propre G.H. Walker & Co. Cela a laissé le Harriman brothers, Prescott Bush et Thatcher M. Brown comme les partenaires principaux du nouveau cabinet Brown Brothers Harriman. (Le London, branche de l’Angleterre de la brune famille ferme continue opérant sous son nom historique–Brown, Shipley.)
Robert A. Lovett aussi est venu en tant que partenaire de Brown Brothers. Son père, avocat de E.H. Harriman et son chef, chemin de fer avait été sur le War Industries Board avec le père de Prescott. Bien qu’il reste un partenaire à Brown Brothers Harriman, le junior Lovett a rapidement remplacé son père comme chef de l’exécutif de l’Union Pacific Railroad.
Brown Brothers avait une tradition raciale qu’il monté bien pour le projet d’Hitler ! Patriotes américains avaient maudit son nom en jours de la guerre de sécession. Brown Brothers, avec des bureaux aux États-Unis et en Angleterre, avait reporté sur leurs navires entièrement 75 pour cent du coton esclaves de l’Amérique du Sud aux propriétaires de l’usine britannique. Maintenant, en 1931, le dictateur virtuel du monde de la finance, la Banque d’Angleterre gouverneur Montagu Norman Collet, est un ancien associé de Brown Brothers, dont le grand-père avait été patron de Brown Brothers pendant la guerre de sécession. Montagu Norman était connu comme le plus avide de partisans d’Hitler dans les milieux dirigeants britanniques, et l’intimité de Norman avec cette firme était essentielle pour sa gestion du projet Hitler.
En 1931, alors que Prescott Bush a couru le Bureau de New York de Brown Brothers Harriman, partenaire de Prescott était ami intime de Montagu Norman Brown de Thatcher. La Banque d’Angleterre chef a toujours dormi au partenaire de la maison de Prescott lors de ses voyages en catimini à New York. Prescott Bush concentré sur les activités allemandes de l’entreprise, et Thatcher Brown vit à leurs affaires dans la vieille Angleterre, sous la houlette de son mentor Montagu Norman.@s1@s2
Échelle d’Hitler au pouvoir
Adolf Hitler devient chancelier de l’Allemagne 30 janvier 1933 et dictateur absolu en mars 1933, après deux années de coûteuses et violent au lobbying et électoraliste. Deux affiliés de l’Organisation des Harriman-Bush ont joué des rôles grands dans cette entreprise criminelle : allemand acier Trust de Thyssen ; et la Hamburg-Amerika Line et plusieurs de ses executives.@s1@s3
Nous devons examiner plus attentivement les partenaires allemands de la famille Bush.
Fritz Thyssen a parlé des interrogateurs alliées après la guerre certains de son soutien financier pour le parti Nazi:  » en 1930 ou 1931… J’ai dit [adjoint de Hitler Rudolph] Hess… Pour lui, j’ai arrangerait un crédit auprès d’une banque néerlandaise à Rotterdam, la Banque fu@aur Handel und Schiff [c.-à-d. Bank voor Handel en Scheepvaart (BHS), la filiale de Harriman-Bush]. Je me suis arrangé le crédit… il il paierait en trois ans… J’ai choisi une banque hollandaise, parce que je ne voulais pas être confondues avec des banques allemandes dans ma position, et parce que je pensais qu’il était préférable de faire affaire avec une banque hollandaise, et j’ai pensé que j’aurais les Nazis un peu plus dans mes mains….
 » Le crédit était d’environ 250-300 000 marks-[or]–sur la somme que j’avais donné avant. Le prêt a été remboursé en partie à la banque néerlandaise, mais je pense que de l’argent est toujours dû à ce sujet…  » @s1@ s4
Le nombre total de dons politiques de Thyssen et de prêts aux Nazis a été bien plus 1 million de dollars, y compris les fonds, qu’il a soulevé des autres–en période de pénurie d’argent terrible en Allemagne.
Friedrich Flick était le copropriétaire majeur de la fiducie d’acier allemand avec Fritz Thyssen, collaborateur de longue date de Thyssen et concurrent occasionnel. En préparation pour le tribunal de crimes de guerre à Nuremberg, le gouvernement américain a dit que le film était  » un des grands financiers et industriels qui, à partir de 1932, ont contribué de grandes sommes au parti Nazi… membre du « Cercle d’amis » de Himmler qui ont contribué à des sommes importantes à la SS.  » @s1@ s5
Flick, comme Thyssen, a financé les Nazis afin de maintenir leurs armées privées appelées Schutzstaffel (S.S. ou chemises noires) et la Sturmabteilung (S.A., troupes d’assaut ou Brown chemises).
Le partenariat de Flick-Harriman était directement supervisé par Prescott Bush, père du Président Bush et George Walker, grand-père du Président Bush.
Les arrangements de Harriman-Walker Union Banking Corp. pour l’acier allemand Trust avaient effectué les banquiers Flick et ses opérations vastes en Allemagne par pas plus tard que 1926.
La Société quinze Harriman (George Walker, Président, Prescott Bush et Averell Harriman, sole Administration) qui s’est tenue une participation substantielle dans la Silésie Holding Co. au moment de la fusion avec Brown Brothers, 1er janvier 1931. Cette exploitation corrélée à la présidence de Averell Harriman de la Consolidated Silesian Steel Corporation, le groupe américain détenant un tiers d’un complexe d’activités sidérurgiques, charbonnières et extraction de zinc en Allemagne et en Pologne, où Friedrich Flick appartenant à two-thirds.@s1@s6
Le procureur de Nuremberg caractérisé Flick comme suit :
 » Propriétaire et chef d’un grand groupe d’entreprises industrielles (mines de charbon et de fer, en acier produire et fabriquer des plantes)… « Wehrwirtschaftsfuh@aurer », 1938 [titre attribué aux industriels éminents pour mérite en armement en voiture–‘Chef militaire de l’économie’]…  » @s1@ s7
Pour cette accumulation de la machine de guerre de Hitler avec la production de charbon, acier et les bras, à l’aide de forçats, la chiquenaude de Nazi a été condamnée à sept ans de prison lors du procès de Nuremberg ; Il a servi trois ans. Avec des amis à New York et à Londres, cependant, Flick a vécu jusque dans les années 1970 et est mort d’un milliardaire.
Sur 19 mars 1934, Prescott Bush–puis directeur de l’allemand acier Trust Union Banking Corporation–a lancé une alerte à l’absent Averell Harriman sur un problème qui s’est développé dans le partnership.@s1@s8 Flick Bush envoyé Harriman un écrêtage du New York Times de ce jour, qui a signalé que le gouvernement polonais a été ripostent contre des actionnaires américains et allemands qui contrôlaient  » unité industrielle la plus importante de Pologne , la Silésie supérieure Coal and Steel Company…  »
L’article du Times a continué:  » l’entreprise a longtemps été accusé de mauvaise gestion, excessive, emprunt, comptabilité fictive et de jeux d’argent dans des valeurs mobilières. Bons de souscription ont été émis en décembre pour plusieurs directeurs accusés d’évasions fiscales. Ils étaient des citoyens allemands et ils se sont enfuis. Ils ont été remplacés par des polonais. Au sujet de ceci comme une tentative de rendre le Conseil de la société entièrement polonais, Herr Flick, a riposté en limitant les crédits jusqu’à ce que les nouveaux directeurs polonais étaient incapables de payer les ouvriers régulièrement.  »
Le Times a noté que mines et les usines de la société  » employer 25 000 hommes et représentent 45 % de la production totale d’acier de la Pologne et de 12 pour cent de sa production de charbon. Deux tiers des actions de la société est détenue par Friedrich Flick, un leader industriel en acier allemand, et le reste est détenu par des intérêts aux États-Unis.  »
Compte tenu du fait qu’une grande partie de la production polonaise a été exportée vers l’Allemagne de Hitler dans des conditions de dépression, le gouvernement polonais a pensé que Prescott Bush, Harriman et leurs partenaires Nazi devraient au moins payer des impôts complets sur leurs avoirs en polonais. Les propriétaires américains et Nazi a répondu avec un lock-out. La lettre à Harriman à Washington a signalé un câble, par leur représentant européen:  » ont pris des mesures nouvelles Londres Berlin… veuillez établir des relations amicales avec l’Ambassadeur de Pologne [à Washington].  »
Un mémo de Harriman quinze Corporation de 1935 de George Walker, a annoncé un accord avait été fait  » à Berlin  » de vendre un bloc 8 000 de leurs actions dans Consolidated Silesian Steel.@s1@s9 mais le conflit avec la Pologne n’a pas empêché la famille de Bush de poursuivre son partenariat avec Flick.
Chars nazis et bombes  » réglée  » ce différend en septembre 1939 avec l’invasion de la Pologne, début de la seconde guerre mondiale. L’armée nazie avait été équipée de Flick, Harriman, Walker et Bush, matériaux volés essentiellement de la Pologne.
Il y a probablement peu de gens à l’époque qui a pu apprécier l’ironie, que, lorsque les soviétiques ont également attaquent et envahirent la Pologne de l’est, leurs véhicules étaient alimentés par le pétrole pompé à partir des puits de Bakou relancés par l’entreprise Harriman/Walker/Bush.
Trois ans plus tard, presque un an après l’attaque japonaise sur Pearl Harbor, le gouvernement américain a ordonné la saisie de la part des Nazis dans la Silesian-American Corporation sous le Trading avec la Loi de l’ennemi. Ressortissants ennemis auraient possède 49 % des actions ordinaires et 41,67 % des actions privilégiées de la société.
L’ordre caractérisé la société comme une  » entreprise commerciale au États-Unis, possédé par [une société en] Zurich, Suisse et qui s’est tenue au profit Erben de Bergwerksgesellschaft George von Giesche, une société allemande…  » @s2@ s0
Bert Walker était encore le directeur principal de la société, qu’il avait fondé en 1926 en même temps que la création de la fiducie d’acier allemand. Ray Morris, partenaire de Prescott de la Union Banking Corp. et Brown Brothers Harriman, a également été administrateur.
Le rapport d’enquête avant la répression gouvernementale a expliqué la  » NATURE de l’entreprise : ladite corporation est une société de holding américaine pour les filiales allemandes et polonaises, qui possèdent des mines de charbon et zinc grandes et précieuses en Silésie, Pologne et Allemagne. Depuis septembre 1939, ces propriétés ont été en sa possession et ont été opérées par le gouvernement allemand et ont sans doute été d’une aide considérable à ce pays dans son effort de guerre.  » @s2@ s1
Le rapport a noté que les actionnaires américains espéraient reprendre le contrôle des propriétés européennes après la guerre.
Contrôle du Commerce de Nazi
Bert Walker avait arrangé les crédits que Harriman avait besoin de prendre le contrôle de la ligne Hambourg-Amerika en 1920. Walker avait organisé navire américain et Commerce Corp. comme une unité de W.A. Harriman & Co., avec des pouvoir contractuel sur les affaires de la Hamburg-Amerika.
Comme le projet Hitler passait à la vitesse supérieure, les actions de Harriman-Bush en navire américain et Commerce Corp. étaient détenues par le Corp quinze Harriman, dirigé par Prescott Bush et Bert Walker.@s2@s2
C’était une promenade commode pour le beau, athlétique, bien bronzé et Prescott Bush : gratte-ciel de la Brown Brothers Harriman à 59 Wall Street–où il était associé-gérant senior, gestionnaire de placements confidentiel et conseiller Averell et son frère  » Bunny  »–il traversa à la société quinze Harriman au One Wall Street, autrement connu comme G.H. Walker & Co.–et au coin de ses bureaux subsidiaires au Broadway 39 , ancienne maison de la vieille W.A. Harriman & Co. et encore les bureaux pour navire américain et Commerce Corp. et de l’Union Banking Corporation.
À bien des égards, Hamburg-Amerika Line de Bush a été le pivot de l’ensemble du projet Hitler.
Averell Harriman et Bert Walker avaient pris le contrôle le steamship company en 1920 dans les négociations avec son monde après la première guerre chef exécutif, Wilhelm Cunoet avec les banquiers de la ligne, M.M. Warburg. Cuno dépendait ensuite complètement les anglo-américains et devint membre de la société d’amitié anglo-allemand. Dans le lecteur à une dictature de Hitler de 1930-32, Wilhelm Cuno a contribué des sommes importantes à la Party.@s2@s3 nazie
Albert Voegler a été chef de la direction de l’acier Thyssen-Flick allemand Trust dont Union Banking Corp. Bush était le Bureau de New York. Il était un directeur de la Banque de BHS Bush-affilié à Rotterdam et administrateur de la Harriman-Bush Hamburg-Amerika Line. Voegler rejoint Thyssen et Flick dans leur lourd 1930-33 contributions Nazi et a aidé à organiser la finale nazie plongent dans le power.@s2@s4 national
La famille Schroeder des banquiers a été une plaque tournante pour les activités nazies de Harriman et Prescott Bush, étroitement liée à leurs avocats Allen et John Foster Dulles.
Baron Kurt von Schroeder est codirecteur de la fonderie de Thyssen-Hu@autte massive avec Johann Groeninger, partenaire de la Banque de New York de Prescott Bush. Kurt von Schroeder était trésorier de l’organisation de soutien pour les armées privées du parti Nazi, à laquelle ont contribué Friedrich Flick. Kurt von Schroeder et de Montagu Norman prote@aage@aa Hjalmar Schacht ensemble fait les arrangements funéraires pour Hitler d’entrer dans le government.@s2@s5
Baron Rudolph von Schroeder était vice-président et directeur de la Hamburg-Amerika Line. Longtemps un contact intime de Averell Harriman en Allemagne, Baron Rudolph a envoyé son petit-fils Baron Johann Rudolph pour un tour de bureaux de Brown Brothers Harriman de Prescott Bush à New York en décembre 1932–à la veille de leur Hitler-triumph.@s2@s6
Certaines mesures prises directement par la ligne expédition Harriman-Bush en 1932 doivent être classés parmi les plus graves actes de trahison dans ce siècle.
L’ambassade américaine à Berlin à Washington rapportait que les  » campagnes d’élection coûteuse  » et  » le coût du maintien d’une armée privée de 300 000 à 400 000 hommes  » avaient soulevé des questions quant à des bailleurs de fonds Nazis. Le gouvernement constitutionnel de la République allemande s’installe à défendre la liberté nationale en commandant les armées privées de parti Nazi dissoutes. L’ambassade des Etats-Unis a indiqué que la Hamburg-Amerika Line a été d’acheter et distribuer des attaques de propagande contre le gouvernement allemand, pour avoir tenté cette répression de dernière minute sur les forces d’Hitler. @s2@ s7
Des milliers d’opposants allemands hitlérisme furent abattus ou intimidés par privé armée nazie Brown chemises. À cet égard, nous notons que l’original  » marchand de peur,  » Samuel Pryor, était un directeur fondateur de l’Union Banking Corp. et le navire américain et Commerce Corp. Puisque M. Pryor a été président du Comité exécutif de Remington Arms et un personnage central dans le trafic d’armes privées du monde, son utilisation pour le projet de Hitler a été améliorée comme partenaire bancaire du parti Nazi et l’expédition transatlantique de la famille Bush.
Les enquêteurs de trafic d’armes du Sénat américain a sondé Remington après qu’il a été rejoint à une entente sur les explosifs à la ferme Nazi I.G. Farben. En regardant la période conduisant à la saisie du pouvoir d’Hitler, les sénateurs a constaté que  » les associations politiques allemandes, comme les nazis et d’autres, sont presque tous armés avec American… canons… Armes de toutes sortes en provenance d’Amérique sont transbordées dans l’Escaut à barges fluviales, avant que les navires arrivent à Anvers. Ils alors réalisables par le biais de Hollande sans brouillage ou l’inspection de la police. Les Hitlerists et les communistes sont présumés d’obtenir des armes de cette manière. Les bras principales venant d’Amérique sont les mitraillettes Thompson et revolvers. Le nombre est élevé.  » @s2@ s8
Le début du régime hitlérien a apporté quelques modifications bizarres à la Hamburg-Amerika Line–et plus de trahisons.
Du Prescott Bush navire américain et Commerce Corp. notifié Max Warburg de Hambourg (Allemagne), le 7 mars 1933, que Warburg devait être officiel, désigné représentant de la société au Conseil de Hamburg-Amerika.@s2@s9
Max Warburg a répondu le 27 mars 1933, assurant à ses sponsors américains que le gouvernement de Hitler était bon pour l’Allemagne:  » depuis quelques années était beaucoup mieux que nous avions prévu, mais une réaction se fait sentir depuis quelques mois. En fait, nous souffrons également sous la propagande très active contre l’Allemagne, causé par certaines circonstances désagréables. Ces événements ont été la conséquence naturelle de la campagne électorale très excité, mais étaient extraordinairement exagérées dans la presse étrangère. Le gouvernement est fermement résolu à maintenir la paix publique et l’ordre en Allemagne, et je me sens parfaitement convaincu à cet égard qu’il n’y a aucune cause pour toute alarme que ce soit.  » @s3@ s0
Ce label pour Hitler, venant d’un juif célèbre, était juste quel Harriman et Bush requis, car elles prévoyaient plutôt sérieux  » alarme  » à l’intérieur des États-Unis contre leurs activités nazies.
Le 29 mars 1933, deux jours après la lettre de Max à Harriman, fils de Max, Erich Warburg, a envoyé un télégramme à son cousin Frederick M. Warburg, administrateur de la Harriman système de chemin de fer. Demanda-t-il Frederick à  » User de toute votre influence  » de cesser toute activité anti-nazi en Amérique, y compris les  » nouvelles atrocités et propagande hostile à la presse étrangère, réunions de masse, etc.  » Frederick câblés à Erich:  » aucun groupes responsables ici [sont] exhortant [un] boycott [des] marchandises allemandes [,,] simplement excité des individus.  » Deux jours après que, le 31 mars 1933, le Comité juif américain, contrôlé par les Warburgs et le B’nai b ‘ rith, fortement influencé par les Sulzbergers (New York Times), une déclaration formelle, officielle conjointe des deux organisations, conseillant  » qu’il ne faut encourager d’aucun boycott américain contre l’Allemagne,  » et conseillant  » cette masse pas d’autres réunions se tiendra ou formes similaires d’agitation être employée.  » @s3@ s1
L’American Jewish Committee et le B’nai b ‘ rith (mère de la  » Ligue anti-diffamation  ») a continué avec cette attitude intransigeante, non-attaque-sur-Hitler tout au long des années 1930, émoussant la lutte montée par beaucoup de Juifs et d’autres antifascistes.
Ainsi l’échange décisif reproduit ci-dessus, se déroulant entièrement dans l’orbite de la Harriman/Bush ferme, peut expliquer quelque chose de la relation de George Bush aux dirigeants juifs et sionistes américains. Certains d’entre eux, en étroite collaboration avec sa famille, joua un rôle de laid dans le drame du nazisme. C’est pourquoi  » Nazi-chasseurs professionnels  » n’ont jamais découvert comment la famille Bush fait son argent ?
Le Conseil d’administration de la Hamburg Amerika Line (Hapag) s’est réuni conjointement avec le Conseil de la compagnie Lloyd allemande du Nord à Hambourg le 5 septembre 1933. Sous contrôle Nazi officiel, les deux entreprises ont fusionné. Du Prescott Bush navire américain et Commerce Corp. installent à Christian J. Beck, un dirigeant de Harriman depuis longtemps, comme directeur du fret et des opérations en Amérique du Nord pour le nouveau Nazi mixte shipping lines (Hapag-Lloyd) le 4 novembre 1933.
Selon le témoignage des fonctionnaires des entreprises devant le Congrès en 1934, un superviseur du Front de travail Nazi roulé avec tout navire de la ligne des Harriman-Bush ; les employés des bureaux de New York ont été organisés directement dans l’organisation du Front de travail Nazi ; Hamburg-Amerika fournis libre passage aux personnes partant à l’étranger à des fins de propagande nazie ; et la ligne subventionné Pro-nazis journaux aux États-Unis, comme il l’avait fait en Allemagne contre la government.@s3@s2 constitutionnelle allemande
En mi-1936, du Prescott Bush navire américain et Commerce Corp. câblés M.M. Warburg, demandant Warburg pour représenter l’intérêt lourde part de la société aux actionnaires de Hamburg-Amerika prochaines réunion. Le Bureau de Warburg a répondu avec l’information que  » Nous vous représenté  » aux actionnaires réunion et  » exercés en votre nom, votre pouvoir de vote pour stock Hapag 3 509 600 [marks-or] Rm déposé avec nous.  »
Les Warburgs transmis une lettre reçue de Emil Helfferich, dirigeant allemand de deux Hapag-Lloyd et de la filiale de Standard Oil dans l’Allemagne nazie:  » a l’intention de poursuivre les relations avec M. Harriman sur la même base comme par le passé…  » Dans un geste coloré, Président de Nazi de Hapag Helfferich a envoyé le Président de la ligne à travers l’Atlantique sur un Zeppelin pour s’entretenir avec leurs ficelles de New York.
Après la rencontre avec le passager de Zeppelin, le Bureau des Harriman-Bush a répondu:  » je suis heureux d’apprendre que M. Hellferich [sic] a déclaré que les relations entre la Hamburg American Line et nous-mêmes seront poursuivra sur la même base comme par le passé.  » @s3@ s3
Deux mois avant d’aller à l’encontre Union Banking Corporation de Prescott Bush, le gouvernement a ordonné la saisie de tous les biens de la Hamburg-Amerika Line et la Norddeutscher Lloyd, sous le Trading avec la Loi de l’ennemi. Les enquêteurs ont noté dans le rapport de saisie avant que Christian J. Beck a toujours agi comme un avocat qui représente le firm.@s3@s4 nazie
En mai 1933, juste après que le régime d’Hitler a été consolidé, un accord a été conclu à Berlin pour la coordination de toutes les nazis commerce avec les États-Unis. La Harriman International Co., dirigé par le cousin Germain de Averell Harriman Oliver, était à la tête un syndicat de 150 entreprises et des particuliers, d’effectuer toutes les exportations de l’Allemagne de Hitler aux États-Unis.@s3@s5
Ce Pacte avait été négocié à Berlin entre le ministre de l’économie, Hjalmar Schacht et John Foster Dulles, procureur international pour des dizaines d’entreprises nazies, avec les conseils de Max Warburg et Kurt von Schroeder de Hitler.
John Foster Dulles serait plus tard Secrétaire d’Etat américain et la grande puissance dans le parti républicain des années 1950. Amitié de Foster et celle de son frère Allen (directeur de la Central Intelligence Agency), grandement aidé Prescott Bush pour devenir le sénateur républicain du Connecticut. Et il devait être d’une valeur inestimable à George Bush, dans son ascension vers les hauteurs du  » gouvernement covert action,  » que ces frères Dulles étaient les avocats des entreprises très éloignées de la famille Bush.
Tout au long des années 1930, John Foster Dulles arrangé de restructuration de la dette pour des entreprises allemandes dans une série de décrets pris par Adolf Hitler. Dans ces affaires, Dulles a trouvé un équilibre entre les intérêts dus aux investisseurs sélectionnés, plus grands et les besoins de l’appareil de guerre nazie croissante de fabrication de réservoirs, gaz toxiques, etc..
Dulles a écrit à Prescott Bush en 1937 concernant un tel arrangement. L’entreprise de câblodistribution allemand-Atlantique, posséder la seule chaîne de télégraphe de l’Allemagne nazie vers les États-Unis, avait fait la dette et la gestion des accords avec la Banque Walker-Harriman pendant les années 1920. Un nouveau décret serait maintenant annuler ces accords, qui avaient initialement été atteint avec agents ministériels non-Nazi. Dulles a demandé à Bush, qui a réussi ces affaires à Averell Harriman, pour obtenir la signature de Averell sur une lettre aux dirigeants nazis, convenant aux changements. Dulles a écrit :
22 septembre 1937
M. Prescott Bush de S.
59, rue Wall New York, N.Y.
Cher Press,
J’ai regardé sur la lettre de l’allemand-américain [sic] câblo-opérateur pour Averell Harriman… Il semblerait que les seuls droits en la matière sont celles qui s’établira dans les banquiers et qu’aucun embarras juridique ne se traduirait, pour ce qui est les obligataires sont, par votre consentement à la modification d’accord la bankers’.
Sincèrement vôtre,
John Foster Dulles
Dulles était jointe une réponse de l’avant-projet, Bush a obtenu la signature de Harriman et les changements sont allés through.@s3@s6
Parallèlement à ces arrangements, la société allemande de la Cable Atlantic a tenté de cesser de paiement sur sa dette aux détenteurs d’obligations américaines plus petits. L’argent devait être utilisé à la place pour armer l’état Nazi, selon un décret du gouvernement Hitler.
Malgré les efforts bien remplies de Bush et Dulles, un tribunal de New York a décidé que ce particulier Hitler  » droit  » n’était pas valide aux États-Unis ; petits porteurs, ne sont pas parties aux transactions entre les banquiers et les Nazis, avaient le droit d’obtenir paid.@s3@s7
En cela et quelques autres de la tentative arnaque, les victimes prévues sont sorti avec leur argent. Mais la réorganisation financière et politique nazie s’est déroulée à son dénouement tragique.
Pour sa part à la révolution de Hitler, Prescott Bush était payé une fortune.
Il s’agit de l’héritage, il laisse à son fils, le Président George Bush.
Une Note historique importante :
Comment les Harrimans embauché Hitler
Il n’était pas inévitable que des millions devrait être abattues sous le fascisme et pendant la seconde guerre mondiale. À certains moments de crise, décisions cruciales de Pro-nazis ont été faites à l’extérieur de l’Allemagne. Ces décisions pour des actions de Pro-nazis étaient plus agressifs que la simple  » apaisement  » Quels historiens anglo-américaine préféraient plus tard pour discuter.
Armées privées de 300 000 à 400 000 terroristes assistée par l’arrivée des Nazis au pouvoir. Hamburg-Amerika Line de W.A. Harriman est intervenue contre la tentative de 1932 de l’Allemagne à les démanteler.
L’effondrement économique de 1929-31 ruiné le Trust Wall Street-dos acier allemand. Quand le gouvernement allemand a repris les actions parts de la fiducie, intérêts liés à la Konrad Adenauer et le parti du centre catholique antinazi a tenté d’acquérir des actions. Mais les anglo-américains–Montagu Norman et la Banque Harriman-Bush–fait en sorte que leur marionnette Nazi Fritz Thyssen ont repris le contrôle sur les actions et la confiance. De Thyssen capitalisation des Hitler pourrait alors continuer sans entrave.
Dette impayable écrasé l’Allemagne dans les années 1920, réparations exigées par les accords de Versailles. Allemagne a été pillé par le London-système bancaire de New York et la propagande d’Hitler à exploiter ce fardeau de la dette allemande.
Mais immédiatement après Allemagne est venu sous la dictature d’Hitler, l’anglo-américain financiers accordés allégement de la dette, qui a libéré des fonds devant servir à armer l’état Nazi.
Le SDP de Norddeutscher Lloyd, qui a fusionné avec la Hamburg-Amerika Line, a été une des sociétés qui ont cessé les paiements de la dette en vertu d’un décret de Hitler, arrangé par John Foster Dulles et Hjalmar Schacht.
Felix Warburg de Kuhn Loeb et Cie a réalisé le plan de financement d’Hitler à New York. Kuhn Loeb demande des obligataires de la Norddeutscher Lloyd à accepter de nouvelles obligations de steamship intérêt inférieures, émises par Kuhn Loeb, à la place les liens pre-Hitler mieux.
L’Opposition
New York procureur Jacob Chaitkin, père de coauteur Anton Chaitkin, a pris les cas de nombreux détenteurs d’obligations différentes qui ont rejeté l’escroquerie de Harriman, Bush, Warburg et Hitler. Ce qui représente une femme qui devait 30 $ sur un vieux navire à vapeur bond–et l’adverse John Foster Dulles dans New York Cour municipale–Chaitkin menacé un bref du shérif, amarrer le paquebot transatlantique de 30 000 tonnes Europa jusqu’à ce que le client a reçu son 30 $. (New York Times, 10 janvier 1934, p. 31 col. 3).
Le Congrès juif américain embauché Jacob Chaitkin comme directeur juridique du boycott contre l’Allemagne nazie. L’American Federation of Labor a coopéré avec des groupes juifs et d’autres au boycott anti-import. De l’autre côté, pratiquement tous les nazis le commerce avec les États-Unis était sous la surveillance des intérêts Harriman et des fonctionnaires tels que Prescott Bush, père du Président George Bush.
Pendant ce temps, les Warburgs a exigé que les Juifs américains pas  » agiter  » contre le gouvernement de Hitler, ou rejoindre le boycott organisé. Décision de les Warburgs a été réalisée par l’American Jewish Committee et le B’nai b ‘ rith, qui se sont opposés au boycott, comme l’État militaire Nazi a augmenté de plus en plus puissants.
La dissimulation historique sur ces événements est tellement serrée que pratiquement la seule expose@aa de la venus de Warburg au journaliste John L. Spivak s  » complot fasciste de Wall Street,  » dans le périodique de Nouvelles Masses pro-communiste (le 29 janvier et 5 février 1934). Spivak a souligné que les Warburgs contrôlée de l’American Jewish Committee, qui s’oppose au boycott de l’anti-nazi, tandis que leur Kuhn Loeb et Cie avait souscrite expédition nazie ; et il a exposé le financement des activités politiques pro-fascistes par les Warburgs et leurs partenaires et alliés, dont beaucoup étaient des gros bonnets de l’American Jewish Committee et B’nai rith.
Vu où la pièce de Spivak est apparu, il n’est pas étonnant que Spivak appelé Warburg, un allié de la Banque Morgan, mais ne mentionne pas de Averell Harriman. M. Harriman, après tout, était un héros permanent de l’Union soviétique.
Plus tard, John L. Spivak a subi une transformation curieuse, se joignant à la dissimulation. En 1967, il a écrit une autobiographie (un homme en son temps, New York : Horizon Press), qui fait l’éloge de l’American Jewish Committee. Le Pro-fascisme de la Warburg n’apparaît pas dans le livre. L’ancien  » rebel  » Spivak loue également le bras de l’action de le B’nai b ‘ rith, l’Anti-Defamation League. Pathétiquement, il commente favorablement que la Ligue a fichiers espion sur la population américaine qu’elle partage avec les organismes gouvernementaux.
Donc est histoire effacé ; et ces décisions, dont l’histoire se directement dans un cours ou d’une autre, seront perdent dans la connaissance de la génération actuelle.
________________________________________
________________________________________
NOTES :
1. office of Alien Property Custodian, dévolution ordonnance n° 248. L’ordre a été signé par Leo T. Crowley, gardien de propriété Alien, exécuté le 20 octobre 1942 ; F.R. doc. 42-11568 ; Déposé, le 6 novembre 1942, 11:31 ; 7 Fed. Reg. 9097 (7 novembre 1942). Voir aussi Répertoire d’administration de la ville de New York (disponible à la bibliothèque du Congrès). Les volumes pour les années 1930 et 1940 la liste Prescott Bush comme administrateur de l’Union Banking Corporation pour les années 1934 à 1943.
2. alien Property Custodian dévolution ordonnance n° 259 : Seamless Steel Equipment Corporation ; Dévolution ordonnance n° 261 : Holland-American Trading Corp.
3. alien Property Custodian dévolution ordonnance n° 370 : Silesian-American Corp.
4. le 16 décembre 1944, New York Times a publié un article de cinq paragraphes page 25 sur les actions de la New York State Banking Department. Seule la dernière phrase se réfère à la Banque nazie, comme suit:  » l’Union Banking Corporation, 39 Broadway, New York, a reçu l’autorisation de changer sa principale place d’affaires à 120 Broadway.  »
La fois omis le fait que l’Union Banking Corporation avait été saisie par le gouvernement pour le commerce avec l’ennemi et même le fait que 120 Broadway a été l’adresse du gardien de propriété du gouvernement étranger.
5. Fritz Thyssen, j’ai payé Hitler, 1941, réimprimé dans (Port Washington, NY: Kennikat Press, 1972), p. 133. Thyssen dit que ses contributions a commencé avec 100 000 notes attribuées en octobre 1923, pour Hitler tentative  » putsch  » contre le gouvernement constitutionnel.
6. Protocole confidentiel de l’ambassade américaine, Berlin, à la Secrétaire d’État américaine, 20 avril 1932, sur microfilms dans des rapports confidentiels de U.S. State Dept., années 1930, Allemagne, à grandes bibliothèques américaines.
7. octobre 5, 1942, mémoire au Comité exécutif de l’Office de gardien de propriété Alien, estampillé confidentiel, de la Division des enquêtes et recherches, Homer Jones, chef. Déclassifié maintenant dans les Archives nationales des États-Unis, annexe de Suitland (Maryland). Voir dossier groupe 131, Alien, gardien propriété, rapports d’enquête, dans la zone de fichier relatives à la dévolution arrêté n° 248.
8. élimination des ressources allemandes de guerre: audiences devant un sous-comité du Comité des affaires militaires, Sénat des États-Unis, soixante-dix-neuvième Congrès ; Partie 5, témoignage [aux États-Unis] Ministère des finances, 2 juillet 1945. P. 507 : Table de Vereinigte Stahlwerke sortie, les chiffres sont pour cent de la langue allemande totale à partir de 1938 ; Organisation de Thyssen dont Union Banking Corporation pp. 727-31.
9. Robert Sobel, The Life and Times de Dillon Read (New York : Dutton-Penguin, 1991), pp. 92-111. La firme Dillon Read a collaboré à l’élaboration du livre de Sobel.
10. George Walker à Averell Harriman, 11 août 1927, dans le W. Averell Harriman les documents à la bibliothèque du Congrès (désignés ci-après les documents WAH).
11.  » Iaccarino  » à G. H. Walker, RCA Radiogram 12 septembre 1927. La spécificité de leur activité avec Mussolini n’est pas expliquée dans la correspondance disponible pour l’accès du public.
12. Andrew Boyle, Montagu Norman (London : Cassell, 1967).
Sir Henry Clay, Lord Norman (Londres, MacMillan & Co., 1957), pp. 18, 57, 70-71.
John A. Kouwenhouven, partenaires dans le secteur bancaire… Brown Brothers Harriman (Garden City : Doubleday & Co., 1969).
13. coordination d’une grande partie du projet Hitler a eu lieu à une seule adresse de New York. L’Union Banking Corporation avait été mises en place par George Walker au Broadway 39. Gestion de la ligne Hambourg-Amerika, réalisée par le biais de Harriman navire américain et Commerce Corp., a été également mises en place par George Walker au Broadway 39.
14. interrogatoire de Fritz Thyssen, EF/moi/1 du 4 septembre 1945 dans les documents du Conseil de contrôle des États-Unis, photocopie sur page 167 à Anthony Sutton, An Introduction to The Order (Billings, MT.: Liberty House Press, 1986).
15. complot Nazi et l’agression–supplément B, le Bureau du chef des États-Unis de l’avocat de la poursuite de la criminalité de l’axe, United States Government Printing Office, (Washington : 1948), p. 1597, 1686.
16.  » consolidated Silesian Steel Corporation – [procès-verbal de le] réunion du Conseil d’administration,  » 31 octobre 1930 (documents de Harriman, Library of Congress), montre Averell Harriman en tant que président du Conseil d’administration.
Prescott Bush à W.A. Harriman, Mémorandum 19 décembre 1930 sur leur Corp quinze Harriman
Annuel Rapport des Konigs unie et Laura Steel et Iron Works pour l’année 1930 (papiers de Harriman, Library of Congress) répertorie  » Dr. Friedrich Flick… Berlin  » et  » William Averell Harriman… New York  » sur le Conseil d’administration.
 » Harriman quinze Corporation valeurs mobilières Position 28 février 1931,  » Harriman papers, Library of Congress. Ce rapport montre Harriman quinze société détenant des actions 32 576 de Silésie Holding Co. V.T.C. une valeur (en dollars de rares dépression) $ 1 628 800, soit la moitié de la valeur du total des avoirs de la société quinze Harriman.
Les volumes du Répertoire d’administration de la ville de New York pour les années 1930 (disponible à la bibliothèque du Congrès) montrent Prescott Sheldon Bush et W. Averell Harriman, comme l’administration de Harriman quinze Corp.
 » Nominations,  » (trois pages dactylographiées) marquées  » a noté 18 mai 1931 W.A.H.,  » (parmi les papiers de Prescott Bush New York Office de Brown Brothers Harriman, papiers de Harriman, Library of Congress), répertorie une réunion entre Averell Harriman et Friedrich Flick à Berlin à 16:00, mercredi 22 avril 1931. Ceci a été suivi immédiatement par une rencontre avec Wilhelm Cuno, chef de la direction de la Hamburg-Amerika Line.
Le  » rapport aux actionnaires de la société quinze Harriman,  » le 19 octobre 1933 (dans les documents de Harriman, Library of Congress) noms G.H. Walker en tant que président de la société. Il montre l’adresse de la société quinze Harriman 1 Wall Street–l’emplacement G.H. Walker and Co.
17. complot Nazi et l’agression–supplément B, op. cit., p. 1686.
18. Jim Flaherty (un gestionnaire de BBH, employé de Prescott Bush), 19 mars 1934 à W.A. Harriman.
 » Cher Averell :
En absence de Roland Pres [cott] a jugé souhaitable pour moi de vous faire savoir que nous avons reçu le câble suivant [notre représentant européen] Rossi en date du 17 mars [relative au conflit avec le gouvernement polonais]… »
19. Harriman quinze avis aux actionnaires 7 janvier 1935, sous le nom de George Walker, Président.
20. ordonnance n° 370 : Silesian-American Corp exécuté le 17 novembre 1942. Signé par Leo T. Crowley, Alien Property Custodian. F.R. doc. 42-14183 ; Classé 31 décembre 1942, 11:28 ; 8 Fed. Reg 33 (1er janvier 1943).
L’ordre confisqué les avoirs Nazis de 98 000 actions de la communes et 50 000 actions privilégiées d’en Silésie d’Amérique.
La société mère Nazi à Breslau, en Allemagne, a écrit directement à Averell Harriman à 59 Wall Street le 5 août 1940, avec  » une invitation à participer à la réunion ordinaire des membres de Erben de la Bergwerksgesellsc [h] arrière Georg von Giesche…  » Les papiers WAH.
21. 25 septembre 1942, mémorandum pour le Comité exécutif de l’Office de gardien de propriété Alien, estampillé confidentiel, de la Division des enquêtes et recherches, Homer Jones, chef. Déclassifié maintenant dans les Archives nationales des États-Unis, annexe de Suitland (Maryland). Voir dossier groupe 131, Alien, gardien propriété, rapports d’enquête, dans la zone de fichier relatives à la dévolution arrêté no 370.
22. George Walker a été administrateur de navire américain et du Commerce de l’organisation par le biais de 1928. Consulter New-York répertoire d’administration.
 » Harriman quinze Corporation valeurs mobilières Position 28 février 1931,  » op. Le rapport répertorie 46 861 actions dans le navire américain & Commerce Corp.
Voir  » le Message de M. Bullfin,  » 30 août 1934 (section quinze Harriman, Harriman papers, Library of Congress) pour la supervision conjointe de Bush et Walker, respectivement directeur et président de la société.
23. Cuno a été plus tard exposé par Walter Funk, chef de presse troisième Reich et sous secrétaire de la propagande, dans la cellule de prison après-guerre de Funk à Nuremberg ; mais Cuno était mort tout comme Hitler a pris le pouvoir. William L. Shirer, The Rise and Fall of the Third Reich (New York : Simon et Schuster, 1960), p. 144. Complot Nazi et l’agression–supplément B, op. cit., p. 1688.
24. voir  » élimination des ressources allemandes pour la guerre,  » op. cit., p. 881-82 sur Voegler.
Voir le rapport annuel de la (Hamburg-Amerikanische-Packetfahrt-Aktien-Gesellschaft (Hapag ou Hamburg-Amerika Line), mars 1931, pour le Conseil d’administration. Une copie est dans la bibliothèque publique de New York annexe au 11e Avenue, Manhattan.
25. complot Nazi et l’agression–supplément B, op. cit., p. 1178, 1453-54, 1597, 1599.
Voir  » élimination des ressources allemandes pour la guerre,  » op. cit., p. 870-72 sur Schroeder ; p. 730 sur Groeninger.
26. rapport annuel de la Hamburg-Amerika, op.
Baron Rudolph Schroeder, SR. à Averell Harriman, 14 novembre 1932. Note manuscrite de K [nuit] W [ooley] et le projet de lettre réponse, 9 décembre 1932.
Dans sa lettre, Baron Rudolph se réfère à la filiale américaine de la famille, à J. Henry Schroder [nom anglicisé], dont Allen Dulles était un directeur et son frère John Foster Dulles a été le principal procureur.
Baron Bruno Schroder de la branche britannique a été conseiller à la Banque d’Angleterre gouverneur Montagu Norman, et partenaire du Baron Bruno Frank Cyril Tiarks a été directeur de la Banque d’Angleterre tout au long de la carrière de Norman de Norman. Kurt von Schroeder était délégué de Hjalmar Schacht à la Banque des règlements internationaux à Genève, où bon nombre des arrangements financiers pour le régime Nazi ont été faites par Montagu Norman, Schacht et les Schroeders pendant plusieurs années le droit de régime d’Hitler jusqu’à l’éclatement de la seconde guerre mondiale.
27. confidential note du U.S. embassy, Berlin, op.
28. U.S. Senate  » Nye Comité  » audiences, 14 septembre 1934, p. 1197-98, extraits de lettres du colonel William N. Taylor, datée du 27 juin 1932 et 9 janvier 1933.
29. American Ship et Commerce Corporation au Dr Max Warburg, 7 mars 1933.
Max Warburg avait négocié la vente de la Hamburg-Amerika à Harriman et Walker en 1920. Frères de Max contrôlée de la maison de banque Kuhn Loeb investissement à New York, la firme qui avait jalonné vieux E.H. Harriman à son rachat des années 1890 de la géante Union Pacific Railroad.
Max Warburg avait longtemps travaillé avec Lord Milner et d’autres de la racialist britannique Table ronde concernant des projets communs en Afrique et en Europe de l’est. Il fut le conseiller Hjalmar Schacht pendant plusieurs décennies et a été un haut dirigeant de la Reichsbank d’Hitler. Le lecteur peut consulter David Farrer, The Warburg : The Story of A Family (New York : Stein et jour, 1975).
30. Max Warburg, à M.M. Warburg & Co., Hambourg, à Harriman Averill [sic], a/s de mm. Brown Brothers Harriman & Co., 59 Wall Street, New York, N.Y., 27 mars 1933.
31. cette correspondance et la déclaration commune des organisations juives, sont reproduits à Moshe R. Gottlieb, américain résistance antinazie, 1933-41 : An Historical Analysis (New York : Ktav Publishing House, 1982).
32. enquête sur les activités de propagande nazie et enquête de certaines autres activités de propagande: les audiences publiques devant une sous-Commission de la Commission spéciale sur les activités anti-américaines, États-Unis Chambre des représentants, soixante troisième Congrès, New York City, 9-12 juillet 1934–audiences no 73-NY-7 (Washington: U.S. govt. imprimerie, 1934). Voir le témoignage du capitaine Frederick C. Mensing, John Schroeder, Paul von Lilienfeld-Toal et résumés par les membres du Comité.
Voir le New York Times, 16 juillet 1933, p. 12, pour l’organisation du Front de travail Nazi à la Norddeutscher Lloyd, conduisant à la Hamburg-Amerika après fusion.
33. American Ship et Commerce Corporation télégramme à Rudolph Brinckmann à M.M. Warburg, 12 juin 1936.
Rudolph Brinckmann à Averell Harriman au 59 rue de mur, 20 juin 1936, avec joint lettre de transmission Helfferich Remarque.
Répondre à Dr Rudolph Brinckmann c/o M.M. Warburg and Co, 6 juillet 1936, dans les papiers de Harriman à la bibliothèque du Congrès. La copie de cette lettre ne porte aucune signature, mais il est sans doute de Averell Harriman.
34. office of Alien Property Custodian, dévolution ordonnance n° 126. Signé par Leo T. Crowley, gardien de propriété Alien, exécuté 28 août 1942. F.R. doc. 42-8774 ; Classé 4 septembre 1942, 10:55 ; 7 F.R. 7061 (no 176, 5 septembre 1942). 18 juillet 1942, mémorandum pour le Comité exécutif de l’Office de gardien de propriété Alien, estampillé confidentiel, de la Division des enquêtes et recherches, Homer Jones, chef. Déclassifié maintenant dans les Archives nationales des États-Unis, annexe de Suitland (Maryland). Voir dossier groupe 131, Alien, gardien propriété, rapports d’enquête, dans la zone de fichier relatives à la dévolution arrêté no 126.
35. New York Times, 20 mai 1933. Qui a mené à cet accord est un télégramme qui en quelque sorte échappé à la déchiqueteuse et peut-être être vus dans les papiers de Harriman dans la bibliothèque du Congrès. Il s’adresse aux nazis officiel Hjalmar Schacht à l’hôtel Mayflower, Washington, datée du 11 mai 1933:  » beaucoup déçu d’avoir raté vous voir mardi après-midi… J’espère vous voir soit à Washington ou à New York avant que vous naviguez.
avec mes salutations W.A. Harriman  »
36. Dulles à réponse lettre et projet de Bush dans les documents de WAH.
37. New York Times, 19 janvier 1938.
________________________________________
George Bush : la biographie non autorisée — par Webster G. Tarpley & Anton Chaitkin
________________________________________
Chapitre III– Hygiène de course : trois Alliances familiales de brousse
 » Le [gouvernement] doit mettre les moyens médicaux les plus modernes au service de cette connaissance… Ceux qui sont physiquement et mentalement insalubre et indigne ne doivent pas perpétuer leurs souffrances dans le corps de leurs enfants… La prévention de la faculté et la possibilité de procréer la part les dégénérés physiquement et mentalement malade, sur une période de 600 ans, serait… libérer l’humanité d’une incommensurable malheur. »
 » L’écart de revenu par habitant entre les pays développés et les pays en développement s’accroît, en grande partie le résultat des taux de natalité plus élevés dans les pays pauvres… Famine en Inde, les bébés non désirés dans les États-Unis, la pauvreté qui semblait former une chaîne incassable pour des millions de personnes–comment nous devrions aborder ces problèmes?… Il est bien évident que l’un des défis majeurs des années 1970… sera de freiner la fertilité du monde. »
Ces deux citations sont semblables dans leur spectacle de simulacre de souci pour la souffrance humaine et dans leur remède cynique pour elle : Big Brother ne doit empêcher le peuple  » indigne  » ou  » indésirable  » de vie.
Nous devons maintenant davantage enquêter sur les antécédents familiaux de notre Président, afin d’aider à illustrer comment la seconde cité auteur, George Bush@s1 sont venus partager les perspectives de la première, .@s2 Adolf Hitler
Nous examinerons ici l’alliance de la famille Bush avec trois autres familles : Farish, Draper et Gray.
Les associations privées parmi ces familles ont conduit à la relation du Président à ses conseillers plus proches, plus confidentiels. Ces alliances ont été forgés dans le précédent projet de Hitler et de ses conséquences immédiates. Compréhension, elles nous aideront à expliquer l’obsession de George Bush avec la surpopulation supposée du monde du non-Anglo-Saxons, et les moyens dangereux, il a adopté pour faire face à cette  » problème.  »
Buisson et zozo
Quand George Bush a été élu vice-président en 1980, l’homme mystérieux Texas William ( » volonté  ») Stamps Farish III prit la direction de l’ensemble de la fortune personnelle de George Bush dans une  » confiance aveugle.  » Connu comme l’un des hommes plus riches au Texas, seront Farish maintient ses relations d’affaires en vertu du secret plus intense. Seulement la source de son immense richesse est connu, pas sa employment.@s3
Sera que Farish a longtemps été plus proche ami et confident de Bush. Il est également l’hôte privé unique en la Reine Elizabeth II de Grande-Bretagne : Farish est propriétaire et planches les goujons qui s’accouplent avec des juments de la Reine. C’est sa raison d’être public quand elle vient aux États-Unis et reste dans la maison de Farish. C’est un lien vital dans l’esprit de notre président Anglophile.
Le Président Bush peut compter sur Will Farish ne pas à trahir les secrets violents qui entourent l’argent familial de Bush. Pour la fortune de la famille de le Farish a été effectuée dans le même projet de Hitler, en partenariat avec le père de George Bush cauchemardesque.
Le 25 mars 1942, Assistant Procureur général des États-Unis Thurman Arnold a annoncé que William Stamps Farish (grand-père de gestionnaire de fonds du Président) avait plaidé  » nul  », à des accusations de complot criminel avec les Nazis. Farish a été le principal responsable d’un cartel dans le monde entier entre la Standard Oil Co. of New Jersey et le souci de I.G. Farben. L’entreprise fusionnée avait ouvert le camp de travail de l’esclave d’Auschwitz le 14 juin 1940, pour fabriquer du caoutchouc artificiel et l’essence du charbon. Le gouvernement de Hitler a fourni des opposants politiques et les Juifs comme les esclaves, qui ont travaillé presque mort et puis assassiné.
Arnold a révélé que Standard Oil de N.J. (plus tard appelé Exxon), de laquelle Farish a été président et chef de l’exécutif, avait décidé d’arrêter de se cacher des brevets aux États-Unis pour caoutchouc artificiel dont la compagnie avait fourni à la Nazis.@s4
Une Commission du Sénat chargée de l’enquête au titre de sénateur (président américain ultérieur) Harry Truman du Missouri avait appelé Arnold à témoigner lors d’audiences sur la collaboration des sociétés américaines avec les Nazis. L’indignation des sénateurs ont exprimé à la manière cynique Farish poursuivait une alliance avec le régime hitlérien qui avait commencé en 1933, quand Farish est devenu chef de Jersey Standard. Il ne savais qu’il y avait une guerre ?
Le ministère de la Justice a déposé devant le Comité une lettre, écrite au Président Standard Farish par son Vice-Président, peu après le début de la seconde guerre mondiale (1er septembre 1939) en Europe. La lettre porte un renouvellement de leurs accords précédents avec les Nazis.
Rapport sur le voyage en Europe
12 octobre 1939
M. W.S. Farish
30 Rockefeller Plaza
Cher M. Farish:… Je suis resté en France jusqu’au 17 septembre… En Angleterre, j’ai rencontré sur rendez-vous les Messieurs Royal Dutch [Shell Oil Co.] de Hollande et… un accord général a été atteint sur les changements nécessaires dans nos relations avec la I.G. [Farben], compte tenu de l’état de guerre… [L] e groupe Royal Dutch Shell est essentiellement britannique… J’ai aussi eu plusieurs réunions avec… le ministère de l’Air [Britannique]…
J’ai besoin d’aide pour obtenir l’autorisation nécessaire pour aller en Hollande… Après des discussions avec l’Ambassadeur [américain] [Joseph Kennedy]… la situation a été effacée complètement… Les messieurs dans le ministère de l’Air… très gentiment offert d’aider moi [plus tard] en rentrant de l’Angleterre…
En vertu de ces arrangements, j’ai pu garder mes rendez-vous en Hollande [après avoir volé il sur un bombardier de la Royal Air Force Britannique], où j’ai eu trois jours de discussions avec les représentants de I.G. Ils ont livré à moi affectations de quelque 2 000 brevets étrangers et nous avons fait de notre mieux pour travailler sur des plans complets pour un modus vivendi qui pourrait fonctionner par le biais de la durée de la guerre, si oui ou non aux États-Unis est venu en… [c’est nous qui soulignons]
Très vraiment vôtre, F [Classement] A. Howard@s5
Voici quelques réalités froides derrière la tragédie de la seconde guerre mondiale, qui aident à expliquer l’alliance famille Bush-Farish–et leur proximité particulière à la Reine d’Angleterre :
• Shell Oil est principalement détenue par la famille royale britannique. Président de Shell, Sir Henri Deterding, de commanditaire a aidé Hitler à power,@s6 en accord avec le gouverneur de la Banque d’Angleterre de la famille royale, Montagu Norman. Leur allié Standard Oil prendraient part dans le projet d’Hitler jusqu’à la fin de la sanglante et horrible.
• Lorsque grand-père Farish signé le décret de consentement du ministère de la Justice en mars 1942, le gouvernement avait déjà commencé à choisir son chemin dans l’enchevêtrement de monopole mondial huile et accords chimiques entre la Standard Oil et les Nazis. Beaucoup de brevets et d’autres aspects appartenant à Nazi du partenariat ont été saisis par le gardien américain de propriété Alien.
Oncle Sam saisiraient pas Union Banking Corporation de Prescott Bush pour une nouvelle période de sept mois.
L’axe Bush-Farish a commencé en 1929. Cette année-là, la Banque Harriman acheté Dresser Industries, fournisseur de coupleurs oléoduc au Standard et d’autres sociétés. Prescott Bush est devenu administrateur et financier tsar de commode, installant son camarade de classe de Yale Neil Mahlon chairman.@s7 George Bush aurait plus tard un de ses fils nom après l’exécutif commode.
William S. Farish a été le principal organisateur de l’Humble Oil Co. of Texas, qui Farish a fusionné la Standard Oil Company of New Jersey. Farish a constitué l’empire Humble Standard des pipelines et des raffineries en Texas.@s8
Le marché boursier s’est écrasé juste après que la famille Bush a obtenu dans le commerce de l’huile. La crise financière mondiale a conduit à la fusion de la Banque Walker-Harriman avec Brown Brothers en 1931. Ancien partenaire brun Montagu Norman et son prote@aage@aa Hjalmar Schacht payé frénétiques visites à New York cette année et la suivante, préparer le nouveau régime d’Hitler pour l’Allemagne.
Le plus important événement politique américain dans ces préparatifs de Hitler était l’infâme  » Third International Congress on eugénisme,  » qui s’est tenue à New York American Museum of Natural History, 21-23 août 1932, supervisé par l’International Fédération d’eugénisme Societies.@s9 cette réunion reprit la persistance tenace des africains-américains et d’autres groupes auraient été  » inférieures  » et  » socialement inadéquates  » dans la reproduction, élargissant leurs numéros et fusionnant avec d’autres. Il a été recommandé que ces  » dangers  » des ethnies  » mieux  » et le  » bien née,  » pourrait être traitée par stérilisation ou  » couper le mauvais stock  » de la  » inapte.  »
Italie gouvernement fasciste de a envoyé un représentant officiel. Soeur de Averell Harriman Mary, directeur de  » divertissement  » pour le Congrès, a vécu vers le bas dans les pays de chasse au renard Virginie ; son état a fourni à l’orateur sur  » la pureté raciale,  » W.A. Plecker, commissaire de la Virginie de l’état civil. Plecker aurait détenu les délégués fasciné avec son récit de la lutte pour arrêter le mélange des races et interracial sexe en Virginie.
Les actes du Congrès ont été dédiés à la mère de Averell Harriman ; elle avait payé pour la Fondation du mouvement de la course-science en Amérique en 1910, l’eugénisme Record Office de construction comme une branche du Laboratoire National de Galton à Londres. Elle et les autres Harrimans ont été escortés habituellement pour les courses de chevaux, de vieux George Herbert Walker–ils ont partagé avec les buissons et les Farishes une fascination  » pur-sang de reproduction  » parmi les chevaux et humans.@s1@s0
Averell Harriman personnellement arrangé avec les Walker/Bush Hamburg-Amerika Line pour transporter des idéologues Nazi de l’Allemagne à New York pour cette meeting.@s1@s1 les plus célèbres parmi ceux transportés était Dr. Ernst Ru@audin, psychiatre à l’Institut Kaiser Wilhelm pour la généalogie et de la démographie à Berlin, où la famille Rockefeller payée pour Dr Ru@audin occupe un étage entier avec son eugénisme  » recherche.  » Dr Ru@audin avait pris la décision de la Fédération internationale 1928 Munich séance, parlant  » Aberration mentale et hygiène de la Race,  » tandis que d’autres (les allemands et les américains) parle sur le mélange des races et la stérilisation de l’inaptitude. Ru@audin avait également conduit la délégation allemande pour le Congrès d’hygiène mentale 1930 à Washington, D.C.
Au Congrès de l’Harrimans 1932 New York eugénisme, Ernst Ru@audin a été élu à l’unanimité Président de la Fédération internationale des sociétés de l’eugénisme. C’est la reconnaissance de Ru@audin en tant que fondateur de la société allemande pour l’hygiène de course, avec son co-fondateur, Fédération d’eugénisme vice président Alfred Plo@autz.
Ainsi que la dépression-affolée financiers comploté à Berlin et New York, Ru@audin est maintenant chef officiel de l’eugénisme du monde. Composants de son mouvement inclus des groupes avec des dirigeants qui se chevauchent, dédié à :
• stérilisation des malades mentaux ( » sociétés hygiène mentale  ») ;
• exécution des aliénés, des criminels et des malades en phase terminale ( » sociétés d’euthanasie  ») ; et
• eugenical course-purification par prévention des enfants nés de parents provenant des stocks de sang  » inférieure  » ( » sociétés de contrôle des naissances  »).
Avant la mort d’Auschwitz est devenu un mot familier, ces groupes britannique-américain-européen appelé ouvertement pour l’élimination de la  » inaptes  » par des moyens dont la force et violence.@s1@s2
Dix mois plus tard, en juin 1933, ministre d’Hitler de l’intérieur Wilhelm Frick a parlé d’une réunion de l’eugénisme dans le troisième Reich à nouveau. Frick a appelé les allemands, une course  » dégénérée  », dénonçant un cinquième des parents de l’Allemagne pour la production des enfants  » défectueux  » et  » débiles  ». Le mois suivant, une Commission de Frick, Dr Ernst Ru@audin écrivit la  » Loi pour la prévention des maladies héréditaires dans la descendance,  » la Loi de stérilisation calqué sur précédents statuts américains en Virginie et d’autres États.
Tribunaux spéciaux ont été bientôt mis en place pour la stérilisation des Allemands des malades mentaux, les aveugles, les sourds et alcooliques. Un quart de million de personnes dans ces catégories ont été stérilisées. Ru@Audin, Plo@autz et leurs collègues ont formé toute une génération de médecins et psychiatres–comme les stérilisateurs et tueurs.
Lorsque la guerre commence, les eugénistes, médecins et psychiatres dotés de la nouvelle Agence  » T4  », qui a planifié et supervisé les massacres : premier à  » centres d’euthanasie,  » où les mêmes catégories qui avaient d’abord fait l’objet de stérilisation étaient maintenant d’être assassinés, leurs cerveaux envoyé par lots de 200 aux psychiatres expérimentales ; puis dans les camps d’esclaves comme Auschwitz ; et enfin, pour les Juifs et autres victimes de la course, à droite extermination camps en Pologne, comme Treblinka et Belsen.@s1@s3
En 1933, comme ce que Hitler a appelé son  » nouvel ordre  » est apparu, John D. Rockefeller, Jr. nommé William S. Farish le Président de la Standard Oil Co. of New Jersey (en 1937, il fut nommé président et chef de la direction). Farish a déménagé ses locaux au Rockefeller Center, New York, où il a passé beaucoup de temps avec Hermann Schmitz, Président de I.G. Farben ; sa société a payé un homme publicité, Ivy Lee, pour écrire pro-I.G. Farben et propagande pro-nazi et de faire entrer dans la presse américaine.
Maintenant qu’il était en dehors du Texas, Farish s’est retrouvé dans les affaires maritimes–comme la famille Bush. Il a embauché des équipages allemands nazis pour les pétroliers Standard. Et il a engagé Emil Helfferich, Président de la Walker/Bush/Harriman Hamburg-Amerika Line, en tant que président de la filiale de Standard Oil Company en Allemagne. Karl Lindemann, membre du Conseil de la Hamburg-Amerika, est également devenu un dirigeant de haut Standard Farish dans Germany.@s1@s4
Ce verrouillage entre leur allemand Nazi opérations mis Farish ainsi que Prescott Bush en sélectionner un petit groupe d’hommes agissant à l’étranger par le biais  » révolution  » d’Hitler et en calculant qu’ils ne seraient jamais punis.
En 1939, fille de Farish Martha épouse neveu de Averell Harriman, Edward Harriman Gerry, et beaux-parents Farish sont devenus partenaires de Prescott Bush à 59 Broadway.@s1@s5
Emil Helfferich tant Karl Lindemann étaient autorisés à écrire des chèques à Heinrich Himmler, chef de la SS Nazi, sur un compte spécial de la Standard Oil. Ce compte a été géré par le banquier allemand-British-American, Kurt von Schroeder. Selon des documents de renseignement américain revus par l’auteur Anthony Sutton, Emil Helfferich a continué ses paiements à la SS en 1944, quand le S.S. supervisait le meurtre de masse à la norme-I.G. Farben Auschwitz et les autres camps de la mort. Helfferich a dit interrogateurs alliés après la guerre que ceux-ci n’étaient pas ses contributions personnelles–ils étaient corporate Standard Oil funds.@s1@s6
Après avoir plaidé  » nul  » à des accusations de complot criminel par les Nazis, William Stamps Farish a été condamné à une amende $ 5 000. (Amendes similaires ont été imposées contre Standard Oil–$ 5 000 chaque pour la société mère et de plusieurs filiales.) Cela bien sûr n’a pas entravé les millions de dollars qui Farish avait acquis conjointement avec le nouvel ordre d’Hitler, comme grand actionnaire, président et président de la Standard Oil. Tout le gouvernement a cherché a été l’utilisation des brevets que sa compagnie avait donné aux Nazis–l’Auschwitz brevets–mais avait refusé de l’industrie et de l’armée américaine.
Mais une guerre était allumé, et si les jeunes hommes devaient être posées à mourir lutte contre Hitler… quelque chose de plus était nécessaire. Farish a été transporté devant le Comité sénatorial, enquête sur le programme de défense nationale. Le Président de la Commission, le sénateur Harry Truman, dit journalistes avant Farish a témoigné:  » je pense que cette approche de trahison.  » @s1@ s7
Farish a commencé breaking apart à ces audiences. Il a crié son  » indignation  » devant les sénateurs et affirmé qu’il n’était pas  » déloyal.  »
Après la fin de l’audience de mars-avril, plus de saleté est venu jaillissant hors du ministère de la Justice et le Congrès Farish et la Standard Oil. Farish avait trompé l’US Navy pour empêcher la marine d’acquérir certains brevets, tout en leur fournissant à la machine de guerre nazie ; dans le même temps, il fournissait l’essence et le plomb tétraéthyle de sous-marins et la force aérienne de l’Allemagne. Communications entre norme et I.G. Farben depuis l’éclatement de la seconde guerre mondiale ont été libérées au Sénat, montrant que l’organisation de Farish a organisé à induire en erreur le gouvernement américain en passant sur les avoirs nazis : ils achèteraient nominalement part de I.G. dans certains brevets car  » en cas de guerre entre nous et l’Allemagne… il serait certainement très indésirable pour avoir cette norme-I.G. passer à un gardien de propriété étrangère des États-Unis qui pourrait le vendre à de 20 % un intérêt inamical.  » @s1@ s8
Contrôle de John D. Rockefeller, Jr. (père de David, Nelson et John D. Rockefeller III), propriétaire de la Standard Oil, a déclaré à l’administration de Roosevelt qu’il ne savait rien des affaires quotidiennes de sa compagnie, que toutes ces questions ont été traitées par Farish et autres executives.@s1@s9
En août, Farish fut ramené pour plus de témoignage. Il est maintenant fréquemment accusé d’avoir menti. Farish a été écrasé sous le gril intense, public ; Il est devenu sombre, couleur de cendre. Tandis que Prescott Bush a échappé publicité lorsque le gouvernement a saisi son organisation nazie bancaire en octobre, Farish avait été cloué. Il s’est effondré et est décédé d’une crise cardiaque le 29 novembre 1942.
La famille Farish a été dévastée par l’exposition. Fils William Stamps Farish, Jr., un lieutenant dans les forces aériennes de l’armée, a été humilié par la connaissance du public que son père était ravitaillement des avions de l’ennemi ; Il est mort dans un accident d’entraînement en Texas six mois later.@s2@s0
Avec cette double mort, la fortune, comprenant une grande partie des bénéfices de l’huile Standard du Texas et de l’Allemagne nazie était maintenant devant être réglée sur le petit-fils du petit four-year-old, William ( » volonté  ») Stamps Farish III. Sera que Farish a grandi un reclus, le multi-millionnaire plus secret au Texas, avec des investissements de  » cet argent  » dans une multitude de pays étrangers et une foule de contacts exotiques qui se chevauchent de l’intelligence et des mondes financiers–en particulier en Grande-Bretagne.
L’axe Bush-Farish a commencé la carrière de George Bush. Après son diplôme de 1948 de Yale (crâne et OS), George Bush s’est envolé vers le Texas sur un avion de l’entreprise et a travaillé pour Dresser Industries son père. Dans quelques années il a obtenu l’aide de son oncle, George Walker, Jr. et amis de banquier britannique de Farish, à mettre en place dans les affaires de spéculation de propriété de l’huile. Peu après, George Bush a fondé la compagnie pétrolière Zapata, qui a mis l’huile de plates-formes de forage en certains endroits d’un grand intérêt stratégique pour la communauté du renseignement anglo-américaine.
Sera que Farish à l’âge de 25 ans a été d’une aide personnelle au Président de Zapata George Bush dans la campagne 1964 de Bush pour le Sénat. Farish utilisé  » cet argent d’Auschwitz  » la volonté de George Bush en arrière plan financier, investir dans Zapata. Quand Bush a été élu au Congrès en 1966, Farish a rejoint la board.@s2@s1 Zapata
Quand George Bush est devenu vice-président des États-Unis en 1980, la fortune de sa famille Farish et Bush ont été à nouveau complètement, secrètement confondues. Comme nous le verrons, les anciens projets étaient maintenant être relancés sur une échelle à couper le souffle.
Bush et Draper
Vingt ans avant, il était président des Etats-Unis, George Bush a apporté deux professeurs  » course-science  » devant le républicain Task Force sur les ressources de la terre et de la Population. En tant que président de l’équipe spéciale, Bush alors-membre du Congrès a invité les professeurs William Shockley et Arthur Jensen pour expliquer au Comité comment prétendument natalité galopante pour les Afro-américains était  » bas élevage  » la population américaine.
Après Bush Résumé personnellement pour le Congrès, le témoignage de que ses défenseurs noir-infériorité avaient donné à la tâche Force.@s2@s2 George Bush a tenu ses audiences sur la menace posée par les bébés noirs sur le 5 août 1969, alors qu’une grande partie du monde était dans un meilleur état d’esprit–célébrant les progrès de l’humanité depuis le premier alunissage de 16 jours plus tôt. La pensée obsessionnelle de Bush sur ce sujet a été guidée par l’ami de sa famille, Genèse William H. Draper, Jr., le fondateur et Président du Comité de crise de Population et vice président de la Fédération pour le planning familial. Draper avait longtemps été directeur le débat public américain sur ce qu’on appelle  » population bomb  » dans les zones non blancs du monde.
Si m. Bush avait expliqué à ses collègues comment sa famille avait appris à connaître général Draper, ils auraient peut-être ressenti quelque alarme, ou même panique et payante attention plus saine à la présentation de Bush. Malheureusement, la doctrine de la population de Draper-Bush est maintenant officielle politique étrangère des Etats-Unis.
William H. Draper, Jr. a rejoint l’équipe de Bush en 1927, quand il a été embauché par Dillon Read & Co., New York banquiers d’investissement. Draper a été mis dans un nouvel emplacement de travail au sein du Cabinet : gère le compte de Thyssen.
Nous rappelons qu’en 1924, Fritz Thyssen mis en place son Union Banking Corporation en banque de George Herbert Walker à 39 Broadway, Manhattan. Dillon Read & de Co. patron, Clarence Dillon, avait commencé à travailler avec Fritz Thyssen quelque temps après que Averell Harriman rencontre avec Thyssen–à peu près au moment de que Thyssen a commencé la carrière politique d’Adolf Hitler de financement.
En janvier 1926, Dillon Read a créé l’ allemand Credit and Investment Corporation à Newark, New Jersey et à Berlin (Allemagne), comme banquier à court terme de Thyssen. Cette même année Dillon Read crée la Vereinigte Stahlwerke (allemand acier Trust), intégrant les intérêts de la famille Thyssen sous la direction de New York et Londres finance.@s2@s3
William H. Draper, Jr. a été fait Directeur, vice-président et trésorier adjoint de l’allemand Credit and Investment Corp. Son entreprise était prêts à court terme et astuces de gestion financière pour Thyssen et le Trust d’acier allemand. Les clients de Draper parrainé par prise de contrôle terroriste d’Hitler ; ses clients a conduit à l’accumulation de l’industrie de guerre nazie ; ses clients firent la guerre contre les États-Unis. Les Nazis étaient les partenaires directs de Draper à Berlin et de New Jersey : Alexander Kreuter, résidant à Berlin, a été le Président ; Frederic Brandi, dont le père est un ancien haut de charbon dans le Trust d’acier allemand, déménagé aux États-Unis en 1926 et a été co-directeur de Draper à Newark.
Rôle de Draper a été crucial pour Dillon Read & Co., pour qui, Draper a été un partenaire et par la suite vice-président. Le crédit de l’allemand et l’Investment Corp. (GCI) a été un  » front  » pour Dillon Read : il avait la même adresse de New Jersey comme US & International Securities Corp. (USIS), et le même homme été trésorier de deux firms.@s2@s4
Clarence Dillon et son fils C. Douglas Dillon étaient administrateurs de l’USIS, qui a été mis en lumière lorsque Clarence Dillon a été transporté avant les audiences de  » Pecora  » célèbres du Senate Banking Committee en 1933. USIS s’est avéré être un des régimes grande pyramide spéculative qui avaient escroqué des actionnaires de centaines de millions de dollars. Ces politiques d’investissement avaient pourri de l’économie américaine à la base et a conduit à la grande dépression des années 1930.
Mais GCI de William H. Draper, Jr.  » avant  » n’était pas apparemment associés à l’USIS  » avant  » ou avec Dillon et le GCI échappé à un contrôle limité des congressistes. Cet oubli devait se révéler plus malheureux, en particulier à 50 millions personnes décédées par la suite dans la seconde guerre mondiale.
Dillon Read embauché homme de relations publiques Ivy Lee à préparer leurs dirigeants pour leur témoignage et à confondre et plus chicane le Lee Congressmen.@s2@s5 apparemment pris assez délai d’expiration de ses fonctions comme Imagier pour William S. Farish et le Nazi I.G. Farben Co. ; Il a réussi à la pensée du Congrès pour que le membres du Congrès n’a pas modifié l’opération Draper en Allemagne–et ne pas se mêler avec Thyssen, ou interférer avec moneymen US d’Hitler.
En 1932, William H. Draper, Jr. était donc libre pour financer le Congrès International de l’eugénisme comme un  » membre soutien  » .@s2@s6 est lui à l’aide de son propre revenu comme un banquier de fiducie Thyssen ? Ou les fonds vient-il des comptes d’entreprise Dillon Read, peut-être à être radiés d’impôt en tant que  » les dépenses pour le projet allemand : course de purification  » ? Draper a aidé à choisir Ernst Ru@audin comme chef de l’eugénisme du monde, qui a utilisé son bureau pour promouvoir ce qu’il appelait Adolf Hitler  » mission hygiène raciale Sainte, nationale et internationale.  » @s2@ s7
W.S. Farish, comme nous l’avons vu, était exposé publiquement en 1942, humilié et détruit. Juste avant la mort de Farish, bureau bancaire Nazi de Prescott Bush était discrètement saisi et fermé. Mais de Prescott ami proche et partenaire de l’entreprise de Thyssen-Hitler, William H. Draper, Jr., ni mort, ni a quitté les affaires allemandes. Draper lui-même inscrit comme administrateur de l’allemand Credit and Investment Corp. par l’intermédiaire de 1942 et l’entreprise n’est pas liquidée jusqu’en novembre 1943.@s2@s8, mais une guerre était sur ; Draper, un colonel du service militaire précédente, s’en alla sur le théâtre Pacifique et devint général.
Général Draper avait apparemment un passe-temps : magie–illusion, prestidigitation, etc.–, et il était membre de la Society of Magicians américain. Ce n’est pas sans rapport avec sa carrière ultérieure.
Le régime Nazi capitule en mai 1945. En juillet 1945, le général Draper a été appelé vers l’Europe par les autorités du gouvernement militaire américain en Allemagne. Draper a été nommé à la tête de la Division de l’économie de la Commission de contrôle des États-Unis. Il a été affecté à démonter les cartels entreprises nazies. Il y a une étonnante mais parfaitement logique justification à cela–Draper savait beaucoup de choses sur le sujet ! Général Draper, qui avait passé environ 15 ans, financement et de gestion les plus sales des entreprises nazies, était maintenant autorisé à décider qui a été exposé, qui a perdu et qui gardé son entreprise, et en effet pratique, qui était poursuivi pour crimes de guerre. @s2@ s9
(Draper n’était pas unique au sein du gouvernement d’occupation après-guerre. Prenons le cas de McCloy, gouverneur militaire américain et haut commissaire de l’Allemagne, 1949-1952. D’ordre de son cabinet d’avocats de Wall Street, McCloy avait vécu pendant un an en Italie, servant de conseiller le gouvernement fasciste de Benito Mussolini. Un collaborateur intime de la Banque Harriman/Bush, McCloy était assis dans la boîte d’Adolf Hitler aux Jeux olympiques de 1936 à Berlin, à l’invitation des chefs Nazi Rudolf Hess et Hermann Go@auring.) @s3@ s0
William H. Draper, Jr., comme un  » conservateur,  » a été jumelé avec le Secrétaire américain au Trésor Henry Morgenthau  » libérale  » dans un jeu vicieux. Morgenthau a exigé que l’Allemagne être dévouèrent comme une nation, que son industrie être démantelé et réduire à un pays purement rural. Comme le patron économique en 1945 et 1946, Draper  » protégés  » Allemagne le plan Morgenthau… mais à un prix.
Draper et ses collègues ont exigé que l’Allemagne et le monde acceptent la culpabilité collective du peuple allemand comme l’explication pour l’avènement du nouvel ordre de Hitler et les crimes de guerre nazis. Ceci, bien sûr, était plutôt commode pour général Draper lui-même, car il était pour la famille Bush. C’est toujours pratique des décennies plus tard, permettant aux fils de Prescott, le Président Bush, à donner des conférences Allemagne sur le danger de l’hitlérisme. Les allemands sont trop lents, semble-t-il, d’accepter son nouvel ordre mondial.
Après plusieurs années de service du gouvernement (souvent travaillant directement pour Averell Harriman dans l’Alliance Nord-Atlantique), le général Draper a été nommé en 1958, président d’un comité qui consistait à conseiller le Président Dwight Eisenhower sur la marche à suivre pour l’aide militaire américaine à l’étranger. A cette époque, Prescott Bush était un sénateur du Connecticut, un ami confidentiel et partenaire de golf avec le directeur de la sécurité nationale Gordon Gray et un partenaire important de golf avec Dwight Eisenhower ainsi. Avocat âgé de Prescott de l’époque nazie, John Foster Dulles, a été Secrétaire d’État, et son frère Allen Dulles, ancien de la Banque Schroder, a été chef de la CIA.
Cet environnement amical enhardi général Draper pour arracher un coup avec son Comité consultatif de l’aide militaire. Il a changé le sujet à l’étude. L’année suivante le Comité Draper a recommandé que le gouvernement américain réagit à la menace supposée de le « explosion démographique  » par la formulation de plans visant à dépeupler les pays pauvres. La croissance de la population non blanche du monde, il a proposé, doit être considérée comme dangereuse pour la sécurité nationale de la States!@s3@s1 unie
Le Président Eisenhower a rejeté la recommandation. Mais au cours de la prochaine décennie, le général Draper fondé le  » Comité de crise de la Population  » et le  » fonds de Draper,  » rejoindre les familles Rockefeller et Du Pont afin de promouvoir l’eugénisme comme  » contrôle de la population.  » L’administration du président Lyndon Johnson, conseillé par le général Draper sur le sujet, a commencé à financement de contrôle des naissances dans les pays tropicaux, par l’intermédiaire de l’Agence américaine pour le développement International (USAID).
Général Draper a été gourou de George Bush sur la population question.@s3@s2, mais il y avait aussi de l’argent de Draper–de cette source unique horrible–et les connexions de Draper à Wall Street et à l’étranger. Draper, fils et héritier, William H. Draper III, a été co-président du Conseil des Finances (chef de collecte de fonds) de l’organisation de la campagne nationale de Bush-pour-Président en 1980. Avec George Bush à la maison blanche, les plus jeunes chefs de Draper jusqu’à les activités de dépeuplement de l’ONU dans le monde entier.
Général Draper a été vice-président de Dillon Read jusqu’en 1953. Durant les années 1950 et 1960, le chef de la direction il y a Frederic Brandi, l’allemand qui a été co-directeur de Draper les investissements Nazi et son homme de contact personnel avec le Trust d’acier allemand Nazi. Nicholas Brady a été partenaire de Brandi de 1954 et remplacé en tant que chef de la direction de l’entreprise en 1971. Nicholas Brady, qui sait où reposent tous les corps, était président de la campagne électorale de 1980 de son ami George Bush dans le New Jersey et a été Secrétaire au Trésor des États-Unis tout au long presidency.@s3@s3 du Bush
Bush et gris
L’Agence américaine pour le développement International a dit que la stérilisation chirurgicale est le  » premier choix  » de l’administration Bush méthode de réduction de la population dans le troisième World.@s3@s4
Le Fonds des Nations Unies pour la Population affirme que 37 pour cent des utilisateurs de contraception en Amérique latine et les Caraïbes ont déjà été stérilisés chirurgicalement. Dans un rapport de 1991, l’Agence de William H. Draper III affirme que 254 millions de couples vont être stérilisés chirurgicalement au cours des années 1990 ; et que, si les tendances actuelles se confirment, 80 pour cent des femmes à Porto Rico et à Panama va être chirurgicalement sterilized.@s3@s5
Le gouvernement américain paie directement ces stérilisations.
Mexique est le premier parmi les nations ciblées, sur une liste qui a été établie en juillet 1991, lors d’une session de stratégie de l’USAID. L’Inde et le Brésil sont deuxième et troisième priorités, respectivement.
Sous contrat avec l’administration Bush, personnels américains travaillent de leurs bases au Mexique pour effectuer une chirurgie sur des millions de mexicains et les femmes. La stratégie reconnue dans ce programme consiste à stériliser les jeunes adultes qui n’ont pas déjà terminé leurs familles.
George Bush a un sentiment personnel assez profond sur ce projet, en particulier comme il lui oppose la Pape Jean Paul II dans les pays catholiques comme le Mexique. (Voir chapitre 4 ci-dessous, sur l’origine d’une rancune familiale de Bush à ce sujet.)
Les dépenses pour le contrôle des naissances dans les pays non blancs sont l’un des rares éléments qui est dirigée vers le haut dans le budget de l’administration Bush. Son budget de 1992 a été mis, l’USAID a dit que sa Population compte recevrait $ 300 millions, une augmentation de 20 % sur l’année précédente. Au sein de ce projet, une somme importante est consacrée à des manipulations politiques et psychologiques des nations de la cible et subversion assez flagrante de leurs religions et governments.@s3@s6
Ces activités devraient provoquer de sérieuses objections des victimes nationalités ou de contribuables américains, particulièrement si le programme est en quelque sorte donné publicité généralisée.
Tout à fait en dehors de considérations morales, légales seraient naturellement on s’interroge, qui pourrait se résumer : Comment George Bush pense qu’il peut sortir avec cela?
Dans cette affaire, le Président a des conseils d’experts. M. (couture) Boyden Gray est l’avocat de George Bush depuis l’élection de 1980. Comme directeur juridique à la maison blanche, Boyden Gray peut marcher le Président à travers les dangers et les complexités de mener cette guerre inhabituelle contre les populations du tiers-monde. Gray sait comment ces choses sont faites.
Quand Boyden Gray avait quatre et cinq ans, son père a organisé le projet pilote pour le présent programme de stérilisation dans le monde entier, du foyer familial gris en Caroline du Nord.
Il a débuté en 1946. Le mouvement eugénique cherchait un moyen de commencer de nouveau en Amérique.
Des camps d’extermination nazis comme Auschwitz avaient brûlé en ce moment la conscience du monde. La stérilisation League of America, qui avait changé de nom au cours de la guerre à  » droit d’aînesse, Inc.,  » voulait soit réactivée. Tout d’abord, ils devaient surmonter nervosité publique de cinglés qui se propose d’éliminer un peuple  » inférieur  » et  » défectueux  ». La Ligue a tenté de surface dans l’Iowa, mais devait laisser tomber à cause de la publicité négative : un petit garçon avait récemment été stérilisé il et était décédé de l’opération.
Ils ont décidé en Caroline du Nord, où la famille Gray pourrait jouer l’hôte parfait. Par le biais de contacts impériales britanniques, grand-père de Boyden Gray, Bowman Gray, était devenu principal propriétaire du père de R.J. Reynolds Tobacco Co. Boyden, Gordon Gray, a récemment fondé l’école de médecine de Bowman Gray (memorial) à Winston-Salem, à l’aide de ses actions stock cigarette hérités. La faculté de médecine était déjà un centre de l’eugénisme.
Comme l’expérience a commencé, la grand-tante de Gordon Gray, Alice Shelton Gray, qui avait ressuscité dès l’enfance, vivait dans sa maison. Tante Alice avait fondé la  » Ligue amélioration humaine,  » la direction de la Caroline du Nord du mouvement national de stérilisation eugenical.
Tante Alice était le superviseur officiel de l’expérience de 1946-47. Travail au titre de Miss Gray était Dr. Claude Nash Herndon, dont Gordon Gray avait fait professeur adjoint de  » medical genetics  » à Bowman Gray Medical School.
Dr Clarence Gamble, héritier de la fortune de savon Proctor et Gamble, a été chef d’opérations pour le champ national des stérilisateurs.
L’expérience a travaillé comme suit. Tous les enfants inscrits dans le district scolaire de Winston-Salem, Caroline du Nord, ont eu un spécial  » test d’intelligence.  » Les enfants qui étaient en dessous d’une certaine arbitraire faible note ont été coupées puis ouverte et chirurgicalement stérilisé.
Nous citons maintenant de l’histoire officielle de la project@s3@s7 :
À Winston-Salem et dans [à proximité] Orange County, Caroline du Nord, Comité de champ [stérilisation de la Ligue] avait participé à l’essai des projets pour identifier les enfants d’âge scolaire qui sont à considérer pour la stérilisation. Le projet dans le comté d’Orange a été réalisé par l’Université de Caroline du Nord et a été financé par un « M. Hanes,’ un ami de Clarence Gamble et partisan du champ projet de travail en Caroline du Nord. Le projet Winston-Salem a été également financé par Hanes.  » [ » Hanes  » était magnat de sous-vêtements Hanes de Gordon James, administrateur de Bowman Gray Medical School et trésorier du groupe de Alice Gray]…
La faculté de médecine a une longue histoire d’intérêt dans l’eugénisme et avait rassemblé une vaste histoire des familles porteuses de maladies héréditaires. En 1946, Dr C. Nash Herndon… a fait une déclaration à la presse sur l’utilisation de stérilisation pour empêcher la propagation de maladies héréditaires…
La première étape après avoir donné les tests mentaux aux enfants de l’école primaire était d’interpréter et de rendre publics les résultats. Dans le comté d’Orange, les résultats ont indiqué que trois pour cent des enfants d’âge scolaire étaient aliénés ou faible… [Alors] le Comité local a embauché un travailleur social pour examiner chaque affaire… et de présenter un cas dans lequel la stérilisation est indiquée pour le Conseil de l’eugénisme d’Etat, qui, en vertu de la Loi de la Caroline du Nord, avait le pouvoir de stérilisation de l’ordre…
Expérimentateur de science de course Dr Claude Nash Herndon a fourni plus de détails dans une interview à 1990.@s3@s8
Alice Gray a été le superviseur général du projet. Elle et Hanes, envoyé des lettres de promotion du programme aux commissaires de tous les 100 comtés en Caroline du Nord… Ce que j’ai fait ? Rien en plus de troupeau à cheval sur le tout ! Les travailleurs sociaux opérant dans mon bureau. J’étais à l’époque également directrice des consultations externes services à North Carolina Baptist Hospital. Nous verrions [cibles] parents et enfants sur place… Tests de Q.I. ont été exécutés sur tous les enfants dans le système scolaire public de Winston-Salem. Que ceux qui a marqué vraiment bas [ont été ciblés pour la stérilisation], le véritable fond du baril, comme ci-dessous 70.
Avons-nous des stérilisations sur de jeunes enfants ? Oui. Il s’agissait d’une opération relativement mineure… Il a été généralement pas jusqu’à ce que l’enfant était âgé de huit ou dix ans. Pour les garçons, vous venez de faire une incision et attachez le tube… Plus souvent, nous avons réalisé l’opération sur les filles que les garçons. Bien sûr, vous avez à ciel ouvert de l’abdomen, mais encore une fois, il est relativement mineur.
Dr. Herndon a remarqué froidement que  » nous avons eu de très bonnes relations avec la presse  » pour le projet. Ce n’est pas surprenant, puisque Gordon Gray appartenant à la station de Winston-Salem Journal, le Twin City Sentinel et radio WSJS.
En 1950 et 1951, John Foster Dulles, alors président de la Fondation Rockefeller, la tête John D. Rockefeller III sur une série de tournées mondiales, mettant l’accent sur la nécessité d’arrêter l’expansion des populations non blanches. En novembre 1952, Dulles et Rockefeller mis en place le Conseil de la Population, avec des dizaines de millions de dollars de la famille Rockefeller.
À ce moment-là, la société américaine d’eugénisme toujours prudente de la récente mauvaise publicité vis-àvis Hitler, a laissé son ancien siège social de l’Université de Yale. La société a déménagé son siège dans le Bureau du Population Council, et les deux groupes mélangés ensemble. Le Secrétaire de longue date de la société américaine d’eugénisme, Frederick Osborne, devint le premier président du Population Council. Enfant-stérilisateur de la famille gris, Dr Claude Nash Herndon, devenue Président de la société américaine d’eugénisme en 1953, comme son œuvre étendue sous le patronage de Rockefeller.
Pendant ce temps, l’International Planned Parenthood Federation a été fondée à Londres, dans les bureaux de la société britannique de l’eugénisme.
Les ennemis morts-vivants de la seconde guerre mondiale, rebaptisé  » contrôle de la Population  », avait maintenant été relancé.
George Bush a été ambassadeur des Etats-Unis auprès des Nations Unies en 1972, lorsque avec insistance de Bush et ses amis, l’Agence américaine pour le développement International fait tout d’abord un contrat officiel avec le vieux stérilisation League of America. La Ligue avait changé de nom deux fois encore et s’appelait désormais le  » Association pour la Contraception chirurgicale volontaire.  » Le gouvernement américain a commencé à payer l’ancien groupe fasciste pour stériliser les non-blancs à l’étranger.
L’expérience familiale gris avait réussi.
En 1988, l’Agence américaine pour le développement International a signé son dernier contrat avec l’ancienne ligue de stérilisation (alias, Association pour la Contraception chirurgicale volontaire), engageant le gouvernement américain pour dépenser $ 80 millions sur cinq ans.
Ayant pris la fuite avec stérilisation plusieurs centaines les écoliers en Caroline du Nord,  » pas habituellement moins de huit à dix ans  », le groupe identique est maintenant autorisé par le Président Bush de le faire dans 58 pays en Asie, Afrique et Amérique latine. Le groupe revendique modestement qu’il a stérilisé directement  » seulement  » 2 millions de personnes, avec 87 % de la facture payée par les contribuables américains.
Pendant ce temps, Dr Clarence Gamble, fabricant de savon préféré de Boyden Gray, a formé son propre fonds de  » Pathfinder  » comme une scission de la Ligue de la stérilisation. Gamble Pathfinder Fund, avec des millions supplémentaires de l’USAID, se concentre sur la pénétration des groupes sociaux locaux dans les pays non blancs, à briser la résistance psychologique aux équipes de stérilisation chirurgicale.
________________________________________
________________________________________
NOTES :
1. Phyllis Tilson Piotrow, crise de Population mondiale : The United States Response (New York : Praeger Publishers, 1973),  » Forward  » par George H.W. Bush, p. vii-viii.
2. Adolf Hitler, Mein Kampf (Boston, Houghton Mifflin Company, 1971), p. 404.
3. » les dix personnes les plus riches à Houston,  » dans le Houston Post Magazine, 11 mars 1984.  » $ 150 millions à $ 250 millions de… héritage, ainsi que des investissements ultérieurs… chef héritier d’une fortune familiale en stock d’huile… Quant à ses intérêts financiers, il est… Cie. Une fois, il a décrit une de ses entreprises comme une entreprise qui « investit dans et supervise un grand nombre de petites entreprises… dans beaucoup de pays étrangers. » ‘
4. les annonces ont été faites dans son témoignage devant un Comité spécial du Sénat américain enquête sur le programme de défense nationale. Les audiences sur la Standard Oil ont eu lieu les 5, 24, 26, 27, 31, mars et avril 1, 2, 3 et 7, 1942. Disponible sur microfiche, section de droit, bibliothèque du Congrès. Voir aussi New York Times, le 26 mars et le 27 mars 1942 et Washington Evening Star, 26 mars et le 27 mars 1942.
5. ibid., pièce no 368, imprimé sur p. 4584-87 de l’enregistrement de l’audience. Voir aussi Charles Higham, Trading With The Enemy (New York : Delacorte Press, 1983), p. 36.
6. confidentiel mémoire adressé par US embassy, Berlin, op. cit., chapitre 2. Sir Henri Deterding était parmi les plus célèbres pro-Nazis de la première période de la guerre.
7. voir les articles sur Prescott Bush dans Darwin Payne, en énergie : Dresser Industries, Inc. (New York : distribué par Simon et Schuster, 1979) (édité par la société Dresser).
8. William Stamps Farish nécrologie, New York Times, 30 novembre 1942.
9. une décennie de progrès dans l’eugénisme : Scientific Papers of le troisième Congrès International de l’eugénisme qui s’est tenue au Musée américain d’histoire naturelle de New York, 21-23 août 1932. (Baltimore : Williams & Wilkins Company, septembre 1934).
Le terme  » eugénisme  » provient du grec signifiant  » bonne naissance  » ou  » bien-nés,  » comme aristocrate. Son hypothèse de base est que ceux qui ne sont pas  » bien-nés  » ne devraient pas exister.
10. voir entre autres ces lettres, George Herbert Walker, 39 Broadway, New York, à W. A. Harriman, Londres, 21 février 1925, dans les documents de WAH.
11. Averell Harriman au docteur Charles B. Davenport, Président, le Congrès International d’eugénisme, Cold Spring Harbor, L.I., NY
21 janvier 1932
Cher Docteur Davenport :
Je serai très heureux de vous mettre en contact avec la ligne Hambourg-Amérique… ils peuvent être en mesure de coopérer en faisant des suggestions qui garderont les frais au minimum. Je viens de votre lettre à M. Emil Lederer [du Directoire Hamburg-Amerika à New York] avec la demande qu’il communique avec vous.
Davenport pour M. W.A. Harriman,
59, rue Wall New York, N.Y.
23 janvier 1932
Cher M. Harriman :
Je vous remercie beaucoup pour votre aimable lettre du 21 janvier et l’action, vous avez pris qui a donné lieu à la fois dans une lettre de M. Emil Lederer. Cette lettre servira de point de départ pour la correspondance, qui je l’espère permettra à plusieurs de nos collègues allemands à venir en Amérique à l’occasion du Congrès de l’eugénisme et de la génétique, que le contraire.
Audiences du Congrès en 1934 a établi que la Hamburg-Amerika fourni systématiquement libre passage transatlantique pour ceux qui effectuent des corvées de la propagande nazie. Voir enquête des activités de propagande nazie et enquête de certaines activités de propagande autres, op. cit., chapitre 2.
12. Alexis Carrel, l’inconnu de l’homme (New York : Halcyon House, publié par arrangement avec Harper & Brothers, 1935), pp. 318 et 319.
Le cri de guerre du nouvel ordre a été sonné en 1935 avec la publication de l’ homme l’inconnu, par Dr. Alexis Carrel de l’Institut Rockefeller à New York. Ce lauréat du prix Nobel a dit  » des sommes énormes sont désormais tenus de conserver les prisons et les asiles d’aliénés… Pourquoi nous conservent ces êtres inutiles et nuisibles ? Ce fait doit faire face carrément. Pourquoi devrait société pas jeter les criminels et les fous d’une manière plus économique ? … La Communauté doit être protégée contre les éléments gênants et dangereux… Peut-être des prisons devraient être abolies… Le conditionnement de la petit délinquant avec le fouet, ou une procédure plus scientifique, suivi d’un court séjour à l’hôpital suffirait probablement afin d’assurer l’ordre. [Les criminels y compris ceux] qui ont… induit en erreur le public sur des questions importantes, doivent être humainement et économiquement jetés dans les petits établissements euthanasic fournis avec le gaz appropriés. Un traitement similaire pourrait être avantageusement appliqué pour les malades mentaux, coupable d’actes criminels.  »
Carrel a affirmé avoir transplanté à la tête d’un chien à un autre chien et maintenu en vie depuis un certain temps.
13. Bernhard Schreiber, les hommes derrière Hitler: un Allemand attention au monde, France : La Hay-Mureaux, ca. 1975), édition en langue anglaise fournie par H & P. Tadeusz, 369 Edgewere Road, Londres W2. Une copie de ce livre est maintenant détenue par Union College Library, Syracuse, N.Y.
14. Higham, op. cit., p. 35.
15. l’engagement annoncé le 10 février 1939, New York Times, p. 20. Voir aussi le Répertoire d’administration pour la ville de New York, 1930 et 1940.
16. Higham, op. cit., p. 20, 22 et autres références à Schroeder et Lindemann.
Anthony Sutton, Wall Street et l’ascension de Hitler (Seal Beach : 76 Press, 1976). Sutton est également une bonne source sur les Harrimans.
17. Washington Evening Star, 27 mars 1942, p. 1.
18. Higham, op. cit. p. 50.
19. ibid.., p. 48.
20. Washington Post, 29 avril 1990, p. F4. Higham, op. cit., pp. 52-53.
21. Zapata annuel des rapports, années 50 / 60, microformes de la Library of Congress.
22. Voir le compte rendu du Congrès pour le discours de Bush aux Chambre des représentants, 4 septembre 1969. Bush a inséré dans le dossier le témoignage donné devant son groupe de travail sur 5 août 1969.
23. Sobel, op. cit., pp. 92-111. Voir aussi Boyle, op. cit., chapitre 1, concernant les créanciers étrangers de la dirigée par Morgan Dawes Comité d’Allemagne.
Comme Harriman, Dillon a utilisé les banques Schroeder et Warburg à frapper ses promos allemands. Affaires tous Dillon Read & Co. en Allemagne ont été supervisés par J.P. Morgan & partenaire Co. Thomas Lamont et ont été autorisés par le gouverneur de la Banque d’Angleterre Montagu Norman.
24. voir Registre des directeurs et cadres de pauvres, (New York : pauvres de Publishing Company, fin des années 1920, des années 1930 et 1940). Voir aussi Dossiers ordinaires de la Corporation (New York : Standard & Poor), 1935 édition p. 2571-25 et édition de 1938 p. 7436-38, description et historique de l’allemand Credit and Investment Corporation. Voir aussi pour Frederic Brandi, Sobel, op. cit., pp. 213-14.
25. Sobel, op. cit., p. 180, 186. Ivy Lee avait été embauchée pour améliorer l’image de famille Rockefeller, particulièrement difficile après leur massacre de 1914 de la grève des mineurs et des femmes enceintes à Ludlow, dans le Colorado. Lee a obtenu vieux Rockefeller pour passer à dix sous pour les pauvres, bien aligné sur son porche.
26. troisième Congrès International de l’eugénisme papiers op. cit., note 7, p. 512,  » membres soutenants.  »
27. Schreiber, op. cit., p. 160. Les papiers du troisième Congrès de l’eugénisme int., p. 526, répertorie les agents de la Fédération internationale à partir de la date de la publication en septembre 1934. Ru@audin est répertorié en tant que Président–un an après, il a écrit la Loi de stérilisation pour Hitler.
28. répertoire d’administration pour la ville de New York, 1942. Entrevue avec Nancy Bowles, bibliothécaire de Dillon Read & Co.
29. Higham, op. cit., p. 129, 15-212, 219-23.
30. Walter Isaacson et Evan Thomas, les sages : Six amis et le monde, ils ont fait–Acheson, Bohlen, Harriman, Kennan, Lovett, McCloy (New York : Simon et Schuster, 1986), pp. 122, 305.
31. Piotrow, op. cit., p. 36-42.
32. ibid., p. viii.  » En tant que président de l’équipe spéciale du républicain sur la Population et les ressources de la terre, j’ai été impressionné par les arguments de William H. Draper, Jr… Genèse Draper continue de mener son travail infatigable pour le Fonds de Population des Nations Unies.  »
33. Sobel, op. cit., p. 298, 354.
34. entretien le 16 juillet 1991, avec Joanne Grossi, un officiel de l’Office de la Population de l’USAID.
35. Mme Nafis Sadik,  » l’état de la Population mondiale,  » financer de 1991, la Population de New York, Nations Unies.
36. Voir le Guide de l’utilisateur auprès de l’Office de la Population, 1991, le Bureau de la Population, Bureau for Science and Technology, United States Agency for International Development. Disponible de S & T/POP, chambre 811 SA-18, USAID, Washington D.C. 20523-1819.
37. « historique de l’Association pour la stérilisation volontaire [stérilisation League of America anciennement], 1935-64, » thèse soutenue à la faculté de l’école doctorale de l’Université du Minnesota par William Ray Van Essendelft, mars 1978, disponible sur microfilm, Library of Congress. Il s’agit de l’histoire officielle, écrite avec la pleine coopération de la Ligue de la stérilisation.
38. entrevue avec Dr C. Nash Herndon, 20 juin 1990.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s